Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

COLLETT, Camilla

 

[NORVÈGE] (Kristiansand, 1813 – Khristiana / Oslo, 1895). Née Camilla Wergeland. Sœur du grand poète romantique norvégien Henrik Wergeland et amoureuse malheureuse de son rival en littérature et en politique Johan Sebastian Welhaven, elle est l’auteur de romans psychologiques à caractère social et féministe.

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* « Pages du carnet de Margarethe », extrait du roman Amtmandens Døttre [Les filles du préfet] (1854-55), traduit du norvégien par Frédéric Durand, dans Écrivains de Norvège, Amiot-Lenganey, 1991.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Les Filles du préfet (Amtmandens Døttre, 1854-55), roman, traduit du norvégien, présenté et annoté par Eric Eydoux. [Carouge, Suisse], Éditions Zoé, « Les classiques du monde », 2010, 448 pages.

Lorsque ce chef-d’œuvre, Les Filles du préfet, paraît en Norvège en 1854 puis en 1855, il fait l’effet d’un véritable coup de tonnerre. Premier roman de la littérature norvégienne écrit par une femme, et premier roman féministe, il raconte une initiation sentimentale délicate, mais hautement dérangeante pour l’époque. Dans les années 1830, le jeune Georg Kold s’installe dans la famille du préfet Ramm comme fondé de pouvoir et précepteur des enfants, dont la cadette Sofie. Un fort élan amoureux pousse les deux jeunes gens l’un vers l’autre, mais se heurte à une société où le sentiment est regardé comme une faiblesse typiquement féminine dont il convient de se préserver. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Des "montages littéraires"

    Certains livres défient les lois des classifications littéraires établies. Ni récit, ni roman, peut être un peu tout cela à la fois, donnant ainsi le sentiment au lecteur d’un livre qui s’écrit sous ses yeux, au gré des associations et rapprochements suggérés par l’auteur. Emblématique de ces textes, « Le livre des Passages »(Cerf) de Walter Benjamin, rédigé entre 1927 et 1929, se voulait une exploration rêveuse et inachevée des figures du XIXe siècle à travers des thèmes aussi divers et variés que l’oisiveté, l’ennui, les expositions universelles ou Baudelaire, figure incontournable de cette modernité naissante.

    11 janvier 2021

    >> Lire la suite

Facebook