HOMO DETRITUS : CRITIQUE DE LA SOCIETE DU DECHET