Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

LOE, Erlend

 

[NORVÈGE] (Trondheim, 1969). Diplômé de l’École de cinéma de Copenhague, il est scénariste et vit à Oslo. Il est l’auteur d’une quinzaine de romans et albums pour la jeunesse et pour adultes, dont Autant en emporte la femme (1993) – porté à l’écran par le réalisateur norvégien Petter Naess et Naïf. Super (1996), qui a été traduit en plus de vingt langues.

¤ Invité du Salon du livre de Paris, 2011.

 

*** Bibliographie : Tatt av kvinnen / Autant en emporte la femme (1993), Fisken / Kurt et le poisson (1994), Maria & José / Maria et José (1994), Kurt blir grusom / Méchant Kurt ! (1995), Den store røde hunden (1996), Naiv.Super. / Naïf.Super. (1996), Kurt quo vadis ? / Quo vadis ? (1998), L (1999), Jotunheimen, bill.mrk. 2469 (2000), Fakta om Finland (2001), Kurt koker hodet (2003), Doppler / Doppler (2004), Volvo lastvagnar / Volvo Trucks (2005), Organisten (2006), Muleum / Muleum (2008).

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Autant en emporte la femme (Tatt av kvinnen, 1993), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2005, 236 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Autant en emporte la femme. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », n°4112, 2008, 236 pages.

Quand Marianne s’installe sans crier gare dans l’appartement du narrateur, la vie de ce dernier prend un tour bien singulier. Peu à peu, il voit les décisions lui échapper, sans trouver quoi que ce soit à y redire. II se laisse porter, extérieur à sa propre existence, à la maison comme en voyage, dans leur Norvège natale ou sur les routes d’Europe. Marianne prend les initiatives, décide de tout. Mais l’a-t-il au moins choisie ? Rien n’est moins sûr... Un hymne à l’humour absurde sur l’amour et l’incompréhension, la difficulté et le bonheur d’être deux. (Présentation de l’éditeur)

 

Kurt et le poisson (Fisken, 1994), traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud ; illustrations de Kim Hiorthøy. [Genève], Éditions de La Joie de lire, « Récits », 2005, 2007, 272 pages.

Kurt a une moustache. Mais il a aussi une femme, super-sympa, mignonne et tout, et qui est architecte. Elle s’appelle Anne-Lise. Anne-Lise dessine des maisons, des grandes comme des petites, puis elle veille à ce que le maître d’œuvre les construise correctement. C’est son travail à elle. Quand les maisons sont terminées, Kurt a l’habitude de venir les voir et à chaque fois, il répète à Anne-Lise combien elle est douée pour dessiner des maisons. En chariot élévateur, nourris par un énorme poisson, Kurt et sa famille partent à la découverte du monde. Un vrai talent d’écrivain dans un style qui se veut naïf. (Présentation de l’éditeur)

 

Maria et José (Maria & José, 1994), traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud ; illustrations de Kim Hiorthøy. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, 2005, 64 pages.

Maria est belle. Maria est intelligente. Maria vit seule. Quand elle ne travaille pas dans une société multinationale, elle occupe son temps libre à communiquer avec des gens du monde entier, grâce à Internet. Si elle sait beaucoup de choses, il en est une qu’elle ignore. Dans son oreille habite un petit bonhomme. Il s’appelle José. José aime Maria et s’occupe méticuleusement d’elle, de son entretien, de sa santé. Et en effet, Maria n’est jamais malade. Jusqu’au jour où José se rend compte que la température de Maria a dangereusement augmenté. Affolé, il part à la recherche d’un virus à aspirer, lessiver, éliminer. Mais il se perd, déambule et se retrouve dans des recoins de Maria qu’il n’avait jamais visités. Quelque temps plus tard, Maria tombe enceinte. (Présentation de l’éditeur)

 

Méchant Kurt ! (Kurt blir grusom, 1995), traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud ; illustrations de Kim Hiorthøy. [Genève], Éditions de La Joie de lire, « Récits », 2009, 124 pages.

L’argent ne fait pas le bonheur.

Tout le monde le sait.

Seul Kurt semble l’ignorer.

Sa richesse soudaine lui monte au cigare.

Il s’imagine même à la tête du pays

Ca ne vous rappelle rien ?

 

[FICHE LIVRE]Naïf. Super (Naiv. Super, 1996), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2003, 224 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Naïf. Super. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », n°3758, 2005, 264 pages.

Battu au croquet par son frère, un jeune homme voit sa vie s’effondrer le jour de ses vingt-cinq ans. Plus rien ne fait sens. En effet, ce n’est pas évident quand on sait une flopée d’informations inutiles, quand on n’a pas de petite copine mais un bon ami trop loin et un mauvais ami trop près, et surtout quand on apprend que le temps va plus vite en haut qu’en bas de l’Empire State Building. Quelle plaie ! Il faut alors repartir à zéro. Mais comment ? En optant pour la simplicité : dresser la liste de ce qu’on possède et de ce qu’on ne possède pas, acheter un ballon rouge et le lancer contre le mur toute la journée, lire un ouvrage de vulgarisation scientifique sur la création du monde. Puisque, comme se demandait Leibniz : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » Un livre simple sur des choses compliquées. Un livre plein de réconfort. Absurde et hilarant. (Présentation de l’éditeur)


 

Quo vadis ? (Kurt quo vadis, 1998), traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Genève], Éditions de La Joie de lire, « Récits », 2009, 208 pages.

Comme chacun sait, Kurt est conducteur de chariot élévateur. Comme chacun sait, Kurt se pose beaucoup de questions sur son travail, sa femme Anne-Lise, ses enfants, sur le monde, sur la politique ou l’argent. Dans ce troisième roman, Kurt se heurte à la vraie question : quel sens donner à sa vie ? La réponse ne va pas de soi et notre héros se met une nouvelle fois dans une situation des plus loufoques. (Présentation de l’éditeur)

 

Kurt a la tête en Cocotte-Minute (Kurt koker hodet, 2003), traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud ; illustrations de Kim Hiorthøy. [Genève], Éditions de La Joie de lire, « Récits », 2009, 162 pages.

Voilà des années que Kurt conduit son Fenwick sur le quai de Gunnar, en compagnie de son collègue Kare, et il en est très heureux. Mais un nouveau quai se construit à côté: plus grand, plus moderne, moins cher, il emploie des chauffeurs de Fenwick hyper entraînés et de nationalité étrangère. La faillite guette Gunnar, le chômage guette Kurt, la xénophobie guette Kare. Ça va chauffer chez Kurt ! (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Doppler (Doppler, 2004), roman, traduit du norvégien, Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2006, 204 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Doppler. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », n°4240, 2009, 204 pages.

Qui est réellement ce Doppler ? Un irrécupérable ahuri ? Un asocial invétéré ? Ou un sage, qui a bien raison de fuir travail, épouse, enfants et d’aller trouver refuge dans la forêt proche d’Oslo ? Après un vol plané lors d’une promenade à vélo, le monde de ce brave père de famille de la middle class norvégienne bascule. Physiquement, tout va bien, mais mentalement, c’est une révélation : Doppler veut rompre avec la civilisation. Il décide d’aller vivre dans les bois et érige un système de valeurs dont le premier commandement est le suivant : fuir l’application humaine. Aussi, quand son épouse lui impose la garde partagée de leur fils, comment va-t-il bien pouvoir réagir ? (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Volvo Trucks (Volvo Lastvagnar, 2005), roman, traduit du norvégien, Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2006, 256 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Volvo Trucks. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », n°4316, 2010, 256 pages.

Dans un coin paumé de la campagne suédoise, Maj Britt, condamnée en justice pour avoir mutilé le bec de ses perruches, noie sa rage dans les vapeurs de haschich et les rengaines de Bob Marley. Face à elle, von Borring, vieux donneur de leçons, spécialiste des nœuds inutiles et fondu d’oiseaux. Pour Maj, l’heure de la vengeance semble avoir sonné, le jour où Doppler, un original déjanté en quête du sens de la vie, apparaît à sa porte. Cet homme providentiel pourrait bien liquider ses différends de voisinage avec von Borring. Mais on ne piège pas aussi facilement un boy-scout sur le retour ! Que choisira Doppler : la marginalité licencieuse de Maj Britt ou le spartiate mais vivifiant quotidien de von Borring ? (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Muléum (Muleum, 2007), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2008, 224 pages.

 « On va s’écraser. Je t’aime. Fais ce que tu veux. Papa ». Voilà le sms que reçoit Julie, dix-huit ans. Son père, sa mère et son frère Tom se crashent effectivement en Afrique. Et Julie se retrouve seule dans sa grande et luxueuse maison d’Oslo. Julie n’a plus envie de vivre. Elle s’efforce d’échapper aux attentions délicates et inquiètes de ses amis et du « docteur dingo », le psychologue qui la suit. Elle nourrit des idées de suicide qu’elle consent à écrire dans un journal intime. Bien qu’elle trouve ça terriblement ringard, d’écrire un journal. Et elle s’envole pour faire le tour de la planète, autant de fois que possible, pour multiplier ses chances de s’écraser, et d’en finir. Ou alors attraper la grippe aviaire. Ou encore attirer sur elle une fatwa, peut-être en dessinant des caricatures ? Julie met toutes les chances de son côté. Le tout forme un roman très « loe-foque » comme nous ne cessons de les aimer, au gré de réflexions simples sur des sujets compliqués et de situations plus farfelues les unes que les autres. (Présentation de l’éditeur)Sa richesse soudaine lui monte au cigare.

 

Il s’imagine même à la tête du pays

Ca ne vous rappelle rien ?

 

[FICHE LIVRE]Naïf. Super (Naiv. Super, 1996), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Larbey, Landes], Éditions Gaïa, « Taille unique », 2003, 224 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Naïf. Super. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », n°3758, 2005, 264 pages.

Battu au croquet par son frère, un jeune homme voit sa vie s’effondrer le jour de ses vingt-cinq ans. Plus rien ne fait sens. En effet, ce n’est pas évident quand on sait une flopée d’informations inutiles, quand on n’a pas de petite copine mais un bon ami trop loin et un mauvais ami trop près, et surtout quand on apprend que le temps va plus vite en haut qu’en bas de l’Empire State Building. Quelle plaie ! Il faut alors repartir à zéro. Mais comment ? En optant pour la simplicité : dresser la liste de ce qu’on possède et de ce qu’on ne possède pas, acheter un ballon rouge et le lancer contre le mur toute la journée, lire un ouvrage de vulgarisation scientifique sur la création du monde. Puisque, comme se demandait Leibniz : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » Un livre simple sur des choses compliquées. Un livre plein de réconfort. Absurde et hilarant. (Présentation de l’éditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Une rentrée en Sciences Humaines

    De la pensée philosophique à l’Histoire, et jusqu’aux préoccupations sociales, économiques et politiques les plus contemporaines, la rentrée des sciences humaines nous offre un automne particulièrement riche dans le domaine des essais, avec nombre d’ouvrages, classiques ou résolument novateurs, et toujours ambitieux.

    27 septembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook