Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MINAC, Vladimir

 

[SLOVAQUIE] (Klenovec, 1922 – Bratislava, 1996). Vladimír Miná?. L’un des principaux tenants de la littérature communiste. Participe à l’insurrection de 1944. Après 68, promu à la tête de la Matica slovenská. Romancier, on lui doit aussi des nouvelles, des essais sur la littérature (O literatúre, 1972), des reportages et des scénarios.

 

 

 

ANTHOLOGIES / REVUES

 

* « Le malheur », extrait, traduit du slovaque par Paul Debrez, dans Europe, n°351-352, 1958.

 

* « Johanka de Podlaz », nouvelle, traduite du slovaque par François Kérel, dans Nouvelles tchèques et slovaques, Seghers, 1965.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Le Producteur de bonheur (Výrobca š?astia, satirický román, Bratislava, Smena, 1965), roman, traduit du slovaque par Maja Polackova et Paul Emond. [Loverval, Belgique], Éditions Labor, « Poteau d'angle », 1995, 200 pages, épuisé.

 

* Réédition :

 

Le Producteur de bonheur, illustrations de Maja Polackova. [Bruxelles], Éditions Maelström, 2012, 304 pages.

 

S'inscrivant dans la grande tradition romanesque du couple maître et valet, ce chef-d'œuvre de la littérature slovaque met en scène les descendants par filiation directe de Don Quichotte et Sancho Pança et de Jacques le fataliste et son maître. Voici donc, au pays de la bureaucratie et de l'économie strictement planifiée, les fantastiques et burlesques aventures de Frantisek Ojbaba, dénommé le producteur de bonheur, entrepreneur d'entreprises aussi extravagantes que peu honnêtes, et de son élève Lapidus, serveur dans les établissements de troisième catégorie et futur roi de l'île de Tobago... (*)

 

« La liberté, mon camarade. Un original doit être indépendant de tous et libre de tout. Il ne peut pas faire partie du troupeau. Il doit avoir le courage d'être différent. Capisto ? »

 

« Si je comprends ? Non. »

 

« L'homme n'est pas ce par quoi il ressemble à son prochain », dit le producteur de bonheur en dressant un index sentencieux. « L'homme est ce par quoi il se différencie de son prochain. Telle est la grande leçon de l'individualisme. »




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook