Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

HOLAN, Vladimir

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Prague, 1905 – Prague, 1980). Vladimír Holan. Un des plus grands poètes tchèques modernes. Brièvement influencé à ses débuts par le poétisme, il s’oriente rapidement vers une expression abstraite et pessimiste (Le Triomphe de la mort, 1930), puis à la fin des années trente, révolutionnaire et antinazi, il devient un auteur résolument engagé. Cette période se prolonge durant les années de guerre et au-delà, avec plusieurs compositions dédiés à l’Union soviétique et à l’Armée rouge (1945-1947). Bientôt, cependant il remet en question son engagement politique, rompt avec le parti communisme et son « réalisme socialiste » et s’enferme dans un silence éloquent, interrompu seulement lors de la libéralisation des années 60.

« La double expérience du nazisme et du communisme ayant fourni à Holan son substrat historique, c’est par un langage de “douleur” qu’il dominera dorénavant l’absurdité tragique des choses, pour pouvoir atteindre les questions essentielles, suprahistoriques, questions qu’il pose non pas à la société, ni même au monde, mais à l’univers tel qu’il est conçu dans la tradition archaïque. En se confondant dans un apparent cercle d’identité, la question et la réponse atteignent une dimension nouvelle : cette troisième et dernière période de l’œuvre holanienne fait de son auteur, selon ses propres paroles, le “poète sombre, poète apocalyptique” de son temps. L’œuvre épique de Holan culmine avec les Histoires (1963) écrites entre 1954 et 1962 et Une nuit avec Hamlet (1964), écrite entre 1949 et 1956. Tout en quittant le vers régulier et les structures traditionnelles, Holan devient narrateur actif, donnant au poète un rôle dominant par rapport au message. Mais l’art de la contradiction - contradiction exploitée jusqu’aux ultimes conséquences possibles - permet à l’auteur de dépasser le cadre simplement “épique” de ses histoires et de leur fournir un tissu proprement dramatique. Cette optique s’accentue encore dans Une nuit avec Hamlet, le “summum de l’œuvre holanienne” selon certains, réflexion, méditation et dialogue rassemblant réalités et personnages historiques dans une seule tragédie moderne. La “période noire” est également celle des recueils Iyriques dont En marche (1964), Douleur (1965), Les Affres de la mort (1967), Un coq pour Asclépios(1970). L’évolution du genre Iyrique est semblable à celle des cycles épiques : le vers se libère, le poème se confond avec une réflexion, voire un aphorisme, le paradoxe est plus présent que jamais. Après le Printemps de Prague, interrompu par l’arrivée des chars soviétiques, l’histoire se répète pour les manuscrits de Holan : les deux derniers recueils, rassemblés sous le titre de LAbîme de labîme (1982), ne verront le jour qu’après la mort du poète. » (Patrick Ourednik).

À côté de vers pour enfants et de textes en prose, il laisse également une impressionnante œuvre de traduction (Ronsard, Baudelaire, Rilke, Gongora, etc.)

 

ANTHOLOGIES / REVUES

 

* Poèmes, dans Poésie tchécoslovaque contemporaine, Artia, 1958. ; Europe, n°351-352, 1958 /, n°569, 1976 ; Action poétique, n°38, 1968 ; Le Monde, 3 août 1968 / 21 août 1970 ; Esprit, n°393, 1970 ; Marginales, n°138, 1971 ; La Revue des Belles-Lettres, n°2-3, 1972 / 1989 / n°1-2, 1991 ; Change, n°10, 1973 ; Argile, n°3, 1974 ; LEurope des poètes, Le Cherche-midi, 1980 ; LIre des vents, n°5, 1982 ; Liberté 149, n°5, 1983 ; Anthologie de la poésie tchèque et slovaque, Messidor, 1987 ; Écriture, n°29, 1987 ; Nota bene, n°20-21-22, 1988 ; La Nouvelle Alternative, n°11, 1988 ; LAutre Europe, n°17-18-19, 1988 ; Chants d’amour pour la vie, Orbis, 1988 ; Recueil, n°10, 1988 ; Autrement H. S., n°46, 1990 ; La Poésie tchèque moderne (1914-1989), Belin, 1990 ; Aspects de la poésie tchèque, Sud, 1991 ; Les Deux rives de la Morava, Bf, 1994 ; Anthologie de la poésie tchèque contemporaine (1945-2000), Gallimard, 2002.

 

* Extraits de Lemuria (Prague, Melantrich, 1940), prose, traduit par Erika Abrams dans Nulle part, n°3, avril 1984 / n°6, 1985. 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook