Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

 

BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE 
(classement par dates de parution)

 

ÉTUDES

— Arthur Loiseau, Histoire de la littérature portugaise depuis ses origines jusqu’à nos jours. [Paris], Éditions Ernest Thorin, 1886, VIII-406 pages, épuisé.

— Henry Lyonnet, Le Théâtre au Portugal. [Paris], Éditions Paul Ollendorff, « Le Théâtre hors de France », 2e série, 1898, 298 pages, illus., épuisé.

— Philéas Lebesgue, Le Portugal littéraire d’aujourd’hui. [Paris], Bibliothèque internationale d’édition E. Sansot, « Collection d’études étrangères », 1904, 68 pages, épuisé.

— Félix Walter, La Littérature portugaise en Angleterre à l’époque romantique. [Paris], Éditions Honoré Champion, 1927, 160 pages, épuisé ; reproduction en fac-similé : [Genève], Éditions Slatkine, 1980, 160 pages,26.11 €

— Georges Le Gentil, La Littérature portugaise. [Paris], 1935 ; deuxième édition revue et augmentée. [Paris], Éditions Armand Colin, « Collection Armand Colin. Section de langues et littératures », 1951, 218 pages, épuisé ; voir nouvelle édition en 1995. 

— João Ameal, Panorama de la littérature portugaise contemporaine. [Paris], Éditions Le Sagittaire, « Panorama des littératures étrangères contemporaines », 1949, 284 pages, épuisé.

— Pierre Le Gentil, La Poésie lyrique espagnole et portugaise à la fin du Moyen Âge. [Rennes], 1949-1952 ; reproduction en fac-similé : [Genève], Éditions Slatkine, 1981, 2 vol., 1142 pages, 147 €

— Claude-Henri Frèches, Le Théâtre néo-latin au Portugal (1550-1745). [Paris], Éditions Nizet, 1964, 586 pages, 15.24 €

— Claude-Henri Frèches, La Littérature portugaise. [Paris], Éditions Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? » n°1404, 1970, 128 pages, épuisé.

— Regards sur la génération portugaise de 1870. Conférences au Centre Culturel Portugais (18-22 janvier 1871). Textes de Vitorino Nemésio, Eduardo Lourenço Faria, Jean Girodon, Albert Sibert. [Paris], Fondation Calouste Gulbenkian, 1971, 192 pages, épuisé.

— José-Augusto Franças,  Le Romantisme au Portugal (O Romantismo em Portugal, 1974), essai. [Paris], Éditions Klincksieck, « Signes de l’art » n°11, 1975, 850 pages, 41 €

— Le Roman portugais contemporain. Actes du Colloque de Paris (24-27 octobre 1979). Textes en français et en portugais. [Paris], Fondation Calouste Gulbenkian, 1979, 320 pages, épuisé.

— Les Rapports culturels et littéraires entre le Portugal et la France. Actes du colloque de Paris (11-16 octobre 1982). Textes en français et en portugais. [Paris], Centre Culturel Portugais / Fondation Calouste Gulbenkian, 1983, 702 pages, épuisé.

— Luiz Francisco Rebello, Histoire du théâtre portugais (Historia do Teatro Português, 1968), essai, traduit du portugais par Claude-Henri Frèches. [Louvain-la-Neuve, Belgique], Cahiers théâtre Louvain « Art du spectacle » n°55, 1985, 132 pages, illus., 8.40 €

— Álvaro Manuel Machado, Les Romantismes au Portugal. Modèles étrangers et orientations nationales. [Paris], Centre Culturel Portugais / Fondation Calouste Gulbenkian, 1986, 720 pages, épuisé.

— Autrement n°30, avril 1988 : « Lisbonne. La nostalgie du futur ». [Paris], Éditions Autrement, 1988, 216 pages, épuisé.

— Critique n°495-496, août-septembre 1988 : « L'Épopée lusitanienne ». [Paris], Éditions de Minuit, 1988, 10.67 €
[Sommaire : Jean Piel, « Introduction » ; Frédéric Mauro, « Les Portugais premiers champions de l'expansion outre-mer » ; Martine Guigaz et Jean-Pierre Amiot, « Goa, capitale de l'Empire portugais d'orient » ; Hélène Larroche, « Macao, cite ambiguë aux portes de la chine » ; Keiko Kirishima, « Quand le Japon était à la mode portugaise » ; Catherine Mitchell et Pierre Léglise-Costa, « Les Portugais en Indonesie » ; Eduardo Lourenço, « Camões et l'Europe » ; Paul Teyssier, « L'envers de l'épopée » ; Patrick Quillier, « Lisbonne, songe d'empire et empire des songes » ; Pierre Léglise-Costa, « Du manuélin au baroque, existe-t-il un art portugais ? » ; Eugénie Anglès, « Calouste Gulbenkian a choisi le Portugal » ; Robert Bréchon, « Fernando Pessoa et le rêve portugais » ; José-Augusto Seabra, « Poétique et philosophie chez Fernando Pessoa » ; Robert Bréchon, « Bibliographie des œuvres de Fernando Pessoa »].

— Les Écrivains portugais du XXe siècle. Dossier bio-bibliographique établi par Sylviane Sambor. [Paris], L’Œil de la lettre, Groupement de libraires, octobre 1988, 24 pages, hors-commerce, épuisé.

— Présence de la littérature portugaise à Europalia 91 Portugal. Dossier bio-bibliographique. [Bruxelles], Fondation Europalia International, 1991, 20 pages, hors-commerce, épuisé.

— Luiz Francisco Rebello, Histoire du théâtre, traduit du portugais par Isabelle de Chantérac. [Lisbonne], Europalia 91, « Synthèse de la culture portugaise », 1991, 134 pages, illus., épuisé.

— René Poupart et al, Aux sources de la modernité poétique au Portugal. [Namur], Maison de la Poésie / [Amay], Maison de la Poésie. « Poésie des Régions d’Europe. Sources », Cahier n°10, mai 1992, 15.24 €

— Nuno Júdice, Voyage dans un siècle de littérature portugaise, traduit du portugais par Marie-Hélène Piwnik. [Bordeaux], Éditions L’Escampette, 1993, 112 pages, épuisé ; nouvelle édition en préparation.

— Catalogue des traductions françaises d’auteurs portugais (littérature). [Paris], Centre culturel Calouste Gulbenkian / Institut Camões, 1994, 80 pages, épuisé.

— Georges Le Gentil / Robert Bréchon, La Littérature portugaise. I. La Littérature portugaise du XIIe siècle au début du XXe siècle, par Georges Le Gentil – II. La Littérature portugaise des années trente à nos jours, par Robert Bréchon. [Paris], Éditions Chandeigne, « Série Lusitane », 1995, 286 pages,15 € 

— Regards sur deux Fins de siècle : XIXe et XXe. La littérature portugaise. Colloque franco-portugais. Textes réunis par Marie-Hélène Piwnik. [Bordeaux], Publications des Maisons des Pays ibériques n°69, 1996, 208 pages, épuisé.

— Ilidio Rocha, Guide de la littérature portugaise. [Francfort, Allemagne], T. Ferrer de Mesquita, 1997, 288 pages, épuisé.

— Latitudes. Cahiers lusophones n°7, décembre 1999-janvier 2000 : « Les littératures de langue portugaise ». Textes en français et en portugais. [Paris], 1999, 5.40 € 

— Revue des Deux Mondes, mars 2000 : « Portugal proue de l’Europe ». [Paris], 2000, 192 pages, 11 €

— Pages. Le magazine des livres, mars 2000 : « Voix du Portugal ». [Paris], 2000, épuisé.

— Magazine littéraire n°385, mars 2000 : « Écrivains du Portugal ». Dossier réalisé sous la direction de François Busnel, photographies d’Eduardo Gageiro. [Paris], 2000, illus., 5.50 €
[Contient (p.19-67) : François Busnel, « Écrivains du Portugal » ; Olivier Rolin, « Quelques verres à Lisbonne » ; Joseph Macé-Scaron, « Les couleurs du noir » ; Robert Bréchon, « Une littérature à découvrir » ; Eduardo Lourenço, « Les mythes de la littérature portugaise » ; François Busnel, avec Aliette Armel, Michelle Giudicelli, Guy Léger, Gérard-Georges Lemaire, Claude Rouquet et Sylviane Sambor, « Dictionnaire des auteurs » ; Gérard-Georges Lemaire, « Pessoa dans la tourmente du modernisme » ; José Blanco, « Bemardo Soares, le vrai Fernando Pessoa ? » ; François Busnel, « Lire Pessoa. Principales éditions en français » ; José Saramago, « L'Histoire réinventée », propos recueillis par François Busnel, traduit du portugais par Geneviève Leibrich ; François Busnel, « Saramago en français » ; José Saramago, « Kafka et l'ombre du père », traduit du portugais par Geneviève Leibrich ; António Lobo Antunes, « Le médecin des âmes », propos recueillis par François Busnel ; Antonio Lobo Antunes, « La foire du livre » (extrait du Livre de chroniques), traduit du portugais par Carlos Batista ; François Busnel, « Lidia Jorge ou le chant de la mémoire » ; François Busnel, « Antonio Tabucchi, l'exilé de l'intérieur » ; Guy Léger, « Les Portugais d'outre-mer » ; « L'essor de la philosophie », un entretien avec Manuel Maria Carilho, par François Busnel ; Nuno Júdice, « La vitalité de la poésie » ; « Actualités portugaises »].

— Carlos Batista, Bréviaire d’un traducteur. [Paris], Éditions Arléa, 2002, 96 pages, 13 €

— Graça dos Santos, Le Spectacle dénaturée. Le théâtre portugais sous le règne de Salazar (1933-1968). Préface de Robert Abirached. [Paris], Éditions du CNRS, 2002, 324 pages, illus.,  30 €

 

REVUES

— Cahier du Centre de recherches sur les pays lusophones (CREPAL). Publié sous la direction de Anne-Marie Quint. Textes en français et en portugais. [Paris], Presses de la Sorbonne nouvelle, 1 vol. annuel, 1994-2003, consulter la librairie.

— Sigila. Revue transdisciplinaire franco-portugaise sur le secret. Textes en français et en portugais. [Paris], Gris France, 2 vol. annuel, 1998-2004, consulter la librairie. 

— Lusotopie. Enjeux contemporains dans les espaces lusophones. Textes en français et en portugais. [Paris], Éditions Karthala, 1 vol. annuel, 1994-2005, consulter la librairie.

 

FADO

— Véronique Mortaigne, Fado, chant de l’âme. [Paris], Éditions Le Chêne, 1998, 38 pages, illus., + 1 CD audio, épuisé.

— Salwa El Shawan Castello-Branco, Voix du Portugal, traduit de l’anglais par Pascale de Mezamat. [Paris], Cité de la Musique / [Arles], Éditions Actes Sud, « Musiques du monde », 1998 ; 2001, 168 pages, 21 €

— Jean-Jacques Lafaye, Amalia ou Le fado étoilé. [Paris], Éditions Mazarine, 2000, 250 pages, illus., 18.60 €

— Agnès Pellerin, Le Fado. [Paris], Éditions Chandeigne, « Série lusitane », 2003, 192 pages, illus. + 1 CD-audio (en co-édition avec France-Culture),21.50 €

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook