Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

TOPOL, Josef

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Po?í?í nad Sázavou, 1935). Josef Topol. Auteur clé du théâtre tchèque contemporain. Après avoir débuté en 1955 par une tragédie historique en vers, il donne avec Fin de carnaval (1963), une allégorie complexe de la mort et de la culpabilité. En 1965, avec le metteur en scène Otomar Krejca, le dramaturge Karel Kraus, les acteurs Jan Triska et Maria Tomasova, il participe à la fondation du célèbre Divadlo Za Branou [Le théâtre derrière la porte], qui sera pendant sept ans l’un des foyers artistiques les plus féconds de Prague. Nombre de ses pièces et adaptations théâtrales - notamment Tchékhov – y seront créées, dans des mises en scène d’Otomar Krejca ou de lui-même (scénographies de Josef Svoboda et costumes de Jarmila Konecna), puis représentées (et traduites) un peu partout en Europe :Ko?ka na kolejích [La Chatte sur les rails] (1965).Slavík k ve?e?i [Rossignol à dîner] (1967).Hodina lásky [Une heure d’amour] (1968).Dve noci s dívkou [Deux nuits avec une fille] (1972). Après la fermeture du théâtre par les autorités le 10 juin 1972, ses pièces sont interdites de publications et de représentations. Signataire de la Chartre 77, il doit travailler comme ouvrier, et publie ses textes en samizdat.

 

 

 

ANTHOLOGIES / REVUES

 

* Poèmes, dans Hommage à Mikuláš Medek, Union, 1978.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Fin de carnaval (Konec masopustu, Prague, Dilia, 1963 ; version remaniée, Prague, Dilia, 1968), théâtre, adapté du tchèque par Milan Kepel. [Paris], LAvant-Scène Théâtre, n°438, 1969, 38 pages, illus., épuisé.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook