Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

CHRISTENSEN, Lars Saabye

 

[NORVÈGE] (Oslo, 1953). Poète, romancier, critique, scénariste, dramaturge, nouvelliste, traducteur et parolier, il a publié près d’une cinquantaine de livre depuis le premier en 1976, un recueil de poèmes, Historien om Gly. Son grand roman, Le Demi-frère (traduit en vingt-cinq langues), lui a demandé près de dix ans d’écriture, et lui a permis d’obtenir en 2002 le Prix du Conseil nordique, la plus prestigieuse récompense littéraire décernée dans les pays nordiques.

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* Extrait du roman Herman (1988), traduit du norvégien par Maud Forsgren, dans Les Boréales de Normandie. Catalogue du premier festival, 1992, hors commerce.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Beatles (Beatles, 1984), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2009,

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Beatles. [Paris], Éditions 10-18, « Domaine étranger », 2011, 794 pages.

Ils sont quatre, comme les Beatles, leurs idoles : Ola, Seb, Gunnar et Kim. En 1965, ils ont quinze ans, le cheveu long et l’amitié à toute épreuve. Le soir, en rêvant aux filles et à leur futur groupe, ils écoutent, allongés par terre, le dernier tube sur le mange-disque. Mais autour d’eux, toute une génération européenne se soulève et se barricade. Au rythme des chansons, les Fab Four de Norvège s’accrochent eux aussi à l’innocence fragile qui leur échappe des mains et continuent de trinquer sur quelques accords à la santé du groupe mythique de leur jeunesse... (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Herman (Herman, 1988), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2005, 280 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Herman. [Paris], LGF, « Le Livre de poche », n°30849, 2007, 256 pages.

Du haut de ses onze ans, Herman n’a pas la langue dans sa poche. Sa vision du monde et les questions qu’il se pose en désarçonnent plus d’un. Son père arrive-t-il à voir l’Amérique quand il conduit sa grue ? Son grand-père se souvient-il mieux de ses rêves sous le dais du lit à baldaquin qu’il ne quitte plus ? Ruby, sa camarade de classe, a-t-elle vraiment des nids d’oiseaux dans sa tignasse rousse ? Quand un jour sa mère l’emmène chez le médecin, le constat est sans appel : Herman est atteint d’une maladie rare qui peut entraîner une totale calvitie. Et de fait : un matin, des poignées entières de cheveux gisent sur son oreiller. Un bonnet résolument vissé sur la tête, Herman fait tour à tour l’expérience des sarcasmes, de la honte et, pire, de la pitié. Une nouvelle question s’impose à lui : va-t-il pouvoir s’accepter tel qu’il est désormais ? (Présentation de l’éditeur)

 

Sur la touche (Gutten som ville vaere en av gutta, 1992), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Paris], Éditions Thierry Magnier, « Romans », 2007, 160 pages.

Otto veut jouer dans l’équipe de foot, mais personne ne veut de lui malgré ses efforts : il fait laver les maillots de l’équipe par sa mère, il s’entraîne inlassablement dans la cour de l’immeuble... En sandales et avec un ballon de plage, parce qu’il n’a pas de chaussures à crampons ni de ballon en cuir. Rien n’y fait, Otto est et restera à part. Et dans l’été brûlant, alors que la ville est désertée, Otto prend les choses en main, la ville lui appartient. Pourtant personne n’est maître de sa destinée et le hasard fait quelquefois très mal les choses. Pour Otto c’est l’été aussi où il rentrera enfin dans le match... (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Le Demi-frère (Halvbroren, 2001), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2004, 884 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Demi-frère. [Paris], LGF (Librarie générale française), « Le Livre de poche », n°30567, 2007, 924 pages.

Barnum et Fred grandissent à Oslo dans les années 60 au sein d’une famille excentrique dominée par trois générations de femmes. L’histoire de cette famille norvégienne n’est toutefois qu’un des aspects de ce roman envoûtant où le tragique et le comique ne cessent de se côtoyer. Si subtile qu’en soit l’intrigue, si complexes et attachants qu’en soient les personnages, si cocasses qu’en soient les situations, si magique qu’en soit l’univers, c’est le talent de l’auteur à entrelacer des thèmes multiples, la richesse des allégories toujours accessibles grâce à la limpidité du style qui font du Demi-frère un chef-d’œuvre. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Le Modèle (Modellen, 2005), roman, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2007, 356 pages.

* Réédition :

Le Modèle. [Paris], LGF, « Le Livre de poche », n°31374, 2009, 378 pages.

Christensen est un remarquable conteur qui possède un profond sens du rythme et un style doux-amer très personnel. Le Modèle est peut-être le meilleur roman de Christensen. Un texte puissant et cruel. Avec Ibsen, ils forment une combinaison imbattable ! Du grand art. Peter Wihl est un peintre reconnu. Alors qu’il prépare sa prochaine exposition, prévue le jour de ses cinquante ans, il est victime d’une attaque. Le diagnostic est implacable : Peter va devenir aveugle. L’activité créatrice du peintre se trouve menacée. Auprès de qui, dès lors, Peter va-t-il chercher de l’aide ? De sa femme, ou de sa fille qu’il a décidé de prendre pour modèle ? De Ben, son galeriste qui le presse de terminer son exposition ? Ou de Thomas, l’ophtalmologue au parcours douteux ? Quelles limites morales et éthiques Peter Wihl sera-t-il capable de franchir pour enrayer le mal ? Délaissant le roman psychologique, le récit se transforme alors en un roman faustien... (Présentation de l’éditeur) 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook