Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

JANOUCH, Gustav

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Maribor, Slovénie, 1903 – Prague, 1968). Gustav Janouch. Ami de Franz Kafka (1920-1924). Compositeur de musique légère et écrivain de langue allemande. Traducteur du tchèque en allemand.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

? Kafka ma dit. Notes et souvenirs (Gespräche mit Kafka, Frankfurt a. M, S. Fischer, 1951), traduit de l’allemand par Clara Malraux ; préface de Max Brod. [Paris], Éditions Calmann-Lévy, 1952, XX-188 pages, épuisé.

 

* Nouvelle traduction sous le titre :

 

? Conversations avec Kafka, traduit de l’allemand, présenté et annoté par Bernard Lortholary. [Paris], Éditions Maurice Nadeau / Robert Laffont, « Les Lettres nouvelles », 1977, 278 pages, épuisé.

 

* Réédition :

 

[FICHE LIVRE] ? Conversations avec Kafka. [Paris], Éditions Maurice Nadeau, 1988, 278 pages.

 

En 1920, un lycéen de dix-sept ans soumet ses poèmes au Dr Franz Kafka, écrivain, employé dans une compagnie d’assurances à Prague. Ils se voient presque quotidiennement pendant des mois. Kafka éclaire son jeune ami sur la littérature et son œuvre propre. Le jeune Janouch s’est attaché à cet homme étrange et bon qu’il admire. Il boit ses paroles. Il les note après chaque entrevue. C’est seulement trente ans plus tard, en 1951, alors que Kafka est devenu après sa mort, l’un des plus grands écrivains de ce temps, que Gustav Janouch publie cet extraordinaire témoignage que constitue Conversations avec Kafka. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook