Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MNACKO, Ladislav

 

[SLOVAQUIE] (Valašské Klobouky, Moravie, 1915 – Bratislava, 1994). Ladislav M?a?ko. Journaliste célèbre pour ses souvenirs de guerre et ses reportages sur les régions déshéritées de la Slovaquie, il peint les transformations de son pays, dans ses romans, ses recueils de nouvelles et son théâtre. Exclu du parti communiste et déchu de la nationalité tchécoslovaque pour avoir manifesté son soutien à Israël, lors du conflit israélo-arabe de 1967, il s’exile alors en Israël. De retour en mai 68, il s’exile à nouveau après l’intervention soviétique et médite avec ironie sur l’exercice du pouvoir et l’expérience tragique qu’en fait l’homme contemporain.

 

 

 

ANTHOLOGIES / REVUES

 

* « Samedi soir », extrait du recueil Routes poudreuses (1963), nouvelle traduite du slovaque par François Kérel, dans Nouvelles tchèques et slovaques, Seghers, 1965.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

La Mort sappelle Engelchen (Smrt sa volá Engelchen, Bratislava, Slov. vydav. polit. lit., 1959), roman, traduit du slovaque par Yvette Joye. [Prague] Éditions Artia, 1961, 334 pages, épuisé.

 

 

 

La Septième nuit (traduit du slovaque en tchèque par Gustav Haj?ík et Zden?k Ko?ák : No?ní rozhovor, Prague, ?eskoslovenský spisovatel, 1966 / traduit du tchèque en allemand par Adolf Maldess : Die siebente Nacht. Erkenntnis und Anklage eines Kommunisten, Vienne, F. Molden, 1968), roman, traduit d’après la version allemande par Joëlle Martin. [Paris], Éditions Flammarion, 1968, 256 pages, épuisé.

 

 

 

Le Goût du pouvoir (Ako chutí moc, Bratislava, Slovenský spisovate?, 1967), roman, traduit du slovaque par André Vandevoorde. [Paris], Éditions Plon, « Feux croisés », 1968, 320 pages, épuisé.

 

 

 

Les Agresseurs. Culpabilité et innocence des faibles, traduit d’après la version allemande (Die Aggressoren, 1968), par Max Roth. [Paris], Éditions Flammarion, 1969, 302 pages, épuisé.

 

 

 

FILMOGRAPHIE

 

La Mort sappelle Engelchen (Smrt si ?íká Engelchen, 1963), réal. Ján Kadár et Elmar Klos.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook