Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Vous êtes ici : Accueil > Catalogues > Les écrivains suisses d'expression allemande > Anthologies / Études / Revues

Les écrivains suisses d'expression allemande

Les écrivains suisses d'expression allemande

Anthologies et revues contenant des textes et des traductions d’écrivains suisses d’expression allemande, ainsi que des études générales, classées par date de parution.

 

— Charly Clerc, Écrivains de Suisse allemande. [Lausanne], Éditions des Lettres de Lausanne, « Les petites lettres de Lausanne », 1ère série, n°5, 1929, IV-48 pages, épuisé.

 

— Jean Moser, Le Roman contemporain en Suisse allemande de Carl Spitteler à Jakob Schaffner, avec une bibliographie du roman de 1900 à 1933. [Lausanne], Éditions Freudweiler-Spiro, 1934, épuisé.

 

Panorama des littératures contemporaines de Suisse. Littératures de la Suisse par Charly Clerc, Jean Moser, Piero Bianconi et Edgar Piguet. [Paris], Éditions du Sagittaire, 1938, IV-204 pages, épuisé.


— Charly Clerc, Entre les Alpes et le Rhin. Études sur la vie littéraire en Suisse allemande. [Genève], Éditions de la Frégate, 1944, IV-228 pages, épuisé.


— Jane-Suzanne Mauerhofer, Œuvres d’écrivains suisses en traductions allemandes et françaises. Essai bibliographique. [Berne], Bibliothèque nationale suisse, 1968, épuisé.


— Wilfred Schiltknecht, Le Roman contemporain en Suisse allemande. [Lausanne], Éditions L’Âge d’homme, « Lettera », 1975, 272 pages, épuisé.


Écrire aujourd’hui en Suisse allemande, anthologie réalisée et présentée par Jeanlouis Cornuz et Wilfred Schiltknecht. [Lausanne], Éditions L’Âge d’homme, « Contemporains », 1978, 240 pages, épuisé.

[Textes de Dres Balmer, Peter Bichsel, Sivio Blatter, Hans Boesch, Beat Brechbuhl, Erika Burkart, Walter M. Diggelmann, Jürg Federspiel, Christoph Geiser, Hans Hohler, Hugo Loetscher, Niklaus Meienberg, Herbert Meier, E. Y. Meyer, Adolf Muschg, Paul Nizon, Erica Pedretti, René Regenass, Werner Schmidli, Gerold Spath, Jörg Steiner, Walter Vogt, Otto F. Walter, Urs Widmer, Heinrich Wiesner, Gertrud Wilker].  


— Écrivains-ouvriers de Zurich, Derrière la Façade, [Lausanne], Éditions d’en bas, « La parole au peuple », 1982, 196 pages, épuisé.

[Textes de Kurt Badertscher, Beat Eberle, Malte Fues, Hans Peter Gansner, Walter Graf, Katharina Knecht, Hansruedi Meier, Oskar Muller, Hans Schilt, Astrid Spirig, Hans Vetterli, Bernhard Wenger, Ralf Winkler, Paul Wuillemin, Emil Zopfi].  


Écrivains suisses alémaniques d’aujourd’hui traduits en français, catalogue établi par Marie-Claude Liengme ; préface de Manfred Gsteiger. [La Chaux-de-Fonds], Bibliothèque de la ville, 1984, 64 pages, épuisé.


— Vladimir Dimitrijevic, Personne déplacée. Entretiens avec Jean-Louis Kuffer. [Lausanne], Éditions Favre, 1986, 224 pages, épuisé.

* Réédition :

[FICHE LIVRE] — Vladimir Dimitrijevic, Personne déplacée. Entretiens avec Jean-Louis Kuffer, suivi de Une alliance indestructible. [Lausanne], Éditions L'Age d'homme, « Poche suisse », n°243, 2008, 212 pages.

« Il faut relire, aujourd'hui, le beau portrait que Jean-Louis Kuffer a fait, en 1986, de Vladimir Dimitrijevic dans Personne déplacée, car il n'a pas pris une ride. Roman de formation et d'aventure, carnets d'un grand lecteur, écrit dans l'étroite distance que permet l'amitié, c'est le portrait fidèle d'un éditeur hors norme, fondateur des Editions L'Age d'Homme, qui, en 40 ans d'existence, auront publié près de 4 000 titres dans les domaines les plus divers : le monde slave, classique et contemporain, représente environ le quart du catalogue. La Suisse, bien évidemment, constitue le fonds même du travail de la maison, avec quelque 1 500 titres traitant de tous les aspects de la culture helvétique : littérature, histoire, sociologie, philosophie, théâtre, cinéma. Vingt ans plus tard, il vaut la peine de revenir sur le parcours d'un homme – éditeur avant tout – qui aura poursuivi, contre vents et marées, sa vocation de passeur et dont la devise, malgré les tempêtes de l'histoire, est restée inchangée : une ouverture sur le monde. Une alliance indestructible, texte de Jean-Louis Kuffer, actualise et justifie la présente réédition. » (Jean-Michel Olivier)

 

[FICHE LIVRE]Je me demande quand même. Femmes écrivains suisses de langue allemande (Zwischenzeilen, Berne, Zytglogge / Zurich, Pro Hevetia, 1985), anthologie réalisée et présentée par Elsbeth Pulver et Sybille Dallach, traduit de l’allemand par Etienne Barilier, Ursula Gaillard et Gilbert Musy. [Lausanne], Éditions d'en bas / Dossier Pro Helvetia. Littératures l. 1988, 224 pages.

[Textes de Margrit Baur, Maja Beutler, Erika Burkart, Margrit von Dach, Adelheid Duvanel, Eveline Hasler, Rahel Hutmacher, Hanna Johansen, Gertrud Leutenegger, Mariella Mehr, Helen Meier, Elisabeth Meylan, Heidi Nef, Erica Pedretti, Ilma Rakusa, Margrit Schriber, Verena Stefan, Claudia Storz, Silja Walter, Gertrud Wilker, Laure Wyss].

 

— Pierre-Olivier Walzer, Dictionnaire des littératures suisses, avec la collaboration de Françoise Fornerod et de Jean-Luc Seylaz. [Lausanne], Éditions de L'Aire, 1991, 528 pages, 1000 illustrations, épuisé.


Romanciers, ières de Suisse alémaniques, avant-propos de Wilfred Schiltknecht ; illustrations de Marc Jurt. [Genève], La Revue de Belles-Lettres, 117e année, n°2-4, 1993, 212 pages.

[Contient des textes de Renato P. Arlati ; Guido Bachmann ; Franz Boni ; Maja Beutler ; Yla Margot von Dach ; Martin Dean ; Reto Hânny ; Thomas Hùrlimann ; Félix Philippe Ingold ; Jùrg Laederach ; Hanna Johansen  ; Gertrud Leutenegger ; Mariella Mehr ; Gerhard Meier  ; Helen Meier  ; E.Y. Meyer ; Ilima Rakusa  ; Gerold Spath  ; Jörg Steiner  ; Verena Stefan ; Christina Viragh ; Walter Vogt ; Markus Werner ; Matthias Zschokke].

 

[FICHE LIVRE]Les Écrivains suisses alémaniques et la culture francophone au XVIIIe siècle. Actes du colloque de Berne, 24-26 novembre 2004, réunis par Michèle Crogiez Labarthe, Sandrine Battistini et Karl Kürtös. Textes en français et en allemand. [Genève], Éditions Slatkine Erudition, 2008, 428 pages.

Au XVIIIe siècle, les écrivains suisses alémaniques, en général bilingues, souvent voyageurs et parfois expatriés, sont confrontés à la fois aux tendances hégémoniques de la culture française et à l'affirmation grandissante d'une culture germanique en allemand. La curiosité des collaborateurs de ce volume s'est portée sur les choix, linguistiques, littéraires, théoriques, philosophiques, professionnels et éditoriaux de ces hommes et femmes de lettres situés au carrefour de deux cultures. On trouvera ici des aperçus inédits sur des intermédiaires culturels mal connus – du moins dans ce rôle – Chaillet, Crousaz, Denon, Füssli, Salchli, Sinner de Ballaigues, Mme Steck ; sur des tenants d'une certaine identité suisse, Bodmer, Breitinger, Mme de Pont-Wullyamoz ; et enfin sur des célébrités mieux connues en général que pour leur part active étudiée ici dans le transfert culturel franco-alémanique, Bonnet, Bonstetten, Haller, Lavater, Meister. [Présentation de l’éditeur]


[FICHE LIVRE] — Marlyse Pietri, Une aventure éditoriale dans les marges. [Carouge-Genève], Éditions Zoé, 2000, 96 pages.
Les Éditions Zoé sont créées en 1975 par Michèle Zurcher, Arlette Avidor, Sabina Engel et Marlyse Pietri à Carouge (canton de Genève). En 1982, Marlyse Pietri se retrouve seule et jusqu'en février 2011, les Éditions Zoé seront dirigées par elle.
En 2000, les Éditions Zoé fêtent leurs vingt-cinq ans d'activité éditoriale. Un regard rétrospectif s'impose. C'est Marlyse Pietri elle-même qui en dégage les temps forts, les choix marquants, les impatiences d'une position marginale, aux frontières de la France et loin de Paris. Elle publie notamment Nicolas Bouvier, Jean-Marc Lovay, Robert Walser. Elle se livre, non sans humour : sa passion du livre et de la traduction, ses goûts de lectrice, sa curiosité des talents nouveaux.


[FICHE LIVRE] — Anne-Marie Gresser, La Suisse territoire de l'utopie. [Paris], Éditions L'Harmattan, « Utopies », 2005, 276 pages.

La Suisse d'aujourd'hui est le Territoire de l'utopie tel qu'il apparaît dans les œuvres des écrivains germanophones qui illustrent cette étude. Cette terre s'interroge aujourd'hui sur ses mythes fondateurs et sa légitimité morale, par la voix d'auteurs à la plume généralement très critique, qui ne gagnent que difficilement la reconnaissance de leur propre pays. A la fois objet d'utopie et terrain d'exercice de toutes les variantes de celle-ci, la Suisse d'aujourd'hui est le théâtre d'une déconstruction méthodique des valeurs fondatrices, de diverses tentatives de fuite vers un topos meilleur, et parfois d'une intégration de l'utopie dans le quotidien, une démarche paradoxale qui confère à cette production littéraire sa « troisième dimension ». [Présentation de l’éditeur]


[FICHE LIVRE]Quatorze écrivains suisses. Les Belles étrangères, 2005. [Paris], Éditions Verticales / Gallimard, 2005, 192 pages.

[Sommaire : Introduction de Gérard Meudal, « Rêver à la Suisse ? » ; Anne-Lise Grobéty, « Complainte ordinaire de la lâcheté du temps » ; Zoë Jenny, « L'Eté de Sophie » ; Yves Laplace, « L'Agression » ; Michel Layaz, « Les Larmes de ma mère » ; Adolf Muschg, « Le Coq du clocher » ; Alberto Nessi, « Une brève anthologie » ; Giovanni Orelli, « O Parigi, O Cara » ; Oscar Peer, « La Nuit de la Saint-Sylvestre  » ; Anne Perrier, « L'Unique Jardin » ; Jürg Schubiger, « Le Prince et le Chat » ; Ruth Schweikert, « Not dark yet » ; Peter Stamm, Paysages, « aléatoires » ; Markus Werner, Zündel » ; Albertine Zullo, Le Bateau d'Eugène » ; Repères bibliographiques].


[FICHE LIVRE] — Peter von Matt, Sang d'encre. Voyage dans la Suisse littéraire et politique, traduit de l'allemand par Colette Kowalski. [Carouge, Suisse], Éditions Zoé, « CH », 2006, 352 pages.

Dans ce livre, Peter von Matt embrasse du regard la littérature suisse de langue allemande, de Jeremias Gotthelf à Fritz Zorn, de Gottfried Keller à Robert Walser, Max Frisch, Friedrich Dürrenmatt et parmi les contemporains Urs Widmer, Hugo Loetscher, Gerhard Meier. Ce regard n'est pas seulement celui d'un connaisseur et d'un amoureux de la littérature, c'est aussi celui d'un citoyen doté d'une conscience historique et politique. Or en Suisse plus qu'ailleurs les écrivains peuvent être caractérisés par le temps de l'histoire. La violence est ainsi partout présente, même chez des poètes qui semblent en être si loin, comme C. F. Meyer ou Robert Walser. Les écrivains sont présentés de manière saisissante et souvent poétique. Car si ce livre est conçu par un spécialiste, il est écrit par un artiste. Sang d'encre a reçu, dans sa version originale, le Prix Européen de l'Essai. Peter von Matt, germaniste, professeur honoraire de l'Université de Zurich, est considéré par le célèbre critique allemand, Marcel Reich-Ranicki, comme l'une des meilleures plumes de la Suisse alémanique. [Présentation de l’éditeur]


[FICHE LIVRE] — Daniel de Roulet, Un glacier dans le cœur. Vingt-six manières d’aimer un pays et d’en prendre congé. [Genève], Éditions Métropolis, 2009, 224 pages.

Ce livre rassemble des portraits de contemporains et de figures historiques suisses, composant ainsi le récit d’une épopée intellectuelle et artistique. Car Daniel de Roulet se dit persuadé que l’ouverture d’esprit actuelle de la Suisse est due non pas tant à ses politiciens qu’un peu à ses ingénieurs et à ses nomades, et beaucoup à ses artistes. Ce sont eux qui depuis 150 ans nous ont préparés à la mondialité (le bon côté de la mondialisation). L’auteur rend hommage à tous ces gens, nomades involontaires ou consentants, ingénieurs ou architectes, peintres, musiciens, écrivains, qui anticipent ce que sera l’homme post-helvétique. Défilent ainsi entre autres Robert Walser, Max Frisch, Ramuz, Adolf Muschg, Annemarie Schwarzenbach, Le Corbusier, Giacometti, Jean Tinguely… [Présentation de l’éditeur]


[FICHE LIVRE] — Anne-Marie Gresser, Seul le mensonge est distrayant. La littérature suisse allemande aujourd'hui. [Villeneuve-d'Ascq, Nord], Presses universitaires du Septentrion, « Littératures de langue allemande », 2010, 214 pages.

Cet ouvrage de réflexion sur l'une des plus méconnues des littératures d'aujourd'hui introduit le lecteur dans un monde paradoxal, si accessible et pourtant si étrange. Les auteurs présentés s'inscrivent certes dans la sphère culturelle germanique, mais ne souhaitent en aucune façon être considérés comme allemands ; beaucoup d'entre eux se tournent volontiers vers la France, qui les ignore presque totalement, faute de traductions et d'études accessibles aux lecteurs français. Depuis la disparition de Max Frisch et Friedrich Dürrenmatt cette production littéraire a perdu son côté didactique, et se révèle être le terrain de multiples tentatives originales, oscillant entre la tentation autobiographique, les différentes déclinaisons de celle-ci dans des fictions romanesques étrangement familières et dépaysantes tout à la fois, et l'exploration non conventionnelle de toutes les possibilités de l'écriture contemporaine, dont la moins révolutionnaire n'est pas le recours sans complexe de nombre d'écrivains à un style d'une limpidité classique. Jamais hermétique, pratiquant volontiers l'intertextualité et le clin d'œil littéraire, cette production séduit par sa diversité ; elle laisse aussi à penser que les paradoxes qui la sous-tendent sont ceux qui dynamisent toute la création littéraire contemporaine, quel que soit son pays d'origine. Elle est aussi le lieu d'une réflexion fondamentale sur l'avènement d'une nouvelle esthétique, que l'on pourrait qualifier, à la suite d'Hugo Loetscher, d'esthétique de la simultanéité, ouvrant le champ des possibles littéraires par redistribution des rôles de la réalité et de la fiction. [Présentation de l’éditeur]


 

Haut de page >