Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

TOPOL, Jachym

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Prague, 1962). Jáchym Topol. Petit-fils du romancier Karel Schulz et fils du dramaturge dissident Josef Topol, il est un représentant typique de l’underground tchèque de l’après 68. Auteur de chansons pour les groupes rock Psí vojáci [Les chiens soldats] et Národní trída [Route nationale], co-fondateur des éditions Mozkov mrtvice [Congestion cérébrale] et de l’importante revue clandestine Revolver Revue (devenue publique après 1989). Après avoir publié plusieurs recueils de poèmes en samizdat, il obtient un succès considérable avec des romans nourris de références autobiographiques : Sestra [Sœurs] (1995), qui a obtenu le prestigieux prix Egon Hostovský, l’apocalyptique Angel Exit (1995) et Missions nocturnes (2001). « D’une certaine manière, sa prose n’est qu’un ultime développement de sa poésie, qui mélange semblablement des situations vécues, des aventures imaginaires et des spectres de cinéma ou de télévision, en une vision cauchemardesque de la vie de chaque jour, où celle-ci prend l’aspect d’une guerre permanente. » (Petr Král).

 

ANTHOLOGIES / REVUES

 

* Poèmes, dans La Poésie tchèque moderne (1914-1989), Belin, 1990 ; Les Deux rives de la Morava, Bf, 1994 ; La Poésie tchèque en fin de siècle, Sources, 1999 ; Anthologie de la poésie tchèque contemporaine (1945-2000), Gallimard, 2002.

 

* Extrait d’un roman inédit, traduit du tchèque par Marianne Canavaggio, dans Treize écrivains tchèques, L’Aube, 1999.

 

LIVRES (traductions françaises)

 

[FICHE LIVRE]Ange exit (And?l, Prague, Hynek, 1995), roman, traduit par Marianne Canavaggio. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons. Domaine de l’Est », 1999.

 

* Réédition :

 

Ange exit. [Paris], Éditions « J’ai lu », n°6161, 2002, 160 pages, épuisé.

 

« Le ciel était rouge. Il léblouissait. Il voulait bouger, sur les épaules, dans le cou, dans la nuque, il avait senti un clapotis, clap, clap, il savait que cétait du sang. Puis il sétait mis à labri. Il avait filé. Loin de son territoire. Mais les éclairs rouges lavaient retrouvé. »

 

C’est au carrefour de l’Ange que la vision a submergé Jatek pour la première fois. Alors qu’il attendait le tramway, le rouge est tombé du ciel pour entrer dans ses yeux. C’était bien du sang. Depuis, il ne cherche plus la lumière du dehors, il ferme les yeux le plus possible, ou cherche une défonce rapide et miraculeuse qui l’enverra au paradis avec Véra. Mais il sait qu’il a quelque chose à trouver tout au fond de lui. Ce roman aux accents satiriques offre une vision trash du monde contemporain et de la quête du bonheur. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Missions nocturnes (No?ní práce, Prague, Hynek, 2001), roman, traduit par Marianne Canavaggio. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons. Domaine de l’Est », 2002, 324 pages.

 

Alors que les chars soviétiques entrent dans Prague et que leur père, dissident, se cache, Ondra et son jeune frère se retrouvent dans un petit village de la campagne tchèque, livrés à eux-mêmes. Inconscient de la portée des événements, confronté aux compromissions et aux lâchetés des adultes qui acquiescent tacitement au chaos d’un monde qui se défait, Ondra cherche à entretenir pour son petit frère l’illusion que tout va bien tandis que s’achève pour lui le temps de l’innocence. Magnifique évocation des constructions et des fantômes de l’enfance, ce roman à la fois tendre et apocalyptique nous promène à la limite du rêve, de la réalité et du cauchemar. (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]Zone cirque (Kloktat dehet, Prague, Torst, 2005), roman, traduit du tchèque par Marianne Canavaggio. [Lausanne], Éditions Noir sur blanc, 2009, 280 pages.

 

« Le ciel nous tombait dessus, traversé par dimmenses cigognes qui battaient des ailes, comme des voiles de feu, et on a entendu de nouvelles explosions et les cigognes qui claquaient du bec : tacatacatacatac... je suis tombé sous les jambes de quelquun, mais je ne pouvais pas mempêcher de rigoler... cest que dans les ombres immenses qui parcouraient le ciel, je ne voyais plus des nuages, mais des petits cochons ! Et des ombres de chèvres et de boucs cabriolaient dans les airs, des ombres de chiens et de coqs chevauchaient léchine des cochons ! Et une belette au museau ensanglanté paradait devant des poules qui miaulaient comme des chats... »

 

Dans la Tchécoslovaquie d’après-guerre, un orphelinat religieux est repris en main par un groupe de soldats. Les garçons reçoivent trois sous d’instruction militaire avant d’être confrontés à l’invasion du pays par les troupes du pacte de Varsovie. Alors que la population organise la résistance, le jeune héros, Ilia, se retrouve enrôlé par une division de tankistes soviétiques dont la véritable mission, longtemps tenue secrète, consiste à rassembler les cirques ambulants pour transformer la région en un grand parc d’attractions socialiste... (Présentation de léditeur)

 

[FICHE LIVRE]LAtelier du diable (Chladnou zemí, Prague, Torst, 2009), roman, traduit du tchèque par Marianne Canavaggio. [Lausanne], Éditions Noir sur blanc, 2012, 144 pages, 2012.

 

Le protagoniste, ingénu et romantique, est l’un des fondateurs d’une communauté hippy qui se propose de gérer, en l’exploitant à des fins commerciales, la mémoire du camp de concentration de Terezin. Bien vite, les touristes occidentaux affluent. Suite au démantèlement du site autogéré, ils le déplaceront en Biélorussie, où un groupe d’opposants au régime prépare en secret un projet similaire. (Présentation de l’éditeur)

 

 FILMOGRAPHIE

 

Ange exit (And?l Exit, 2000), réal. Vladimír Michálek, d’après le roman homonyme (1995) – Sestra (2008), réal. Vít Pancí?, d’après le roman homonyme (1994).




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Quelle "époque épique" !

    “Le temps est la matière vive de l’Histoire. Ainsi sont nés les époques, les périodes ou les âges de notre histoire.“ Mais que nous raconte une époque historique ? Et pourquoi et comment a-t-on décidé que telle période devait commencer ici et se terminer là ? Au delà d’un découpage mûrement réfléchi ou parfaitement aléatoire, une question demeure cependant : comment nommer ces césures ou ces continuités, ces quelques jours ou ces quelques siècles, et que dire des “noms de l’Histoire” ?

    6 février 2020

    >> Lire la suite

Facebook