Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

JANACEK, Leos

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Hukvaldy, Moravie, 1854 – Ostrava, 1928). Leoš Janá?ek. Compositeur, généralement auteur-adaptateur des livrets de ses opéras.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Jenufa (Její pastorky?a), opéra en trois actes, créé à Brno le 21 janvier 1904, livret du compositeur d’après le drame Její pastorky?a [Sa belle fille] (1890) de Gabriela Preissová (1862-1946), traduit du tchèque par Georges-André Block. [Paris], Librairie théâtrale / G. Billaudot, « Opéra de Paris », 1980, 52 pages.

 

* Nouvelles traductions :

 

Jenufa. Livret bilingue, traduit du tchèque par Marie-Élisabeth Ducreux. [Paris], Éditions Premières loges, LAvant-Scène Opéra, n°102, 1987, 130 pages, illus.

 

Jenufa. Livret bilingue, édition d’André Segond. [Arles], Éditions Actes Sud / Opéra de Marseille, 2009, 144 pages, illus.

 

 

 

Katia Kabanova (Kátia Kabanova), opéra en trois actes, créé à Brno le 23 octobre 1921, livret de Vincenc Cervinka d’après le drame LOrage (Groza, 1859) de Alexandre Nikolaïevitch Ostrovski (1823-1886). Livret bilingue, traduit du tchèque par Marie-Elisabeth Ducreux. [Paris], Éditions Premières loges, LAvant-Scène Opéra, n°114, 1988, 2011, 130 pages, illus.

 

* Nouvelle édition :

 

Katia Kabanova. Livret bilingue, édition d’André Segond. [Arles], Éditions Actes-Sud / Opéra de Marseille, 1992, 80 pages.

 

 

 

La Petite renarde rusée (P?íhody lišky Bystroušky), opéra en trois actes, créé à Brno le 6 novembre 1924, livret du compositeur d’après le récit Liška Bystrouška (1920) de Rudolf T?snohlídek. Livret bilingue, traduit du tchèque par Milena Braud. [Paris], Éditions Premières loges, L’Avant-Scène Opéra, n°84, 1986, 148 pages, illus., épuisé.

 

* Nouvelle édition :

 

La Petite renarde rusée. Livret bilingue, traduit du tchèque par Michel Chasteau ; guide d’écoute de Marianne Frippiat. [Paris], Éditions Premières loges, L’Avant-Scène Opéra, n°252, 2009, 144 p., illus.

 

 

 

[FICHE LIVRE]LAffaire Makropoulos. Opéra en 3 actes de Leoš Janá?ek (créé à Brno le 18 décembre 1926), livret du compositeur, d’après la pièce de Karel ?apek, traduit du tchèque par Irène Kudela. [Paris], Éditions Premières Loges, LAvant-Scène Opéra, n°188, janvier 1999, 120 pages, illus.

 

[Sommaire : « Points de repère » ; Jean-François Boukobza, « Argument » ; Leos Janacek, Livret intégral ; Jean-François Boukobza, « Commentaire musical et littéraire » ; Milan Kundera, « À la recherche de la vérité mélodique » ; Harry Halbreich, « Des rêves, rien que des rêves » ; Jean Kudela, « Karel ?apek, un écrivain de notre temps » ; Alain Steghens, « E. M. ou les mystères de Prague » ; Anja Silja, « Emilia Marty, c’est moi » ; Elisabeth Söderström, « Elina me tient le plus à cœur » ; Catherine Malfitano, « Marty ? C’est mon rôle préféré » ; Raina Kabaivanska, « Elina Makropoulos, un personnage inouï » ; Pierre Flinois, « Discographie et vidéographie comparées » ; Elisabetta Soldini, « L’œuvre à l’affiche » ; Bibliographie].

 

* Nouvelle édition :

 

LAffaire Makropoulos. Opéra en 3 actes de Leoš Janá?ek, (créé à Brno le 18 décembre 1926), livret du compositeur, d’après la pièce de Karel ?apek. [Paris], Éditions Bleu nuit / Opéra national du Rhin, 2002, 64 pages, illus.

 

[Contient : le livret complet en français, des textes de Daniel Dollé, Michèle Raoul-Davis, Karel ?apek, Jiri Vyslouzil, Milan Kundera, Bernard Suchecky, Angelo Maria Ripellino, André Neher, Sigmund Freud, Correspondances].

 

 

 

De la maison des morts (Zápisky z Mrtvé ho domu), opéra en trois actes créé à Brno le 12 avril 1930, livret du compositeur d’après le roman Souvenirs de la maison des morts (Zapiski iz mërtvogo doma, 1861) de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881). Livret bilingue, traduit du tchèque par Marie-Élisabeth Ducreux ; préface de Milan Kundera. [Paris], Éditions Premières loges, LAvant-Scène Opéra, n°107, 1988, 112 pages, illus., épuisé.

 

* Nouvelle édition :

 

De la maison des morts. [Paris], Éditions Premières loges, LAvant-Scène Opéra, n°239, 112 pages, illus.

 

 

 

[FICHE LIVRE]Écrits, choisis, traduits du tchèque et présentés par Daniela Langer. [Paris], Éditions Fayard, 2009, 512 pages, illus.

 

Leoš Janá?ek a passé sa vie à écrire : des notes de musique, mais aussi des mots, des textes. Il a écrit lui-même (ou co-écrit avec d’autres auteurs) les livrets de certains de ses opéras, et éprouvait une passion effrénée pour l’expression verbale (sa forme et son contenu, son sens, sa beauté), passion qu’il a assouvie tous les jours, farouchement, singulièrement, jusqu’à la fin de sa vie. Il prêtait l’oreille à tout ce qui « parle » (êtres humains, bêtes, plantes, minéraux, éléments), ne rechignait point à parler lui-même, il était grand lecteur aussi ; mais par-dessus tout il éprouvait – en vrai solitaire – un besoin irrépressible, et intarrissable, d’écrire. Études, essais, esquisses, articles, critiques, récits, feuilletons, préfaces, conférences, lettres (des milliers), tous les écrits de Leoš Janá?ek sont empreints, aussi bien au plan de la pensée qu’à celui du style, d’une même originalité, celle de l’artiste qui s’y exprime.

 

Des notations de tout ce qui s’entend (l’abeille qui bourdonne, l’enfant qui gazouille, les conversations et leurs mélodies...) à la réflexion théorique la plus poussée, de la perception charnelle du son à la construction de formes puissamment expressives (Jenufa, LAffaire Makropoulos, la Messe glagolitique, De la maison des morts...), son être musical se révèle ici dans toute son ampleur.

 

En mettant à disposition des amateurs francophones un choix varié de textes jusqu’alors exclus de leur compréhension, Daniela Langer, qui traduit et présente l’ouvrage, permettra au public sans cesse grandissant que touche l’œuvre de Leoš Janá?ek de mieux comprendre et apprécier un des compositeurs majeurs de notre temps. La structure de l’ouvrage reflète le parcours suivi, à travers mainte embûche et jusqu’à l’explosion de son talent, par un musicien qui n’aura connu qu’à la fin de sa vie la consécration, d’abord dans son pays devenu un État indépendant et libre, puis sur la scène internationale. (Présentation de léditeur)

 

 

 

SUR L’AUTEUR

 

[FICHE LIVRE] — Guy Erismann, Janá?ek ou La passion de la vérité. [Paris], Éditions du Seuil, « Musiques », 1980, 352 pages, épuisé / Réédition revue et augmentée, 2007, 528 pages.

 

Leoš Janá?ek grandit dans un pays en pleine effervescence politique et fut mêlé aux ultimes combats pour la réhabilitation de la culture tchèque et la reconnaissance de sa langue nationale. Étudiant sceptique, puis enseignant contestataire, il forgea lui-même son instrument pédagogique, sa règle de vie et son style, en marge des écoles et des courants. Le jeune apprenti musicien se fit pour cela ethnologue, philosophe et sociologue, afin d’étudier les véritables origines de son art. Visionnaire, artisan de toutes les émancipations, son cheminement est à l’image de ses ambitions : rigoureux et aventureux. La vérité de son langage en fait l’un des compositeurs les plus modernes du XXe siècle : un musicien redécouvert depuis plusieurs années et qui inspire aujourd’hui les jeunes créateurs en quête d’indépendance. Ses opéras Jenufa, Kata Kabanová, La Petite renarde rusée, LAffaire Makropoulos ou De la maison des morts, et ses deux quatuors, restent chargés de passion, de souffrance et de révolte. Cette réédition de l’ouvrage de référence, le seul à ce jour consacré au grand compositeur tchèque, est revue et complétée. Elle comporte une nouvelle préface de l’auteur, ainsi qu’un catalogue bilingue, alphabétique et chronologique. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook