CRITIQUE 836-837 : GIORGIO AGAMBEN