Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

RENBERG, Tore

 

[NORVÈGE] (Stavanger, 1972). Musicien dans divers groupes. Après avoir étudié la philosophie et la littérature à l’Université de Bergen, il a travaillé comme critique littéraire et essayiste. En 1995, il a fait ses débuts littéraire avec un recueil de nouvelles, bientôt suivi de romans, d’ouvrages pour la jeunesse, de pièces de théâtre, de bandes dessinées et d’un livre de collages. Il a en outre écrit des scénarios et son roman à succès Mannen som elsket Yngve / L’Homme qui aimait Yngve a été adapté au cinéma en 2007 (Norvège, réal. Stian Kristiansen).

¤ Invité du Salon du livre de Paris, 2011.

 

*** Bibliographie : Sovende floke, nouvelles (1995), Matriarkat, roman (1996), Sinus i Sinus, jeunesse, illustré par Per Dybvig (1996), Mamma, Pappa, Barn, prose (1997), Sinus i Blinde, jeunesse, illustré par Per Dybvig (1997), Renselse, roman (1998), Hando. Kjendo. Søndag, jeunesse, illustré par Kim Hiorthøy (1999), En god tid, roman (2000), Hando. Kjendo. Torsdag, jeunesse, illustré par Kim Hiorthøy (2000), Trillefolket. Hva hendte med Kjartan, jeunesse, illustré par Per Dybvig (2002) Varmelager fem, prose/collage (2001), Mannen som elsket Yngve / L’Homme qui aimait Yngve, roman (2003), Kompani Orheim, roman (2005), Farmor har kabel-tv og Videogutten, roman (2006), Charlotte Isabel Hansen / Charlotte Isabel Hansen, roman (2008), Pixley Mapogo, roman (2009), Gi gass, Ine, jeunesse, illustré par Øyvind Torseter (2010).

 

LIVRES (Traductions)

L’Homme qui aimait Yngve (Mannen som elsket yngve, 2003), roman, traduit du norvégien par Alexis Fouillet. [Paris], Éditions Odin, 2004, 398 pages.

A Stavanger, petite ville pétrolière de Norvège, au tout début de l’année 1990, alors que la relation Est-Ouest opère un radical changement, la vie du jeune Jarle, habituellement rythmée par sa relation avec sa copine Katrine, son pote Helge, son groupe de hard rock et ses discours anticapitalistes, se voit subitement chamboulée par la rencontre avec le bel Yngve. D’étranges sensations, de nouveaux sentiments s’imposent alors à lui. Sa vie bascule. Mais le séduisant Yngve garde un secret. Son beau et triste sourire, son comportement étrange cachent une vérité lourde à porter. En ouvrant L’Homme qui aimait Yngve, on entre de plein fouet dans la vivante description d’une époque, d’une génération, d’un pays, et de cette folie amoureuse propre à la jeunesse. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Charlotte Isabel Hansen (Charlotte Isabel Hansen, 2008), roman, traduit du norvégien par Corine Bruy. [Paris], Éditions Mercure de France, « Bibliothèque étrangère », 2011.

Jarle Klepp a vingt-quatre ans et la vie insouciante d’un étudiant consacrant plus de temps à sa séduisante maîtresse et aux beuveries de fin de semaine qu’à sa thèse sur Proust, qu’il prépare sans enthousiasme à l’université de Bergen. Jusqu’au jour où une lettre de la police l’enjoint à se soumettre à un test ADN. Le résultat tombe : il est le père d’une fillette, fruit d’une soirée bien arrosée remontant à son lycée, presque 8 plus tôt. La petite Charlotte Isabel Hansen débarque bientôt à Bergen pour rencontrer enfin son papa. La grâce et le charme de la fillette auront vite raison de ce Jarle qui refusait si obstinément de devenir adulte. Roman initiatique, Charlotte Isabel Hansen met en scène la transformation d’un jeune homme frivole en un père responsable. (Présentation de l’éditeur) 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook