Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BOR, Josef

 

[RÉPUBLIQUE TCHÈQUE] (Ostrava, 1906 – Prague, 1979). Pseudonyme de Josef Bondy. Romancier.Josef Bor fut interné à Terezin en juin 1942, à la suite de l’attentat contre le nazi Reinhard Heydrich. En octobre 1944, il fut transféré au camp d’Auschwitz, où sa mère, sa femme et ses deux enfants furent gazés. À la liquidation du camp, il fut envoyé à Buchenwald. Libéré en avril 1945, Josef Bor s’installa à Prague et publia Opustená panenka[La Poupée abandonnée] en 1961, puis Le Requiem de Terezin en 1963.

 

 

 

LIVRES (traductions françaises)

 

Le Requiem de Terezin (Terezínské rekviem, Prague, ?eskoslovenský spisovatel, 1963), roman traduit du tchèque par Zdenka et Raymond Datheil, préface de O. Schubert. [Paris], Éditions Robert Laffont, 1965, 148 pages, épuisé.

 

* Nouvelle édition :

 

[FICHE LIVRE]Le Requiem de Terezin, traduction de Zdenka et Raymond Datheil révisée par l’éditeur. [Paris], Éditions du Sonneur, 2005, 128 pages.

 

* Réédition :

 

[FICHE LIVRE]Le Requiem de Terezin. [Paris], LGF, Le Livre de poche. Biblio roman, n°3451, 2008, 128 pages.

 

« Une foule importante attendait patiemment dans la cour de lancienne école de Terezin, devant les portes closes de la salle de gymnastique.

 

Les artistes allaient arriver incessamment, ils devaient entrer les premiers pour atteindre leurs places sans difficulté. Raphaël Schächter, suivi de toute sa troupe de musiciens et de chanteurs, fut bientôt là. Cétait un ami connu de tous et que chacun avait rencontré dans la rue ; on le salua donc avec chaleur et sans façon. Aucune distance ne séparait les artistes de leurs auditeurs, ils étaient tous les prisonniers du même campages. Schächter ouvrit enfin les portes, les artistes aussitôt entrèrent et gagnèrent leurs places. Les gens entraient, beaucoup avaient amené leurs enfants, car ils savaient quils pourraient comprendre cette musique. La mort ne les menaçait-elle pas aussi chaque jour ?

 

Raphaël Schächter, pianiste et chef d’orchestre tchécoslovaque, arrive au camp de Terezin le 30 novembre 1941 et le quitte pour Auschwitz le 16 octobre 1944. Entre ces deux dates, il réussit, en dix-huit mois d’efforts desespérés, à répéter et à faire jouer le Requiem de Verdi. Josef Bor raconte cette histoire vraie en s’inspirant des versets du Requiem et en associant sa réflexion sur l’histoire à une méditation sur la musique. Une œuvre unique, d’une remarquable vitalité. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >