Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Littérature Brésilienne


OUVRAGES COLLECTIFS / COLLOQUES 

 

[FICHE LIVRE] — Brésil. L’héritage africain. Catalogue de l’Exposition au Musée Dapper, sous la direction de Christiane Falgayrettes-Leveau, avec la collaboration scientifique d’Erwan Dianteill, textes de Christiane Falgayrettes-Leveau, Erwan Dianteill, Ismaël Pordeus, Xavier Vatin, Vagner Gonçalves da Silva, Joëlle Busca, Roberto Motta. [Paris], Éditions Dapper, 2005, 256 pages.

Du XVe au XIXe siècle, sur les onze à quinze millions d’Africains qui ont traversé l’Atlantique dans les soutes des bateaux négriers, environ trois millions et demi débarquèrent au Brésil. C’est dans ce pays, où ils s’efforcèrent de perpétuer leurs traditions, qu’ils furent les plus nombreux. Cet ouvrage montre la parenté des productions afro-brésiliennes et des arts de l’Afrique subsaharienne en privilégiant les regards croisés. Dans cette perspective, les auteurs, anthropologues, sociologues, ethnomusicologue et historienne de l’art, chercheurs français et brésiliens, ont exploré les données matérielles et spirituelles à la lumière de cet héritage. A travers cet ouvrage accessible à un large public, le regard porté sur les racines africaines du Brésil ouvre une nouvelle voie de réflexion pour les sociétés métisses, fortes de leurs identités plurielles. (Présentation de léditeur)



— Le Brésil territoire d’histoire. Historiographie du Brésil contemporain, sous la direction de Marie José Ferreira dos Santos, Simele Rodrigues, et Denis Rolland. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Recherches Amériques latines », 2013, 306 pages.

[Textes de Paulo Roberto de Almeida, Maria Regina Celestino de Almeida, Virgilio Caixeta Arraes, Maria Stella Bresciani, Maria Luisa Tucci Carneiro, Marieta de Moraes Ferreira, Marie-José Ferreira dos Santos, Bruno Groppo, Zilda Márcia Grícoli Iokoi, Antonio Carlos Lessa, Tania Regina de Luca, Estevão C. de Rezende Martins, Hebe Mattos, Marcelo de Almeida Medeiros, Joana Maria Pedro, Surama Conde Sá Pinto, Daniel Aarão Reis, Elton Gomes dos Reis, Simele Rodrigues, Denis Rolland, José Carlos Sebbe Bom Meihy, Augusto Wagner Menezes Teixeira, Diana Gonçalves Vidal].

Aujourd’hui, l’historien est formé avec la conscience de la diversité des modalités d’écriture de l’histoire, formé à la construction et toujours relative du savoir. Au Brésil, la fabrique de l’histoire ne fait pas exception à l’essor d’un pays à l’échelle d’un continent : Historiographie politique, historiographie économique et sociale, historiographie culturelle et historiographie des relations internationales, telles sont les quatre composantes qui constituent ce livre. A la lecture de ces pages, on constatera la montée en puissance d’une historiographie brésilienne indiscutablement très dynamique, qui multiplie les productions de qualité et qui a vu naître un grand nombre de revues spécialisées. Un élan qui obéit à un double mouvement de diversification et d’autonomisation par rapport à des modèles importés et avec une participation active à la globalisation de la recherche de haut niveau : une forme de normalisation par le haut de la recherche scientifique brésilienne. (Présentation de léditeur)

 


— Frédéric Louault, Guillaume Leturcq, Teresa Cristina Schneider Marques, Le Brésil. Un laboratoire pour les sciences sociales, préface de Carlos Schmidt Arturi. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Recherches Amériques latines », 2013, 224 pages.

Cet ouvrage n’est pas un manuel classique, dans lequel le lecteur trouverait des clés pour étudier des pays « lointains » ou « exotiques ». Les contributions ici rassemblées invitent au contraire à se détacher des manières convenues de pratiquer la recherche en sciences sociales. Les auteurs y présentent des approches méthodologiques pragmatiques et créatives, inspirées par leurs terrains d’étude. Ils dévoilent leurs stratégies de recherche, partagent leurs expériences vécues au Brésil, évoquent leurs inquiétudes, leurs surprises et, parfois, leurs doutes. Il en résulte un ouvrage original qui propose de faire connaître le Brésil en sortant des sentiers battus de la recherche, en dépassant les frontières disciplinaires et méthodologiques. Ce livre intéressera donc non seulement le public universitaire (étudiants, chercheurs, etc.), mais aussi toutes les personnes curieuses de découvrir le Brésil sous un jour nouveau, loin des clichés et images déformantes qui parviennent généralement aux lecteurs francophones. (Présentation de léditeur)

 


— Matériaux pour une histoire culturelle du Brésil. Objets, voix et mémoires. Centre d’études sur le Brésil (CERB), sous la direction de Katia De Queirós Mattoso, Idelette Muzart Fonseca dos Santos et Denis Rolland. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Recherches et documents Amériques latines », 1999, 160 pages.

En France, l’histoire culturelle, issue de la Nouvelle histoire et de l’histoire des mentalités, est une histoire jeune, encore lacunaire, mais à la bibliographie déjà densément peuplée. Au Brésil, l’histoire culturelle est soumise depuis peu à une poussée très dynamique et représente un terrain fécond pour les études à venir. Le chercheur lutte, en particulier, contre l’utopie de la cueillette facile. Il sait mieux, aujourd’hui, distinguer mémoire individuelle et mémoire collective et cerner au plus près la survie des mythes et la ténacité des faits. Historiens et littéraires, Brésiliens et Français, conjuguent leurs regards pour revisiter ensemble, à travers le prisme culturel, les paysages et les villes du Brésil, la circulation des hommes, leurs discours ou leurs chants. (Présentation de léditeur)

 


— Mémoire et culture dans le monde luso-hispanophone. Colloque international des 1er et 2 juin 2006, organisé par le groupe de recherche Culture et histoire dans le monde luso-hispanophone ; sous la direction de Nicole Fourtané et Michèle Guiraud. [Nancy], Presses universitaires de Nancy, « Le monde luso-hispanophone », 2008, 684 pages.

– Volume 1, Espagne, Portugal.

– Volume 2, Amérique latine.

La mémoire et la culture sont constitutives de l’identité individuelle et collective. Elles entretiennent un rapport dialectique fondamental, non seulement dans la construction de la personnalité de l’être humain, mais encore dans sa relation à la société et à l’histoire. Deux grandes thématiques, indissociables, se sont dégagées : Mémoire et histoire et Mémoire et littérature. La perspective diachronique et synchronique des analyses proposées révèle des constantes dans la perception de certains phénomènes. (Présentation de léditeur)

 


— Mémoires et identités au Brésil. Université de Paris-Sorbonne. Centre d’études sur le Brésil (CERB), sous la direction de Katia Mytilineou de Queirós Mattoso. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Recherches Amériques latines. Série Brésil », 1996, 200 pages.

 


— Modèles politiques et culturels au Brésil. Emprunts, adaptations, rejets (XIXe-XXe siècles). Actes du Colloque de l’Institut de recherches sur les civilisations de l’Occident moderne. Centre d’études sur le Brésil (CERB). (Paris, Sorbonne, 8-10 mars 1999), sous la direction de Katia Mytilineou de Queiroz Mattoso, Idelette Muzart Fonseca dos Santos et Denis Rolland. [Paris], Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, « Civilisations » 24, 2003, 292 pages.

 


— Nous, les femmes du Brésil. Défis et conquêtes des temps modernes (Nos mulheres, desafios e conquistas dos novos tempos), coordination de Silvia Bruno Securato ; préface de Edgardo Martolio ; traduit du portugais (Brésil) par Marc Galan. [Montigny-le-Bretonneux], Éditions Yvelinédition / [São Paulo, Brésil], Oficina do livro editora, 2009, 332 pages.

 


— La Terre au Brésil. De l’abolition de l’esclavage à la mondialisation. Séminaire, 27 novembre 2003, sous la direction d’Idelette Muzart-Fonseca dos Santos et Denis Rolland ; publié par le Pôle Brésil de Nanterre ; IEP-Université de Strasbourg 3 et le Centre d’histoire de Science Po. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Recherches Amériques latines », 2006, 238 pages, illus.

Le Brésil est le cinquième pays du monde par la superficie : plus de quinze fois la France ! La terre brésilienne est généreuse : la seule agriculture constitue encore près d’un tiers du PIB et sa productivité a doublé en vingt ans. Ce sont les aspects politiques, économiques, sociaux et culturels liés à la terre au Brésil qu’aborde cet ouvrage organisé en trois temps : « Regards historiens », « Racines et problématiques contemporaines » et « Représentations et imaginaires », soit de l’histoire à l’anthropologie et la littérature, en passant par la géographie, l’économie et l’analyse des problèmes sociaux. (Présentation de léditeur)

 


[FICHE LIVRE] — Villes rebelles. De New York à Sao Paulo, comment la rue affronte le nouvel ordre capitaliste mondial (Cidades rebeldesPasse livre e as manifestações que tomaram as ruas do Brasil, 2013), traduit du portugais (Brésil) par Antoine Chareyre. [Paris], Éditions du Sextant, 2014, 160 pages.

[Textes de Paulo Arantes, Ruy Braga, Felipe Brito, Mike Davis, David Harvey, Mauro Iasi, Venício A. de Lima, Jorge Souto Maior, Ermínia Marcato, Pedro Rocha de Oliveira, João Alexandre Peschanski, Raquel Rolnik, Leonardo Sakamoto, Roberto Schwarz, Lincoln Secco, Carlos Vainer, Silvia Viana, Slavoj Žižek].

En juin 2013, une série de manifestations enflamme les rues de nombreuses villes du Brésil, pour la première fois de son histoire, et à la grande surprise du monde occidental. Le Mouvement pour le Transport Gratuit en manifestant contre la hausse des tarifs des transports publics déclencha ce soulèvement. Inspiré dans sa forme par l’ouvrage Occupy Wall Street, ce livre publié en juillet 2013, à chaud, rassemble les textes d’une vingtaine d’auteurs brésiliens et anglophones (urbanistes, sociologues, journalistes,...) (S. Zizek, D. Harvey, Mike Davis). Une approche multiple, éclairante, qui ouvre des perspectives concrètes aux citoyens des sociétés démocratiques contemporaines. (Présentation de léditeur)

Haut de page >