LE DEUIL DE L'ORIGINE : UNE LANGUE EN TROP, LA LANGUE EN MOINS