Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

ASKILDSEN, Kjell

 

[NORVÈGE] (Mandal, 1929). Il a commencé sa carrière littéraire en 1953 et s’est consacré essentiellement à la nouvelle. Des univers à la fois quotidiens et absurdes, banals et inquiétants.

 

*** Bibliographie : Heretter følger jeg deg helt hjem, nouvelles (1953), Herr Leonard Leonard, roman (1955), Davids bror, roman (1957), Kulisser, nouvelles (1966), Omgivelser, roman (1969), Kjære, kjære Oluf, roman (1974), Hverdag, roman (1976), Ingenting for ingenting, nouvelles (1982), Thomas F’s siste nedtegnelser til almenheten / Les Dernières notes de Thomas F., nouvelles (1983), En plutselig frigjørende tanke, nouvelles (1987), Et stort øde landskap, nouvelles (1991), Hundene i Tessaloniki / Les Chiens de Thessalonique, nouvelles (1996), Samlede noveller, nouvelles (1999), Alt som før, nouvelles (2005).

 

ANTHOLOGIES / REVUES

* « Les dernières notes de Thomas F. », nouvelle tirée du recueil homonyme (1983), traduite du norvégien par Anne-Charlotte Rouleau et Éric Eydoux, dans Écrivains de Norvège, Amiot-Lenganey, 1991.

* Nouvelle, dans Le Continent des rêves. Nouvelles européennes, Paris, Calmann-Levy, 1994.

 

LIVRES (Traductions)

Les Dernières notes de Thomas F. (Thomas F’ siste nedtegnelser til almenheten, 1987 / En plutselig frigjørende tanke [Une pensée soudainement libératrice], 1989), nouvelles, traduites du norvégien par Anne-Charlotte Rouleau et Éric Eydoux. [Thaon, Calvados], Éditions Amiot Lenganey, « Domaine nordique », 1992, 208 pages, épuisé.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Les Dernières notes de Thomas F. [Paris], Éditions Le Serpent à plumes, « Motifs » n°41, 1996, 2001, 272 pages.

[Contient : « Les dernières notes de Thomas F. », « Une pensée soudainement libératrice », « Carl Lange », « Le verre des adieux », « L’éclosion d’une rose », « La nuit de Mardon », « Ce n’est pas pour rien », « Un chapeau de soleil », « Ingrid Langbakke »].

Neuf longues nouvelles pleines d’une froide clairvoyance ou d’une cruauté saisissante mettent en scène des personnages modestes dans les campagnes et les petites villes de Norvège : un vieillard jette sur lui-même et ses proches un regard sans aménité, un médecin retrouve sur un banc public le juge qui le condamna des années plus tôt, un homme soupçonné de viol voit se resserrer autour de lui l’étau de la justice, un homme quitte sa femme qui a pris un emploi... - Devenu un classique de la littérature norvégienne, Kjell Askildsen, dans un style dépouillé et concis, nous ouvre l’univers banal et douloureux des relations humaines, où l’on se doit de pratiquer l’humour noir, car « la vie est un exercice difficile dans l’art de mourir ». (Présentation de l’éditeur)

 

[FICHE LIVRE]Les Chiens de Thessalonique (Hundene i Tessaloniki, 1996), nouvelles, traduites du norvégien par Éric Eydoux et Nathalie Issard. [Paris], Éditions Le Serpent à plumes, « Fiction étrangère », 2002, 160 pages.

Un homme, une femme dans une maison isolée et rien autour d’eux ou presque, la nature vide et sauvage des fjords, ou le désert urbain des lotissements norvégiens. De l’alcool, des cigarettes et des fantômes ; père, mère et amant disparus, tels sont les éléments de l’univers quotidien de ces nouvelles. Les couples d’Askildsen, qu’ils soient frères et sœurs, maris et femmes, ont tous un secret, un mystère qui planent autour d’eux. Lorsque, le vin aidant, se délient les langues et les esprits, c’est le drame. Mais un drame sourd qui n’a de destinataire que sa propre victime. Les disputes avortées ébranleront à peine les instants de quiétude apparente, repas de famille, après-midi entre amis... que l’auteur saisit sur le vif. Dans un style incisif et épuré, Askildsen raconte l’histoire de couples qui parlent sans rien se dire et nous dit les silences qui, eux, crient l’étouffante imposture de communiquer. (Présentation de l’éditeur)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook