LA VIE SOLIDE : LA CHARPENTE COMME ETHIQUE DU FAIRE