LA LINGUISTIQUE 2/2005