Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

HEGER, Wanda

 

[NORVÈGE] (Kristiania /Oslo, 1921). Wanda Maria Heger. Mère de six enfants, elle achève sa formation d’assistante sociale en 1970. Elle a voué toute sa carrière professionnelle au monde carcéral qu’elle a découvert de la manière forte durant la Seconde Guerre mondiale.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Tous les vendredis devant le portail (Hver fredag foran porten), récit, traduit du norvégien par Guri Hjeltnes et Luce Hinsch. [Landes], Éditions Gaïa, 2009, 300 pages.

Dans les années cinquante, à Paris, un ancien déporté français est attablé à la terrasse d’un café et discute avec un camarade norvégien rencontré au camp de concentration de Sachsenhausen. Ils évoquent avec émotion cette jeune femme blonde qui venait tous les vendredis devant l’entrée du camp, chargée de victuailles ou de messages d’espoir. Ils lui envoient une carte sur laquelle est écrit en allemand Jeden Freitag vor dem Tor. Cette jeune Norvégienne s’appelle Wanda Heger et elle ignore encore que la carte qu’elle reçoit va lui offrir le titre de son livre. Un récit autobiographique qui témoigne des années de guerre qu’elle vécut en Allemagne où sa famille était assignée à résidence. Wanda évoque la cruauté et l’injustice qui se répandent comme une traînée de poudre autour d’elle et sa volonté farouche de résister, coûte que coûte, à une réalité insoutenable. Un émouvant témoignage sur le sauvetage de milliers de prisonniers des camps lors de la débâcle hitlérienne. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Des "montages littéraires"

    Certains livres défient les lois des classifications littéraires établies. Ni récit, ni roman, peut être un peu tout cela à la fois, donnant ainsi le sentiment au lecteur d’un livre qui s’écrit sous ses yeux, au gré des associations et rapprochements suggérés par l’auteur. Emblématique de ces textes, « Le livre des Passages »(Cerf) de Walter Benjamin, rédigé entre 1927 et 1929, se voulait une exploration rêveuse et inachevée des figures du XIXe siècle à travers des thèmes aussi divers et variés que l’oisiveté, l’ennui, les expositions universelles ou Baudelaire, figure incontournable de cette modernité naissante.

    11 janvier 2021

    >> Lire la suite

Facebook