Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BORGEN, Johan

 

[NORVÈGE] (Christiana [Oslo], 1902 – Oslo, 1979). Johan Collett Müller Borgen.

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* « L’Amour dissipera les rêves de l’enfance », nouvelle traduite du norvégien par Henriette Nizan, dans Les 56 meilleures nouvelles du monde, Gallimard, 1952 / réédition : L’Élan, 1991

* « L’étoile », traduit du norvégien par Elisabeth Eydoux, dans les Lettres Nouvelles n°4-5, 1974.

* « La maison d’été », nouvelle tirée du recueil Utvalgte noveller (1961), traduit du norvégien par Élisabeth et Éric Eydoux ; précédé de « Johan Borgen », par Éric Eydoux, et suivi d’une note de Régis Boyer dans Europe n°695, 1987.

* « Le chèvrefeuille », nouvelle tirée du recueil [Lune de miel] (1948), traduite du norvégien par Éric Eydoux, dans Écrivains de Norvège, Amiot-Lenganey, 1991 et dans Scherzo, n°20-21-22, octobre 2004.

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]Lillelord (Lillelord, 1955), roman, traduit du norvégien par Éric Eydoux. [Arles], Éditions Actes Sud / Collection Unesco d’œuvres représentatives, 1989, 2002, 396 pages.

* Réédition :

Lillelord. [Paris], Éditions J’ai lu, « J’ai lu. Roman » n°3082, 1991, 442 pages, épuisé.

« Lillelord ouvre une trilogie qui parut de 1955 à 1957 et peut être considérée comme une des œuvres majeures de la littérature norvégienne contemporaine. Borgen y retrace le destin singulier de Wilfred Sagen, de la veille de la Première Guerre mondiale à la fin de la seconde. La naturelle perfection avec laquelle cet orphelin de père des beaux quartiers joue le rôle voulu par sa famille et se plie aux conventions dissimule en fait une nature profondément divisée, une personnalité qui, agissant dans la duplicité la plus complète, est à la recherche d’elle-même. Et c’est cette quête qui constitue la trame du livre. Virtuose du style et du verbe, parfois jusqu’à la préciosité, l’auteur excelle à rendre la complexité du personnage, ses élans, ses contradictions, ses ambiguïtés. Mais la réussite de l’œuvre tient aussi à la peinture du temps. Lillelord offre un tableau extrêmement vivant de cette Norvège des années 1910 qui vit encore dans l’optimisme d’une indépendance toute récente et d’un essor économique sans précédent Cependant, des nuages apparaissent à l’horizon : l’ordre ancien est menacé par la montée irrésistible des classes laborieuses et le danger d’une conflagration mondiale qui risque de ne pas épargner un pays de moins en moins à l’écart de l’Europe. En un sens, la crise de Wilfred Sagen est prémonitoire de celle que connaitra la classe sociale à laquelle il appartient. » (Éric Eydoux).

 

L’Amour dissipera les rêves de l’enfance (avec Nuits tropicales de John Klepzig), nouvelle traduite du norvégien par Henriette Nizan. [Nantes], Éditions L’Élan, 1991, 40 pages (les deux nouvelles sont imprimées tête-bêche).

Borgen nous invite à un voyage à l’intérieur de son pays et au fond des pensées et des souvenirs des deux protagonistes de l’histoire, introspection et influence d’une nature à nulle autre pareille, magie des lacs et des maisons de bois où chaque Norvégien a laissé un peu de lui même. (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Le Cygne (Noveller i utvalg, 1936-1961), nouvelles, traduites du norvégien par Éric Eydoux. [Arles], Éditions Actes Sud, 1994, 300 pages.

[Contient : « Le nègre », « Défi à l’équilibre », « La maison d’été », « Le passeport », « Le chèvrefeuille », « Un terrible événement », « Le jardin du Paradis », « Jorun et Petit-Frère », « Les roulades », « Dimanche », « T’es un type bien, Richard », « Journal d’un criminel-né », « Nuit et jour I », « Victoria regia », « Le jour », « Le cygne », « Les corridors », « Lettre à un ami », « Les Nummermann », « C’est elle qui le veut », « La contagion de l’exemple »].

Alors qu’il cherche à sauver de la noyade un garçonnet tombé dans un lac, un promeneur se fait attaquer par un cygne avant d’être accusé d’avoir violé la petite fille qu’il voulait protéger des attaques de l’animal... Subtiles, pétries d’impressions plus que de descriptions, les nouvelles de Johan Borgen dépeignent un univers instable et troublant, où l’individu est prisonnier d’un rapport de forces prenant la forme d’une menace, voire d’une exclusion. Auteur, entre autres, de Lillelord, qui connut un succès immense, Johan Borgen retrouve ici un des thèmes les plus obsédants de son œuvre : la perversion de rapports humains marqués, dès les origines, par l’impossible affirmation de l’innocence. (Présentation de l’éditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Une rentrée en Sciences Humaines

    De la pensée philosophique à l’Histoire, et jusqu’aux préoccupations sociales, économiques et politiques les plus contemporaines, la rentrée des sciences humaines nous offre un automne particulièrement riche dans le domaine des essais, avec nombre d’ouvrages, classiques ou résolument novateurs, et toujours ambitieux.

    27 septembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook