Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

KLEPPEN, Grete

 

[NORVÈGE] (1953). Romancière, traductrice du norvégien en français (Gunvor Hofmo, Knut Ødegård) et du français en norvégien (Hélène Cixous).

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* Extrait du roman Partie de lettres (H, 1999), dans Scherzo, n°20-21-22, octobre 2004.

* Préface de Tout de la nuit est sans nom, de Gunvor Hofmo, traduit du norvégien par Pierre Grouix et Grete Kleppen, Cherves, Rafael de Surtis, 2010.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Partie de lettres (H, 1999), roman, traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon ; préface d’Hélène Cixous. [Caen], Presses universitaires de Caen / Office franco-norvégien d’échanges et de coopération, « Nordique », 2007, 176 pages.

Le personnage principal de ce roman, a un passé au théâtre ; mais ce que cette Norvégienne a vécu auparavant demeure énigmatique. L’histoire commence au moment où « elle pénètre dans le gros ventre du ferry au volant de sa voiture en suivant lentement le véhicule devant elle ». Ce voyage l’emmène en Normandie puis à Paris. Elle est partie pour partir, mais elle est avant tout en route vers une nouvelle existence, qui a pour seul ancrage quelques personnes avec qui elle correspond depuis longtemps et qu’elle a l’intention de retrouver. Lorsque des rencontres inattendues se mêlent à celles qu’elle a prévues, H se trouve impliquée dans des jeux de rôles décisifs où elle-même crée le texte tout en entrant dans le texte d’un autre. (Présentation de l’éditeur)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook