Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

SANEROVA, Hana

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] / [FRANCE] (Bohême, 1927). Hana Sanerova, nom de jeune fille de Hana Voisine-Jechova. Universitaire, elle a émigré à Paris en 1976. De 1982 à 1995, elle a enseigné la langue et la littérature tchèques à l’Université de Paris-IV. Sous le nom d’Hana Voisine-Jechova, elle a collaboré ou dirigé diverses publications : anthologies, revues, essais (voir les dossiers ANTHOLOGIES / REVUES et ESSAIS) et publié une remarquable Histoire de la littérature tchèque (Paris, Éditions Fayard, 2001). Depuis une dizaine d’année, sous le nom de Hana Sanerova, elle est revenue à l’écriture de fiction en prose, marquée par des interrogations philosophiques et éthiques.

 

 

 

LIVRES (en français) sous le nom de Hana Sanerova

 

En Bohême, ou partout, roman. [Paris], Éditions de L’Harmattan, 2002, 198 pages.

 

Est-ce l’histoire d’un pays idyllique, ingrat, fragile, fascinant ? Ou l’histoire d’une conscience cherchant, à travers le temps, le sens de l’être ? Suite de petits événements, de rencontres imprévues ou prévues, d’angoisses, d’éblouissements... Sous l’apparence de souvenirs d’enfance (ou de leur projection infidèle, de leurs métamorphoses) se dessine une interrogation sur une multitude de sentiments, de désirs, d’attentes - et une tentative de capter, dans un monde figé ou déchaîné, ce qui palpite et frémit. Mais on peut lire ce livre aussi comme un récit simple sur une vie ordinaire, comme un témoignage sur l’errance dans le labyrinthe des rapports humains, comme une confession de ce qui aurait pu se passer en Bohême (ou partout ?) dans les années trente et quarante ; dans ces années si lointaines - et pourtant trop proches. (Présentation de l’éditeur)

 

 

 

De l’incertitude. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Lettres tchèques », 2004, 152 pages.

 

Fondé sur une « autobiographie intérieure » (qui s’éloigne nécessairement des événements vécus), ce recueil essaie de formuler quelques interrogations existentielles propres à notre époque qui, parfois, semble se trouver « au bord du chaos ». Il ne s’agit pourtant pas de réfléchir seulement sur l’indifférence et la culpabilité ou la solitude et les malentendus; il faut découvrir (redécouvrir) le sens de l’existence. Mais comment sortir de l’incertitude qui nous guette ? Derrière de petites scènes ponctuelles, il y a une quête de l’identité, un désir de s’appuyer sur quelque chose qui permettrait de saisir la valeur du monde. (Présentation de l’éditeur)

 

 

 

[FICHE LIVRE]Être ailleurs ? Souvenirs de ce que j’aurais pu vivre, roman. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Lettres tchèques », 2005, 120 pages.

 

Après des années loin de son pays, la narratrice essaie de comprendre son passé « tchèque », ses rapports problématiques avec le pays qu’elle avait quitté et ses errances en France, à Paris ou ailleurs. Les retombées du Printemps de Prague se combinent avec des interrogations existentielles. A travers des expériences vécues, imaginaires, et face aux sentiments, parfois difficiles à définir, elle cherche à découvrir la valeur des choses et à saisir ce qui ne périt pas avec le temps dans l’existence dont le sens semble nous échapper. (Présentation de l’éditeur)

 

 

 

Fragments d’un journal infidèle. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « Amarante », 2011, 172 pages.

 

À travers des textes courts, discontinus, descriptifs et réflexifs, la narratrice cherche à saisir la simultanéité des sentiments et des souvenirs, à concilier le passé et le présent. Les interrogations sur le sens de l’existence sont accompagnées de commentaires ponctuels sur la situation politique et sociale de nos jours, en France et dans le monde, et d’une sorte de confession infidèle où les désirs et les rêves se confondent avec des morceaux d’expériences vécues. Les méditations philosophiques et éthiques sont enrichies d’évocations poétiques de lieux visités ou imaginés. La menace de la solitude s’efface avec la conviction que ce que nous avons pleinement vécu ne se termine jamais dans ce monde imparfait que nous ne comprenons pas complètement, mais qu’il faut accepter. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >