Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

HODROVA, Daniela

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Prague, 1946). Daniela Hodrová. Romancière, traductrice (russe, français), directeur de recherche à l’Institut littéraire de l’Académie des Sciences, elle a également écrit des ouvrages théoriques et critiques sur la littérature tchèque et les littératures étrangères, tout particulièrement sur le genre romanesque. Mariée à l’écrivain Karel Milota. « Il serait peut-être possible de prendre mes romans pour des romans d’initiation dans le sens où il s’agit de romans sur la recherche – recherche du sens, recherche de la forme (du genre), recherche de soi-même. Et aussi recherche d’un certain sens spirituel, d’une connaissance transcendantale. » (Daniela Hodrová).

 

« C’est Prague qui est le lieu de la connaissance dans tous ses romans. Les vies des personnages s’interpénètrent ici avec celle de la ville, avec son histoire et ses mythes. La ville de Prague, la symbolique et les éléments créant les mythes jouent un rôle-clé dans Prague. Visite privée (1992) et dans la trilogie Cité dolente (1991-1992). Les niveaux temporels se mêlent et la ligne entre la vie et la mort devient moins nette. » (Pavlína Kubíková).

 

 

 

ANTHOLOGIES / REVUES :

 

* « Cité dolente » (1990), traduit du tchèque par Petr Král, dans Autrement H. S., n°46, 1990.

 

* « L’art du roman chez Vladislav Vancura », préface de Vladislav Vancura, Markéta Lazarova, traduit du tchèque par Milena Braud, Paris, Éditions Christian Bourgois, 1993.

 

* Extrait du roman Thêta (1992), traduit du tchèque par Catherine Servant, suivi d’un entretien de l’auteur avec Michel Cornaton et de « L’univers hodrovien » par Catherine Servant, dans Le Croquant, n°20, 1996.

 

* « Le petit ange boiteux », extrait du roman Ztragené d?ti [Les enfants perdus] (1997), traduit du tchèque par Catherine Servant, dans Treize écrivains tchèques, Éditions de L’Aube, 1999.

 

* « Hagibor » (Hagibor) et « L’église » (Chrám), nouvelles inédites traduites du tchèque par Catherine Servant, dans Nouvelles pragoises, L’Esprit des péninsules, 1999.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Le Royaume dOlšany. Trilogie Cité dolente (Trýznivé m?sto). I. (Podobojí [Sous les deux espèces], Prague, Severo?eské nakladatelství, 1991), roman, traduit du tchèque par Catherine Servant, postface de Petr Král. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons. Domaine de l’Est », 1992, 256 pages, épuisé.

 

 

 

Les Chrysalides. Tableaux vivants. Trilogie Cité dolente (Trýznivé m?sto). 2. (Kukly, Prague, Práce, 1991), roman traduit du tchèque par Catherine Servant. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons. Domaine de l’Est », 1995, 352 pages, épuisé.

 

 

 

Thêta. Trilogie Cité dolente (Trýznivé m?sto). 3 (Théta, Prague, ?eskoslovenský spisovatel, 1992), roman traduit du tchèque par Catherine Servant, préface de Václav Jamek. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Pavillons. Domaine de l’Est », 1999, 288 pages, épuisé

 

 

 

Prague, visite privée (M?sto vidím..., Prague, Euroslavica, 1992), traduit du tchèque par Catherine Servant, photographies d’Anne Garde. [Paris], Éditions du Chêne, « Visite privée », 1991, 160 pages, épuisé.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook