Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

SEIERSTAD, Asne

 

[NORVÈGE] (1970). Åsne Seierstad. Correspondante de guerre, elle a couvert les conflits en Irak (2003), en Afghanistan (2001) et au Kosovo pour les médias scandinaves. Elle a reçu une série de prix nationaux et internationaux récompensant ses travaux de journaliste et ses ouvrages littéraires.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Dos au monde. Portraits de Serbie (Med ryggen mot verden: Portretter fra Serbia, 2000), traduit du norvégien par Alex Fouillet. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2005, 390 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Dos au monde. Portraits de Serbie. [Paris], LGF (Librairie Générale Française), « Le livre de poche », n°30964, 2008, 404 pages.

C’est en Serbie qu’Asne Seierstad nous emmène. Elle a rencontré ses habitants – avant, pendant et après la guerre –, qui lui ont confié leurs joies, leurs peines et leurs craintes. Parmi eux, Bojana, une journaliste qui eut une conduite héroïque au moment des conflits, aujourd’hui grande star de télévision ; Danijela, femme détruite qui attend le retour de son mari, criminel de guerre, emprisonné à Nuremberg ; sans oublier les réfugiés du Kosovo qui rêvent de retrouver leur pays. Un témoignage bouleversant, aussi précieux que celui de Svetlana Alexievitch dans La Supplication. (Présentation de l’éditeur)


 

[FICHE LIVRE]Le Libraire de Kaboul (Bokhandleren i Kabul, et familiedrama, 2002), récit, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2003, 384 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Libraire de Kaboul. [Paris], LGF (Librairie Générale Française), « Le livre de poche » n°30078, 2004, 2007, 346 pages.

Asne Seierstad a vécu le printemps qui suivit la défaite des talibans chez Sultan Khan, libraire à Kaboul. Elle nous fait partager, dans ce récit très vivant et toujours respectueux, la vie quotidienne des épouses, enfants, frères et sueurs d’une famille où chaque destin est riche d’émotion et dont le chef incontestable est Sultan, l’amoureux des livres. « Quand les communistes sont arrivés, raconte-t-il, ils ont brûlé tous mes livres, après il y a eu les moudjahidin, trop occupés à se battre entre eux pour se soucier de moi, mais une fois le régime des taliban installé, mes livres étaient de nouveau condamnés au bûcher. » À travers cette chronique saisissante, c’est un Afghanistan aux mille facettes que l’on découvre, un pays en ruine et en pleine renaissance où un peuple tente timidement de se défaire du passé dans l’espoir d’une vie meilleure. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Cent un jours à Bagdad (Hundre og én dag : en reportasjereise, 2003), traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon. [Paris], Éditions Intervalles, 2008, 334 pages.

Cent un jours à Bagdad est à la fois un document précieux sur l’exercice du métier de reporter de guerre, un témoignage bouleversant sur un peuple menacé de l’intérieur comme de l’extérieur, et l’aventure humaine extraordinaire d’une femme obstinément à l’écoute du monde. En janvier 2003, Âsne Seierstad arrive à Bagdad avec un visa de dix jours. Elle y reste finalement plus de trois mois, assistant à la chute du régime de Saddam Hussein et à l’installation du chaos. Elle y écoute des hommes et des femmes qui se résignent peu à peu à la guerre et tentent néanmoins de vivre malgré cette menace, puis de survivre dans la tourmente. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]L’Ange de Grozny. Histoires de Tchétchénie (De krenkede : historier fra Tsjetsjenia, 2007), traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon. [Paris], Éditions J.-C. Lattès, 2008, 386 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]L’Ange de Grozny. Histoires de Tchétchénie. [Paris], LGF (Librairie Générale Française), « Le livre de poche », n°31633, 2012, 472 pages.

Dix ans après son premier voyage en tant que correspondante de guerre, Asne Seierstad décide de retourner en Tchétchénie. Elle se rend alors compte que la tragédie continue en dépit de l’indifférence de l’opinion publique, laissant dans son sillage une société défigurée et un lourd tribut à payer pour ses enfants. A travers le récit des voyages qu’elle a entrepris dans le plus grand secret, de ses multiples rencontres avec les Tchétchènes - dont une femme héroïque, Hadizat, surnommée " l’ange " -, et l’évocation en toile de fond de la violente histoire du Caucase, l’auteur livre une exploration unique et poignante de la vie quotidienne dans une des régions les plus dangereuses du monde. (Présentation de l’éditeur) 



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >