Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

GAARDER, Jostein

 

[NORVÈGE] (Oslo, 1952). Professeur de philosophie. Son célèbre roman, Le Monde de Sophie, publié 1995, où il propose de rendre accessible à une adolescente un savoir et une pensée présentés comme une sorte de voyage initiatique, a été traduit en cinquante langues et s’est vendu à quarante millions d’exemplaires.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Le Mystère de la patience (Kabalmysteriet, 1990), roman, traduit du norvégien par Hélène Hervieu ; illustrations de Sophie Dutertre. [Paris], Éditions du Seuil, 1996, 380 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Mystère de la patience. [Paris], Éditions du Seuil, « Points », n°634, 1999, 412 pages.

Hans-Thomas a douze ans et il cherche sa mère. Un jour, en mordant dans une brioche offerte par un vieux boulanger étrange mais sympathique, il découvre un minuscule livre caché dans la mie : à peine l’a-t-il ouvert qu’il pénètre dans un monde fantastique peuplé de personnages loufoques et merveilleux. Oscillant entre le réel et l’imaginaire, Hans trouvera-t-il le chemin vers sa mère ?

« J’avais promis au vieux boulanger de Dorf que le Livre resterait un secret entre nous. » (Présentation de l’éditeur)

 

Le Monde de Sophie. Un roman sur l’histoire de la philosophie (Sofies verden, 1991), traduit du norvégien par Hélène Hervieu et Martine Laffon. [Paris], Éditions du Seuil, 1995, 2001, 560 pages.

* Rééditions :

Le Monde de Sophie. [Paris], Éditions du Seuil, 2001, + 1 CD-ROM.

[FICHE LIVRE]Le Monde de Sophie. [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°1000, 2003, 624 pages.

A la veille de ses quinze ans, Sophie Amundsen, jeune fille « presque modèle », reçoit une lettre d’un mystérieux individu. A l’intérieur, une seule phrase : «Qui es-tu ?» C’est le début d’une étrange correspondance qui l’amène peu à peu à partir sur les traces des plus grandes figures de la philosophie. Un roman initiatique paré de magie devenu grand classique de la littérature contemporaine.

« Qu’est-ce qu’il y a de plus important dans la vie ? Tous les hommes ont évidemment besoin de nourriture. Et aussi d’amour et de tendresse. Mais il y a autre chose dont nous avons tous besoin : c’est de savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons. » (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Dans un miroir obscur (I et speil, i en gåte, 1993), traduit du norvégien par Hélène Hervieu. [Paris], Éditions du Seuil, 1997, 172 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Dans un miroir obscur. [Paris], Éditions du Seuil, « Points », n°549, 1998, 172 pages.

Cécilie est malade, mais elle ne souffre plus. Elle oscille entre veille et sommeil... Soudain, un ange, Ariel, fait son apparition et lui tient compagnie. Un dialogue se développe alors entre cette fillette qui cherche à comprendre d’où elle vient, qui est Dieu, comment les hommes vivent et meurent, et cette voix venue d’ailleurs, esprit libéré de toute contrainte, mais qui n’a pas toutes les réponses... On pense au Petit Prince, bien sûr, mais aussi à Alice au pays des merveilles, dans ce conte philosophique où la métaphysique se partage entre la tendresse pour le monde merveilleux de l’enfance et les mystérieux secrets de celui des adultes. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Vita brevis. Lettre de Floria Aemilia à Aurèle Augustin (Vita brevis, 1996), traduit du norvégien par Hélène Hervieu. [Paris], Éditions du Seuil, 1998, 256 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Vita brevis. Lettre de Floria Aemilia à Aurèle Augustin. [Paris], Éditions du Seuil, « Points », n°1055, 2003, 248 pages.

Dans une librairie de Buenos Aires, une liasse de feuillets manuscrits très anciens est découverte. Il s’agit d’une longue lettre d’une certaine Floria Emilia, adressée à Aurèle Augustin (l’auteur des Confessions). Floria, qui vécut avec Saint Augustin une véritable passion, fut finalement rejetée par ce dernier. Et l’amante révoquée ne sait comment reconquérir celui qu’elle aime : ma rivale n’était pas une autre femme et je ne pouvais pas la voir, elle était un concept philosophique... Elle était la rivale de toutes les femmes, l’ange de mort de l’amour. Jostein Gaarder, nous livre ici un portrait de Saint Augustin, étayé par des passages des Confessions, où le célèbre philosophe n’a pas forcément le beau rôle...

« Mais ma rivale n’était pas une autre femme et je ne pouvais pas la voir, elle était un concept philosophique... Elle était la rivale de toutes les femmes, l’ange de mort de l’amour. » (Présentation de l’éditeur)

 

Le Petit frère tombé du ciel (Hallo ? Er de noen her ?, 1996), traduit du norvégien par Patrick Carré ; illustrations de Gabriella Giandelli. [Paris], Éditions du Seuil Jeunesse, 1997, 192 pages, illus. en coul.

Cette nuit-là, Joakim, 8 ans, est seul à la maison car ses parents sont partis d’urgence à la maternité. Cette nuit-là, Joakim a vu une étoile filante et il a pensé à son petit frère qui allait naître. Et cette nuit-là, Joakim a aussi rencontré un petit garçon : c’est Mika, un extraterrestre ! Rêve ou réalité, les deux enfants vont essayer de se comprendre et de comprendre le monde. La vie existe-t-elle sur les autres planètes ? Pourquoi l’eau fait-elle des vagues ? Et le monde, d’où vient-il ? « Je n’aurais même pas osé avancer une réponse à cette énigme, raconte Joakim, C’est la plus grande de toutes. » (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Maya (Maya, 1999), traduit du norvégien par Hélène Hervieu. [Paris], Éditions du Seuil, 2000, 410 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Maya. [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°905, 2001, 446 pages.

À Taveuni, une petite île à la végétation luxuriante, un biologiste spécialiste de l’évolution des espèces rencontre une femme mystérieuse et très belle. Il a l’intime conviction de la connaître depuis des millénaires... Cet étrange sentiment peut-il éclairer l’énigme du monde? Dans ce récit gigogne, mêlant fantastique, science et métaphysique, Jostein Gaarder plonge avec délice dans les tréfonds de l’âme humaine et le fascinant mystère de la vie. (Présentation de l’éditeur)


 

La Belle aux oranges (Appelsinpiken, 2003), traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier. [Paris], Éditions du Seuil Jeunesse, 2003, 220 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]La Belle aux oranges. [Paris], Éditions Points (Le Seuil), « Points », n°2325, 2010, 200 pages.

Georg Roed, quinze ans et demi, vit avec sa mère, son beau-père et sa demi-sœur à Oslo. Un jour, ses grands-parents paternels lui donnent une lettre que son père, décédé onze ans auparavant, lui a écrite avant de mourir. Cet héritage, retrouvée dans une vieille poussette rouge, est une lettre à l’avenir qui commence ainsi : « es-tu bien assis, Georg ? Il est important que tu aies une assise stable parce que je vais maintenant te raconter une histoire haletante… » (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]La Fille du directeur de cirque (Siekusdirektørens datter, 2001), roman, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier. [Paris], Éditions du Seuil, 2002, 266 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]La Fille du directeur de cirque. [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°1390, 2005, 256 pages.

Petter, éditeur et faiseur de talents, est devenu un homme paranoïaque. Il suspecte chaque passant de vouloir l’assassiner. Le journal intime qu’il écrit pour se protéger nous apprend qui il est. Brillant, inventif, celui qu’on surnomme l’araignée imagine des histoires pour les romanciers en panne d’inspiration, et, rapidement, devient riche et puissant et donc gênant en vendant de plus en plus cher ses idées littéraires. Un article du Corriere della Sera révèle finalement le pot aux roses. Petter l’araignée doit sauver sa peau… Mais qui veut donc l’éliminer ? La Fille du directeur de cirque, c’est l’histoire de quelqu’un (Jostein Gaarder) qui raconte à quelqu’un (le lecteur) l’histoire de quelqu’un (l’araignée) racontant lui-même une histoire à quelqu’un (un écrivain X), lequel la re-reraconte à quelqu’un (le lecteur fictionnel). Mais qui veut donc éliminer l’araignée ? (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Le Château des Pyrénées (Slottet i Pyreneene, 2008), roman, traduit du norvégien par Hélène Hervieu. [Paris], Éditions du Seuil, « Cadre vert », 2010, 224 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Château des Pyrénées. [Paris], Éditions Points (Le Seuil), « Points », n°2560, 2011, 224 pages.

Hasard ou destin ? Steinn et Solrun, se rencontrent en 2007 là où ils se sont séparés trente ans plus tôt. Ils reprennent par emails leur discussion philosophique abandonnée depuis lors où s’affrontent deux conceptions opposées du monde : rationalisme (Steinn, scientifique athée, positiviste et matérialiste) et foi (Solrun, croyante attirée par la parapsychologie). Désormais mariés, ils évoquent le couple fusionnel qu’ils avaient formé pendant cinq ans. Leur correspondance atteint bientôt l’intensité d’une relation adultère. Leur séparation était liée à des circonstances tragiques voire criminelles. En vacances, roulant sur une route dans les fjords norvégiens, ils ont renversé une femme avec un châle rouge, n’ont fait demi-tour que plusieurs kilomètres plus loin pour ne trouver que le châle rouge. Ils ont pris la fuite, vivant dans l’attente de leur arrestation. Mais la mystérieuse femme leur apparaît un jour et s’adresse à eux. Solrun entend : « Tu deviendras celle que je suis » et Steinn « tu aurais dû avoir une amende ». Deux interprétations opposées qui enveniment leur controverse métaphysique, phénomène surnaturel ou excitation des sens qui brouille la raison ?, et les mènent à la rupture. Après des semaines de communication via le net, ils décident de se revoir. Solrun jette un châle rouge sur ses épaules, emprunte la route où avait eu lieu le drame. Elle est alors fauchée par un camion. (Présentation de l’éditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Une rentrée en Sciences Humaines

    De la pensée philosophique à l’Histoire, et jusqu’aux préoccupations sociales, économiques et politiques les plus contemporaines, la rentrée des sciences humaines nous offre un automne particulièrement riche dans le domaine des essais, avec nombre d’ouvrages, classiques ou résolument novateurs, et toujours ambitieux.

    27 septembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook