Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Les littératures Nordiques : Écrivains de Norvège

 

NORVÈGE

ANTHOLOGIES / REVUES / ÉTUDES

 

1865 -----------------------------------------------------------

 

— Xavier Marmier, Sous les sapins. Nouvelles du Nord. [Paris], Éditions Hachette, 1865, III-386 pages ; réimpression, 1890, épuisé.

[Contient (Norvège) : Bjørnsterne Bjørnson, « Le père » ; Magdalene Thoresen, « Un soir à Bergen » et « Vorring »].

 

1893 -----------------------------------------------------------

 

— Ernest Tissot, Le Drame norvégien. [Paris], Éditions Perrin, 1893, IV-294 pages, épuisé.

[Bjørnstjerne Bjørnson et Henrik Ibsen, avec traductions de ces deux auteurs].

 

1894 -----------------------------------------------------------

 

— Jean de Néthy, Nouvelles scandinaves. Albert Langen / Nilsson, 1894, 346 pages, épuisé.

[Contient (Norvège) : Arne Gaborg, « Jeunesse », « Mourir » ; Knut Hamsun, « Sur les bancs de Terre-Neuve », « Mystères » ; Amalie Skram, « In Asiam profectus est »].

 

1909 -----------------------------------------------------------

 

— Jacques de Coussange, La Norvège littéraire. [Paris], Éditions Louis Michaud, « L'encyclopédie littéraire », 1909, 224 pages, épuisé.

 

1936 -----------------------------------------------------------

 

— G. Bourdoncle, Contes de Norvège. Illustrations de Nemours Bonin. [Paris], Éditions F. Lanore, 1936, 64 pages, épuisé.

[Contient : « Les trois citrons », « Les lièvres du roi », « Le maître larron », « Le camarade », « Le château de Soria-Moria »].

 

1952 -----------------------------------------------------------

 

— Jean Lescoffier, Histoire de la littérature norvégienne. [Paris], Éditions des Belles Lettres, 1952, 237 pages, épuisé.

 

1953 -----------------------------------------------------------

 

L'Âge nouveau n°83-84 : « La Norvège d'aujourd'hui ». Traductions de Marguerite Diehl, Henriette Heiberg Dain, Laura Englund Bang. [Paris], octobre-novembre 1953, 216 pages, épuisé.

[Contient (Chapitre : Lettres) : Finn Carling, « Le prince et le jeune homme » ; Eugenia Kielland, « Panorama de la littérature contemporaine » ; Frits von der Lippe, « Le théâtre itinérant » ; Elsa Brita Marcussen, « Situation et valeur du cinéma norvégien » ; Hans Jacob Nilssen, « La nouvelle mise en scène de Peer Gynt » ; Nils Johan Rud, « Julie et le cheval blanc » ; Cora Sandel, « L'enfant » ; Tarjei Vesaas, « L'anniversaire » ; Poèmes de André Bjerke, Nordahl Grieg, Inger Hagerup, Gunvor Hofmo].

 

1963 -----------------------------------------------------------

 

Le Théâtre en Norvège. Éditions Elsevier, « Le théâtre dans le monde, vol. 12, n°4, hiver 1963-64 / Éditions Meddens, 1964 (p. 273-343), épuisé.

[Odd Stein Andersen, « Peer Gynt et ses avatars » ; Johan Borgen « Le décor de théâtre s'émancipe » ; Hans Heiberg, « Hier, aujourd'hui et demain ; Trvggve Norum, « Les auteurs dramatiques contemporains » ; Eva Røine, « Le théâtre itinérant d'état »].

 

1968 -----------------------------------------------------------

 

— Maurice Gravier, D'Ibsen à Sigrid Undset. Le féminisme et l'amour dans la littérature norvégienne 1850-1950. [Paris], Éditions Minard / Lettres Modernes, « Bibliothèque nordique », n°1, 1968, 329 pages, épuisé.

 

1970 -----------------------------------------------------------

 

— Borge Bernhardt, La Norvège. Livres et articles en langue française. [Paris], Éditions Minard / Lettres modernes, « Bibliothèque nordique », n°3, 1970, 194 pages, épuisé.

 

1973 -----------------------------------------------------------

 

Lettres Nouvelles n°4-5 : « Écrivains du Danemark, des Iles Féoré, d'Islande et de Norvège ». Traductions de Lucie Albertini, Carl-Gustaf Bjurström, Elisabeth et Christine Eydoux, Jean Queval. [Paris], Éditions Denoël, décembre 1973 - janvier 1974, 1974, épuisé.

[Contient (Norvège, p. 213-312) : Johan Borgen, « L'étoile » ; Espen Haavardsholm, « L'indien » ; Sylfest Lomheim, « Littérature moderne » ; Dag Solstad, « Nouvelle ; Le cirque » ; Tarjei Vesaas, « Ce dont je me souviens » ; Poèmes de Olav H. Hauge, Georg Johannessen, Rolf Jacobsen, Tor Obrestad, Jan Erik Vold, Einar Økland].

 

— Eric Eydoux, Le Groupe et la revue Mot Dàg, 1921-1925. [Caen], Association des publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Caen, 1973, 218 pages.

 

1977 -----------------------------------------------------------

 

Livja Flood, La Nuit du temps. Contes et nouvelles de Laponie. [Paris], Éditions Étapes, 1977, 128 pages, épuisé.

 

1985 -----------------------------------------------------------

 

— « Pourquoi écrivez-vous ? ». Enquête auprès de 400 écrivains réalisé par le Service Livres de Libération, sous la direction de Jean-François Fogel et Daniel Rondeau. [Paris], Libération, hors-série, 1985, illus., épuisé – réédition : [Paris], L.G.F. « Le Livre de poche. Biblio essais » n°4086, 1988, 412 pages, bibliogr., épuisé.

[Contient les réponses (Norvège) : Espen Haavardsholm – Jan Erik Vold].

 

1987 -----------------------------------------------------------

 

Europe n°695. [Paris], Éditions Messidor, mars 1987, 224 pages.

[Contient (p. 3-159) : « Littérature de Norvège ». Traductions de Jean-François Battail, Martine Desbureaux, Élisabeth et Éric Eydoux, Olivier Gouchet, Bernard-Olivier Lancelot, Berit Ryen Mangset et Guy Vogelweith, Georges Ueberschlag.

Sommaire : Régis Boyer, « Trente-cinq ans de littérature norvégienne » ; Olivier Gouchet, « Rolf Jacobsen. La pierre, la lumière et l'être » ; Jean-François Battail, « Fureur et mal de vivre. Remarques sur Agnar Mykle » ; Agnar Mykle, « Apollon et Jahvé » ; Georges Ueberschlag, « Aksel Sandemose ou le mal d'écrire » ; Aksel Sandemose, « Un fugitif revient sur ses pas » ; Éric Eydoux, « Johan Borgen »; Johan Borgen, « La maison d'été » ; Maurice Gravier, « Une étrange cour martiale » (sur Jens Bjørneboe) ; Bente Christensen, « Une tradition vivante. La littérature pour enfants et pour jeunes en Norvège » ; Jon Bing, « Le vaisseau interstellaire d’Alexandrie » ; Bjøg Vik, « Bientôt l'automne » ; Berit Ryen Mangset et Guy Vogelweith, « Dag Solstad. Interprète et critique passionné de la Norvège contemporaine » ; Dag Solstad, « Place du 25 Septembre »].

 

1991 -----------------------------------------------------------

 

Norvège, Les Belles Étrangères, 1991, 20 pages, hors-commerce, épuisé.

[Contient : Henri Queffélec, « Préface » ; Régis Boyer, « Écrire... en norvégien ; Tor Åge Bringsværd » ; Eric Eydoux, « La littérature norvégienne d'aujourd'hui : Kjell Askildsen, Knut Faldbakken, Sissel Lie » ; Vincent Fournier, « Kjartan Fløgstrad » ; Olivier Gouchet, « Gidske Anderson », « Hommage à Rolf Jacobsen, Gunnar Staalesen » ; Marc de Gouvenain, « Øystein Wingaard Wolf » ; Kjell Olaf Jensen, « Jan Kjærstad, Halldis Moren Vesaas » ; Jacques Outin, « Jan Erik Vold »].

 

Nouvelles nouvelles : « Voyage en septentrion », numéro hors-série, 1991, 160 pages.

[Contient (Norvège) : Terge Stigen, « Voisins » ; Bjørg Vik, « Un couple »].

 

De Christiania à Oslo. Douze nouvelles norvégiennes. Traductions de Jacques de Coussange, Marguerite Diehl, Alzir Hella et Olivier Bournac, Pierre-Georget La Chesnais, Jean Lescoffier, Jean de Néthy, Marie Quillardet, Sébastien Voirol. [Nantes], Éditions L'Élan, 1991, 208 pages.

[Contient : Bjørnstjerne Bjørnson, « L'énigme » ; Johan Bojer, « Skobelef » ; Finn Carling, « Le prince et le jeune homme » ; Arne Garborg, « Jeunesse » ; Knut Hamsun, « Patron Rejersen de “ L'Étoile du sud ” » ; Alexander Kielland, « Le presbytère » ; Hans Kinck, « Nids vides » ; Thomas Krag, « Dora » ; Jonas Lie, « Le troll des mirages » ; Nils Johan Rud, « Julie et le cheval blanc » ; Cora Sandel, L'enfant » ; Tarjei Vesaas, « L'anniversaire »].

 

Écrivains de Norvège. Textes choisis et présentés par Éric Eydoux et Bente Christensen. Traductions de Sylvie Défard, Martine Desbureaux, Martine Dupont, Frédéric Durand, Élisabeth Eydoux, Éric Eydoux, Maud Forsgren, Ellen Huse Foucher, Bernard-Olivier Lancelot, Michèle Mjell, Sigrid Périvier, Anne-Charlotte Rouleau. [Cairon, Thaon], Éditions Amiot-Lenganey, 1991, 424 pages, épuisé.

[Sommaire : Éric Eydoux et Bente Christensen, « Avant-popos » – Per Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe, « La femme à contre-courant » ; Camilla Collett, « Pages du carnet de Margarethe » ; Aasmund Olavsson Vinje, « Les Rondane » ; Bjørnstjerne Bjørnson, « Trond » ; Jonas Lie, « Isak et le pasteur de Brønø » ; Alexander Kielland, « Karen » ; Amalie Skram, « Mémento mori » ; Arne Garborg, « Conseils pour dormir » ; Knut Hamsun, « La dame du Tivoli » ; Hans E. Kinck, « Anémones de montagne » ; Ragnhild Jølsen, « Le douzième » ; Gabriel Scott, « Le rêve de saint Pierre » ;  Sigrid Undset, « Première rencontre » ; Olav Duun, « Le pilori » ; Johan Falkberget, « Histoire d'un vieux gars » ; Sigurd Hoel, « Hans Berg » ; Cora Sandel, « Avalanche » ; Tarjei Vesaas, « Hiver printanier » ; Aksel Sandemose, « Le zoologue » ; Johan Borgen, « Le chèvrefeuille » ; Torborg Nedreaas, « Achtung, gnädiges Fraülein » ; Alf Prøysen, « La belle lampe de Rogne » ; Agnar Mykle, « La légende des Goguelins » ; Jens Bjørneboe, « L'histoire de Schweinehund » ; Halldis Moren Vesaas, « La frange » ; Bjørg Vik, « Paysage côtier » ; Liv Køltzow, « Entente cordiale » ; Dag Solstad, « Les débuts de Fjord » ; Kjartan Fløgstad, « Le cordage de chanvre » ; Tor Åge Bringsværd, « L'homme qui collectionnait le 23 juin 1986 » ; Kjell Askildsen, « Les dernières notes de Thomas F. » ; Karin Sveen, « La graisse » ; Roy Jacobsen, « La glace » – Bibliographie].

 

1994 -----------------------------------------------------------

 

— Harald Herresthal et Ladislav Reznicek, Rhapsodie norvégienne. Les musiciens norvégiens en France au temps de Grieg, traduit du norvégien par . [Caen], Presses universitaires de Caen, 1994.

 

1997 -----------------------------------------------------------

 

Polars du Nord. Une anthologie. Sous la direction d’Éric Eydoux. [Caen], Éditions Le Bois debout / Les Boréales de Normandie, 1997, 216 pages, épuisé.

[Contient (p.70-119) : Nils Nordberg, « Le polar norvégien », traduit par Éric Éydoux ; Stig Holmås, extrait du roman Le Condor, traduit par Alain Gnaedig et présenté par Éric Eydoux ; Pernille Rygg, extrait du roman L’Effet papillon, traduit et présenté par Éric Eydoux ; Kim Småge, extrait du roman Su Rosa, traduit et présenté par Éric Édoux ; Gunnar Staalsen, extrait du roman Brebis galeuse, traduit et présenté par Olivier Gouchet]. 

 

Le Miroir royal (Konungs skuggsiá, v. 1250), édition et traduction du vieux norvégien par Einar Már Jónsson. [Nyons, Suisse], Esprit Ouvert, 1997, 238 pages.

Œuvre écrite par un auteur anonyme vers 1250, Le Miroir royal est considéré comme le texte fondateur de la littérature norvégienne. Jusque-là inédit en français, il compte parmi les pièces maîtresses du genre littéraire très riche des specula apparu au XIIe siècle et qui, dans les années 1240, connut un tournant décisif avec la publication de l’immense encyclopédie Speculum maius de Vincent de Beauvais. Ecrit sous forme de dialogues entre un père et son fils, Le Miroir royal nous propose une somme de ce qu’il convenait de savoir sur la géographie, la zoologie, la navigation, le commerce ou la courtoisie et va même jusqu’à se lancer dans une brillante démonstration de la rotondité de la Terre. Le Miroir royal vit le jour sous le long règne du grand roi Hákon de Norvège, parent par alliance d’Alphonse le Sage de Castille. Sa réputation fut si grande que Dante le mentionne dans la partie « Il paradiso » de la Divine comédie sous le nom d’« Ancone ».

 

2003 -----------------------------------------------------------

 

Brèves n°67 bis / Polarkrim festival Norge, 2003. [Oslo], Stavanger, Bergen / Villelongue d’Aude, Atelier du gué, 2003, 92 pages.

[Contient : Kjell Ola Dahl, « La mort joue du violoncelle », traduit par Francine A. Girard ; Unni Lindell, « La fenêtre d’en face » ; Fredrik Skagen, « Coup de fil mortel », traduit par Francine A. Girard].

 

978-2747519281 — Christian Meriot, Tradition et modernité chez les sames. [Paris], Éditions de L’Harmattan, 2003, 390 pages.

 

2004 -----------------------------------------------------------

 

Scherzo, n°20-22 : « Littératures de Norvège », éd. Pierre Grouix, Paris, Scherzo publications, 2004, 192 pages.

 

2005 -----------------------------------------------------------

 

Brèves, n°76 : « Nouvelles de Norvège »,Villelongue d’Aude, Atelier du Gué, 2005.

[Contient des nouvelles de Ingvar Ambjørnsen, Bjarte Breiteig, Lars Saabye Christensen, Frode Grytten, Johan Harstad, Roy Jacobsen, Liv Køltzow, Laila Stien, traduites du norvégien par Lena Grumbach, Jean-Baptiste Coursaud, Terje Sinding ; « La Norvège ou le pays qui refuse de dire Oui », par Didier Rigault ; « A propos d’Ibsen et son théâtre » par Gunilla Norlund ; photos de Jacques Gaïotti, Sven Egren, Liz Palm].

 

[FICHE LIVRE]Nouvelle revue française n°574 : « Écrivains de Norvège ». [Paris], Éditions Gallimard, juin 2005, 368 pages.

[Dossier préparé par Gabriel Rebourcet, textes traduits du norvégien par Loup-Maëlle Besançon et Hélène Hervieu. Textes de Ingvar Ambjørnsen, Bjarte Breiteig, Kolbein Falkeid, Frode Grytten, Inger Elisabeth Hansen, Levi Henriksen,  Roy Jacobsen, Sigmund Jensen, Erling Kittelsen, Mirjam Kristensen, Merethe Lindstrøm, Liv Lundberg, Torild Wardenær].

 

2007 -----------------------------------------------------------

 

[FICHE LIVRE] Eric Eydoux, Histoire de la littérature norvégienne. [Caen], Presses Universitaires de Caen, « Littérature nordique », 2007, 526 pages.

Dû à l'un des meilleurs spécialistes français de la Norvège, cet ouvrage exhaustif et richement illustré retrace d'une plume alerte l'histoire de la littérature norvégienne, de la lointaine poésie eddique aux productions les plus récentes de nos contemporains. Comblant une évidente lacune et appelé à devenir un outil de référence, il révélera au public français qu'au-delà d'un Ibsen ou d'un Hamsun, la Norvège a été exceptionnellement féconde en écrivains de talent. N'eût-elle pâti d'une langue de faible diffusion, sans doute cette petite nation eût-elle depuis longtemps accédé au rang de grande puissance littéraire.

Haut de page >