Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

HAARS, Peter

 

[NORVÈGE] (Nürnberg, Tyskland, 1940 – Oslo, 2005). Né en Allemagne, il s’est installé en Norvège en 1962. Professeur de graphisme à l’Ecole nationale d’Art et de Design à Oslo. Illustrateur inspiré par le pop-art, auteur des séries Prokon (1971), Happy Biff (1972), de contes fantastiques et de romans (Kutt eller Den negative helt som medium, 1979 ;  Pull 1985).

 

ANTHOLOGIES /REVUES

* « Retour au château des Frankenstein » (Tilbakekomsten eller Brevet i den dødes hånd), conte extrait du recueil Pygmalion og andre avskyelige noveller (1977), traduit du norvégien par Jean-Pierre Moumon, dans Antares n°1, 1981.

* « La maison abandonnée » (Det forlatte hus), conte extrait du recueil Pygmalion og andre avskyelige noveller (1977), traduit du norvégien par Jean-Pierre Moumon, dans Antares n°3, 1981.

* « Le jardin de sang » (Monstret), conte extrait du recueil Pygmalion og andre avskyelige noveller (1977), traduit du norvégien par Martine Blond, dans Antares n°10, 1983.

* « La canonisation du comte Dracula » (Kanonisering av grev Dracula),conte extrait du recueil Pygmalion og andre avskyelige noveller (1977), traduit du norvégien par Jean-Pierre Moumon, dans Antares n°46, 1994.




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook