LE VOYAGEUR ET LA TOUR : LE LECTEUR COMME METAPHORE