Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

JESENKA, Milena

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Prague, 1896 – Ravensbrück, 1944). Milena Jesenká. Journaliste de gauche, puis libérale. Amie et première traductrice en tchèque de Franz Kafka, ainsi que de Thomas Mann et Franz Werfel, épouse un temps de l’architecte d’avant-garde constructiviste Jaromír Krejcar (1895-1950), elle fut arrêtée par les nazis en 1939 et périt au camp de Ravensbrück.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Vivre. Choix d’articles parus entre 1919 et 1939 (édition allemande : Alles ist Leben. Feuilletons und Reportagen 1919-1933, éd. Dorothea Rein, Frankfurt am Main, Neue Kritik, 1984), édition de Dorothea Rein, traduit du tchèque par Claudia Ancelot. [Paris], Éditions Lieu Commun, 1985, 284 pages, épuisé.

 

* Réédition :

 

Vivre. [Paris], Éditions 10-18, « Bibliothèques. 10-18 », n°2694, 1996, 320 pages, épuisé.

 

 

 

SUR L’AUTEUR

 

— Franz Kafka, Lettres à Milena (Briefe an Milena, Frankfurt am Main, S. Fischer Verlag, 1952, traduit de l’allemand par Alexandre Vialatte. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entie », 1956, 288 pages, épuisé / « Idées », n°479, 1983, 288 pages, épuisé.

 

* Nouvelle édition :

 

[FICHE LIVRE]Lettres à Milena, édition revue et augmentée, textes complémentaires traduits de l’allemand par Claude David. [Paris], Éditions Gallimard, « L’Imaginaire », n°200, 1988, 364 pages. [En appendice, extraits de lettres de Milena Jesenská à Max Brod, 1920-1924].

 

Franz Kafka connut d’abord Milena comme traductrice : elle établissait la version tchèque de quelques-unes de ses proses courtes. Ces relations se transformèrent en une liaison passionnée dont les lettres permettent de suivre le progrès. Cette passion ne dura qu’un instant, elle tient en quelques mois à peine. Les lettres racontent d’un bout à l’autre ce roman d’amour, orgie de désespoir et de félicité, de mortification et d’humiliation. Car quelle qu’ait pu être la fréquence de leurs rencontres, leurs amours restent essentiellement épistolaires comme celles de Werther ou de Kierkegaard. Milena est morte vingt ans après Kafka, dans le camp de concentration de Ravensbrück. (Présentation de léditeur)

 

 

 

— Margarete Buber-Neumann, Milena (Kafkas Freundin Milena, Munich, G. Müller, 1963), traduit de l’allemand par Alain Brossat. [Paris], Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1986, 276 pages, épuisé.

 

* Réédition :

 

[FICHE LIVRE]Milena, Éditions du Seuil, « Points Actuels », n°443, 1997, 288 pages.

 

Dans l’Europe nazie, Margarete Buber-Neumann est accusée de « dévationnisme » et déportée dans le camp de Ravensbrück. Elle y fait une rencontre décisive : Milena Jesenskà, journaliste engagée, amie de Kafka, avec qui elle noue une amitié que même la terreur du camp ne saurait menacer… À la fois témoignage historique sur l’expérience concentrationnaire et hommage à une amie qui n’est plus, voici une biographie aussi singulière que bouleversante. Margarete Buber-Neumann est née en 1901 à Potsdam. Ses idéeaux communistes s’effondrent sous la dictature stalinienne. Libérée du camp de Ravensbrück en 1945, elle n’a cessé jusqu’à sa mort de combattre les dictatures. (Présentation de l’éditeur)

 

 

 

— Jana Cerna, Vie de Milena. De Prague à Vienne (Adresát Milena Jesenská, Prague, Klub mladá poesie, 1963 / Prague, Klub p?átel poesie, 1969), traduit du tchèque par Barbora Faure, avant-propos et photographies de Stasa Fleischmann. [Paris], Éditions Maren Sell, 1988, 206 pages, illus., épuisé

 

* Réédition :

 

Vie de Milena, de Prague à Vienne. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de Poche », n°6747, 1990, 192 pages, épuisé.

 

 

 

— Alena Wagnerova, Milena (Milena Jesenská, Mannheim, Bollmann, 1994), traduit de l’allemand par Jean Launay. [Paris], Éditions du Rocher, Anatolia, 2006, 192 pages+24 planches, épuisé.

 

Destinataire des Lettres à Milena de Franz Kafka, Milena Jesenská (1896-1944) occupe déjà à ce titre une place assurée dans l’histoire de la littérature. L’ombre géante de Kafka a longtemps abrité mais aussi bien occulté la figure originale de cette journaliste tchèque, pionnière de l’émancipation et de l’engagement politique des femmes, qui fut dans les années vingt et trente une des plus brillantes personnalités de la vie culturelle de Prague et de Vienne. Son propre destin est de ce fait intimement uni à celui de l’Europe en proie, à cette époque et en ces lieux, aux bouleversements que l’on sait. Excellente journaliste, elle fut non seulement un trait d’union entre les cultures, tchèque et allemande, qui se partageaient la Bohême, mais aussi, par ses écrits, une militante active contre le régime nazi, qui paiera finalement de sa vie, au camp de concentration de Ravensbrück, son engagement politique. Elle fut du commencement à la fin une femme exceptionnelle, passionnée à l’extrême et constante par son courage. (Présentation de léditeur)

 

 

 

[FICHE LIVRE] — Maria Hockaday, Milena de Prague (Kafka, love and courage. The life of Milena Jesenská, London, A. Deutsch, 1995), traduit de l’anglais par Catherine David. Éditions Calmann-Lévy, 1997, 244 pages. [Contient un choix de textes de Milena Jesenská].

 

A Milena Jesenska, Franz Kafka a adressé quelques-unes des plus belles lettres d’amour du XXe siècle. Mais qui était vraiment cette femme née à Prague avec le début du siècle et morte en 1944 à Ravensbrück ? Mary Hockaday s’est plongée dans les archives tchèques et autrichiennes, elle a retrouvé les derniers témoins de cette existence fascinante pour écrire la biographie la plus complète jamais parue à ce jour. De la révolte d’une jeune fille de bonne famille à la découverte de l’amour, de la maternité à l’engagement politique que Milena paya de sa vie, l’auteur retrace ici la vie passionnée d’une femme éprise d’absolu qui épousa tous les justes combats de son temps. Mary Hockaday est journaliste à la BBC. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >