Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Les écrivains mexicains La littérature Latino-Américaine

ANTHOLOGIES / ESSAIS 
(classés par date de parution)

 


Anthologie de la poésie mexicaine, édition bilingue, éd. Octavio Paz, traduit de l'espagnol par Guy Lévis Mano, présentation de Paul Claudel. [Paris], Éditions Nagel / Unesco, « Collection Historique, Unesco Secteur de la culture », 1952, 176 pages, épuisé. 

[Poèmes de Manuel Acuña – Ignacio Manuel Altamirano – Bernardo de Balbuena –  Matías de Bocanegra – Fernando de Córdoba y Bocanegra – Sor Juana Ines de la Cruz – Manuel M. Flores – Hernán González de Eslava – Francisco González León – Enrique González Martínez – Miguel de Guevara – Manuel Gutiérrez Nájera – Francisco de Icaza – Rafael López – Ramón López Velarde – Manuel de Navarrete – Amado Nervo – Manuel José Othón – Joaquín Arcadio Pagaza – Manuel de la Parra – José Péon y Contreras – José Joaquín Pesado – Ignacio Ramírez – Efrén Rebolledo – Alfonso Reyes – Vicente Riva Palacio – Ignacio Rodríguez Galván – Juan Ruiz de Alarcón – Luis Sandoval y Zapata – Justo Sierra – Carlos Sigüenza y Góngora – José Juan Tablada – Francisco de Terrazas – Luis G. Urbina]. 


******************************



Esprit n°266 : « Littérature indienne ». [Paris], octobre 1958, épuisé. 

[Contient : « La création du monde », traduit par F. Mouvet ; « De Tamvoanchan », « Le dieu du maïs », « C'est le triomphe », « Poésie quechua », « La création du coton », traduits par J. et L. Marey]. 


******************************



Europe n°367-368 : « Littérature mexicaine ». [Paris], novembre-décembre 1959, épuisé. 

[Contient (p. 3-175) : Pierre Abraham, « Bilan et projets » – Alfonso Reyes, « Le Mexique dans une noix » – Jean Camp, « La littérature mexicaine » – José-Luis Martinez, « Les grands courants littéraires » – Textes de Mauricio Magdaleno, Juan Cabada, Juan Rulfo, Juan José Arreola, Carlos Fuentes – Ramon Xirau, « Situation de la poésie mexicaine » – Poèmes de Carlos Pellicer, José Gorostiza, Jaime Torres Bodet, Xavier Villaurrutia, Salvador Novo, Efrain Huerta, Ali Chumacero, Rosario Castellanos, Ruben Bonifaz Nuno, Jaime Garcia Terres, Jaime Sabines, Marco Antonio Montes De Oca – Antonio Castro Leal, « Vingt siècles d'art mexicain » – Denis Rieu, « Entretiens avec Siqueiros et Rivera » – J.-M. Garcia Ascot, « La peinture contemporaine » – Celestino Gorostiza, « Le théâtre au Mexique » – André Camp, « Le cinéma mexicain » – Jesus Bal Y Gay, « La musique contemporaine » – Armand Pierhal, « Un roman de Luis Spota » – Chronologie mexicaine]. 


 

******************************



Les Poésies mexicaines, traduit de l'espagnol et présenté par Jean-Clarence Lambert. [Paris], Éditions Seghers / Marabout, « Melior », 1961, 330 pages, épuisé. 

[Poèmes de Juan José Arreola – Bernardo de Balbuena – Rosario Castellanos – Alí Chumacero – Sor Juana Ines de la Cruz – Salvador Díaz Mirón – Jaime García Terrés – Enrique González Martínez – José Gorostiza – Miguel de Guevara – Ramón López Velarde – Marco Antonio Montes de Oca – Amado Nervo – Salvador Novo – Manuel José Othón – Octavio Paz – Carlos Pellicer – Alfonso Reyes – Juan Ruiz de Alarcón – Jaime Sabines – Luis Sandoval y Zapata – José Juan Tablada – Jaime Torres Bodet – Xavier Villaurrutia]. 


 

******************************



T'es qui là ? (Los mejores cuentos policiacos mexicanos, 1955), éd. Maria Elvira Bermudez. Traduction de Bernard Goorden et San Tewen. Illustration de Tiennick Kerevel. [Bruxelles], Éditions Recto Verso, « Ides et Autres » n°20, février 1980, 104 pages, épuisé. 

[Sommaire : Bernard Goorden, « Avertissement », Maria Elvira Bermudez, « Prologue » – Textes de Maria Elvira Bermudez, Rafael Bernal, Antonio Castro Leal, Antonio Helu, Pepe Martinez de la Vega, Rubén Salazar Mallén – Alfonso Reyes, « À propos du roman policier » – Bibliographie]. 


 

******************************



Poésie du Mexique, traduit de l'espagnol et présenté par Jean-Clarence Lambert. [Arles], Éditions Actes Sud / [Paris], Unesco, 1988, 288 p., 19.67 € 

[Poèmes d'Homero Aridjis – José Carlos Becerra – Alberto Blanco – Rubén Bonifaz Nuño – Marco Antonio Campos – Rosario Castellanos – Ali Chumacero – Isabel Fraire – Jaime García Terrés – Angel Maria Garibay – Ulalume Gonzalez de Leon – David Huerta – Efraín Huerta – Miguel León-Portilla – David Leyva – Eduardo Lizalde – Margarita Michelena – Carlos Montemayor – Marco Antonio Montés de Oca – José Emilio Pacheco – Octavio Paz – Jaime Sabines – Tomas Segovia – Veronica Volkow – Gabriel Zaïd]. 


 

******************************



Anthologie poétique / Antología poética. IIe Festival international de poésie de Paris, éd. Bernardo Schiavetta. [Paris], Noesis / Unesco, 1988, épuisé.

[Contient des poèmes de Alberto Blanco – Elia Espinosa – Ulalume González de León – Miguel León-Portilla – Daniel Leyva – Marco Antonio Montes de Oca – Octavio Paz – Francisco Serrano].


 

******************************



Journal des poètes. Organe officiel des biennales internationales de la poésie n°3 : « Quatorze visages de la poésie mexicaine », éd. Frank Andriat. [Ottignies, Belgique], 1989, épuisé. 


 

******************************



La Poésie mexicaine, éd. Claude Beausoleil. [Trois-Rivières, Québec], Les Écrits des Forges / [Bègles, Gironde], Éditions Le Castor Astral, « Voix off » n°6, 1989, 228 pages, épuisé. 
** Nouvelle édition, revue et augmentée : voir Anthologie de la poésie mexicaine. [Paris], Le Seuil, « Points Poésie » n°2097, 2009. 

[Poèmes de : Alejandro Ambrosi – Homero Aridjis – Aurelio Asiaín – Alejandro Aura – Juan Bañuelos – Efraín Bartolomé – Maliyel Beverido – Alberto Blanco – Carmen Boullosa – Delia Cabrera – Marco Antonio Campos – Rosario Castellanos – Ricardo Castillo – Alí Chumacero – Sergio Cordero – Elsa Cross – Mario Cruz Palmas – José Falconi – Guillermo Fernández – Nicolás Fuentes – José Fuentes Salinas – Gloria Gervitz – Alfredo Giles-Diáz – Francisco Hernández – Leticia Herrera – David Huerta – Efraín Huerta – Raoúl Iván – Ethel Krauze – Jaime Labastida – Eduardo Langagne – Ramón López Velarde – Elva Macías – Víctor Manuel Mendiola – Alicia Meza – Myriam Moscona – Jorge Mouriño – Elías Nandino – Samuel Noyola – Enriqueta Ochoa – José Emilio Pacheco – Lizbeth Padilla – Margarita Paredes Paz – Octavio Paz – Jorge Quintanar – José Luis Rivas – Frida Rodríguez Gándara – Samuel Ronzón – Jaime Sabines – Ángeles Solano – José Juan Tablada – Benito Taibo – Silvia Tomasa Rivera – Manuel Ulacia – Eduardo Vásquez – Xavier Villaurrutia – Adelaida Villela – Verónica Volkow – Ricardo Yáñez – Francisco Zapata – Eraclio Zepeda]. 


 

******************************



Nouvelles mexicaines d'aujourd'hui, traduites de l'espagnol et présentées par Louis Jolicœur. [Québec], Éditions L'instant même, 1993, 176 pages, épuisé. 

[Eugenio Aguirre – Óscar de la Borbolla – Gonzalo Celorio – Jesús Gardea – Humberto Guzman – Hernán Lara Zavala – Silvia Molina – Bernardo Ruiz – Guillermo Samperio – Juan Villoro – Eraclio Zepeda]. 

« On ne saurait méconnaître la place prépondérante de la littérature latino-américaine dans notre siècle et l'influence qu'elle a exercée sur les nouvellistes contemporains. Mais que sait-on de la littérature mexicaine ? Quels nouvellistes les Mexicains affectionnent-ils ? En collaboration avec les éditions de la Universidad Nacional Autonoma de México, Louis Jolicœur nous les fait découvrir, certains d'entre eux étant traduits en français pour la première fois. Dans la veine du réalisme magique et par delà cette riche tradition, ces Nouvelles mexicaines d'aujourd'hui nous emmènent dans l'univers d'un embouteilleur d'âmes, d'un vampire dévoyé, d'hommes-volants engagés dans une joute amoureuse, de Dieu en garçon de café et d'adolescents tourmentés par ces passions qui survivent aux années de collège. La fascination du serpent à plumes est intacte. » (Présentation de l'éditeur


 

******************************



La Sape, nouvelle série, n°37 : « Poésie mexicaine. Poètes de Chiapas », présentés et traduits par Claude Couffon. [Montgeron, Essonne], 1994, épuisé.

[Poèmes de Gabriela Balderas – Juan Bañuelos – Efraín Bartolomé – Rosario Castellanos – Elsa Cross – Armando Duvalier – Elva Macías – Jaime Sabines – Marisa Trejo Sirvent – Joaquín Vásquez Aguilar – Eraclio Zepeda]. 


 

******************************



Poésie 96 n°63 : « Quatre poètes mexicains », présentés et traduits par Claude Couffon. [Paris], Maison de la poésie de la ville de Paris / Pierre Seghers, juin 1996, épuisé. 


 

******************************



Poètes de Chiapas, édition bilingue, textes choisis et traduits par Claude Couffon. [Paris], Éditions Caractères, « Les cahiers latins », n°14, 1997, 114 pages, épuisé. 
** Réédition : Éditions Caractères, « Chants des peuples », 2009, 224 pages, 25 € 

[Poèmes de Gabriela Balderas – Juan Bañuelos – Efraín Bartolomé – Rosario Castellanos – Elsa Cross – Armando Duvalier – Elva Macías – Jaime Sabines – Marisa Trejo Sirvent – Joaquín Vásquez Aguilar – Eraclio Zepeda]. 


 

******************************



La Nouvelle contemporaine au Mexique. Couverture d’Elbio Mazet. [Villelongue d’Aude], Éditions L'Atelier du gué / Ifal (Institut français de l'Amérique latine), 1995, 256 pages, 13.72 € 

[Nouvelles de José Agustín – Juan José Arreola – Oscar de la Borbolla – Gonzalo Celorio – Felipe Garrido – Bárbara Jacobs – Hernán Lara Zavala – Héctor Manjarrez – Carlos Monsiváis – Augusto Monterroso – José Emilio Pacheco – Sergio Pitol – María Luisa Puga – Rafael Ramírez Heredia – Luis Arturo Ramos – Alberto Ruy Sánchez – Guillermo Samperio – Alvaro Uribe – Edmundo Valadés – Juan Villoro – Eraclio Zepeda]. 


 

******************************



Poètes mexicains contemporains, éd. Jorge von Ziegler, traduit de l'espagnol par Émile Martel. [Trois-Rivières, Québec], Les Écrits des Forges, 1996, 160 pages, épuisé. 

[Poèmes de Juan Domingo Argüelles – Efraín Bartolomé – Alberto Blanco – Marco Antonio Campos – Victor Manuel Cardenas – Héctor Carreto – Elsa Cross – Jorge Esquinca – Francisco Hernández – David Huerta – Eduardo Langagne – Vicente Quirarte – José Luis Rivas].

« Ce livre rassemble des œuvres de treize poètes mexicains nés après 1945 et avant 1960. Les plus âgés, Elsa Cross et Francisco Hernandez, sont nés en 1946 ; le plus jeune, Juan Domingo Argüelles, est né en 1958. Dans la période intermédiaire : Marco Antonio Campos, David Huerta, José Luis Rivas, Efrain Bartolomé, Alberto Blanco, Eduardo Langagne, Victor Manuel Cardenas, Héctor Carreto, Vicente Quirarte et Jorge Esquinca. Avant tout, ces limites dans le temps se réfèrent à une situation similaire de l’évolution de certaines œuvres élaborées dans un espace culturel commun et dans l’atmosphère d’une même tradition littéraire, la mexicaine, que ces œuvres prolongent ou renouvellent, ou les deux, chacune à sa façon. Un diapason plus vaste « Les yeux aveugles du canari changent le chant en sortilège. Celui qui l’écoute s’abandonne dans le delta d’une inépuisable clarté, il oublie tout des choses. « Ce corps est tien tellement il est mien », dira-t-elle, pendant que le canari traverse la nuit avec les dernières notes de son chant et tout le désert d’Arabie coule paisible dans un sablier. » (Jorge Esquinca)


 

******************************



Nouvelle Revue Française n°555 : « Écrivains du Mexique » I, éd. Adolfo Castañón, illustrations de José Guadalupe Posada. [Paris], Éditions Gallimard, octobre 2000, 14.50 €

[Dossier (p. 205-261) : Textes de Homero Aridjis – Adolfo Castañón – José de la Colina – Marco Antonio Montes de Oca – Octavio Paz – Sergio Pitol – Juan Rulfo]. 


 

******************************



Nouvelle Revue Française n°556 : « Écrivains du Mexique » II, éd. Adolfo Castañón. [Paris], Éditions Gallimard, janvier 2001, 14.50 € 

[Dossier (p. 204-265) : Textes de Juan José Arreola – Adolfo Castañón – Elsa Cross – Salvador Elizondo – Jorge Hernández Campos – José Emilio Pacheco – Fernando del Paso – Alejandro Rossi – Tomás Segovia – Gabriel Zaïd]. 


 

******************************



Action poétique n°165 : « Poètes indigènes du Mexique aujourd'hui ». [Tours], Éditions Farrago, hiver 2001-2002, épuisé. 

[Poètes de langue nahuatl, zapotèque, maya, tojolabal et mazatèque : Briceida  Cuevas Cob, Juan Gregorio Regino].


 

******************************



Poésie mexicaine du XXe siècle, Bilingue, éd. Claude Couffon et René Gouédic. [Genève, Suisse], Éditions Patiño, 2003, 21.00 € 

[Poèmes de Luis Miguel Aguilar – Homero Aridjis – Aurelio Asiaín – Gabriela Balderas – Juan Bañuelos – Efraín Bartolomé – Ilda Bautista – José Carlos Becerra – Alberto Blanco – Marirrós Bonifaz – Rubén Bonífaz Nuño – Carmen Boullosa – Coral Bracho – Manuel Calvillo – Rosario Castellanos – Silvia Eugenia Castillero – Dolores Castro – Alí Chumacero – Elsa Cross – Antonio Deltoro – Gerardo Deniz – Miguel Ángel Flores – Isabel Fraire – Gloria Gervitz – Ulalume González de León – Enrique González Martínez – José Gorostiza – Francisco Hernández – David Huerta – Efraín Huerta – Jaime Labastida – Eduardo Lizalde – Tedi López Mills – Ramón López Velarde – Elva Macías – Manuel Maples Arce – Víctor Manuel Mendiola – Sergio Mondragón – Carlos Montemayor – Marco Antonio Montes de Oca – Fabio Morábito – Myriam Moscona – Elías Nandino – Thelma Nava – Amado Nervo – Salvador Novo – Bernardo Ortiz de Montellano – Gilberto Owen – José Emilio Pacheco – Octavio Paz – Carlos Pellicer – Manuel Ponce – Alfonso Reyes – José Luis Rivas – Jaime Sabines – Tomás Segovia – Francisco Serrano – José Juan Tablada – Jaime Torres Bodet – Marisa Trejo Sirvent – Socorro Trejo Sirvent – Manuel Ulacia – Xavier Villaurrutia – Verónica Volkow – Óscar Wong – Ricardo Yáñez – Gabriel Zaid – Eraclio Zepeda – Lina Zerón]. 

« Héritiers d’une double culture, hispanique et indienne, les poètes mexicains du XXe siècle ont su développer un art original, ouvert malgré tout aux influences étrangères les plus audacieuses. Surgissant au lendemain d’une sanglante révolution justicière, les poètes des années 20 – Xavier Villaurrutia, José Gorostiza… – ne pouvaient que s’attacher au thème de la mort, ressuscité de la tradition par l’actualité. Dans les années 30, la présence au Mexique d’André Breton et Benjamin Péret développa chez les jeunes créateurs comme Octavio Paz le sens mexicain naturel de l’onirisme et de l’introspection. Pourtant, au Mexique, les poètes ne se veulent pas seulement mexicains. Ils entendent s’ouvrir au monde et participer de l’universalité. “L’histoire universelle est aujourd’hui notre tâche commune. Et notre labyrinthe, celui de tous les hommes”, affirmait en 1950 Octavio Paz dans son célèbre Labyrinthe de la solitude. Humour et gravité, mysticisme et érotisme, engagement et recherche linguistique apolitique se lient ou s’affrontent dans l’effort lyrique des dernières générations, de la plume de José Emilio Pacheco ou Jaime Sabines à celle de Carmen Boullosa ou Elsa Cross. » (Présentation de l'éditeur


 

******************************


Anthologie de la poésie mexicaine moderne / Antología de la poesia mexicana moderna, éd. Jorge Cuesta (Mexico, Contemporaneos, 1928), édition bilingue, traduit de l'espagnol par Émile et Nicole Martel. [Trois-Rivières], Les Écrits des Forges / [Mexico], Fondo de cultura económica, 2003, 606 pages, 20 € 

[Poèmes de Ricardo Arenales – Salvador Díaz Mirón – Enrique González Martínez – Enrique González Rojo – José Gorostiza – Francisco A. de Icaza – Rafael López – Ramón López Velarde – Manuel Maples Arce – Amado Nervo – Salvador Nervo – Bernardo Ortiz de Montellano – Manuel José Othón – Giberto Owen – Manuel de la Parra – Carlos Pellicer – Efrén Rebolledo – Alfonso Reyes – José Tablada – Jaime Torres Bodet – Luis G. Urbina – Xavier Villaurrutia]. 

« À sa parution, en 1928, cette anthologie fait scandale. Les spécialistes en parlent encore. Entouré de ses amis, Jorge Cuesta, jeune intellectuel de vingt-quatre ans employé dans une plantation sucrière de l'État de Veracruz, d'un geste éditorial audacieux, consolide des réputations, expulse des icônes, choisit des inconnus, crée de nouveaux modèles, consacre des oeuvres dont certaines sont inédites, et omet d'inclure ses propres poèmes. En décrivant les talents de chacun de ces vingt-deux poètes, alors âgés de vingt-quatre à soixante-quinze ans, Cuesta décèle des complémentarités qui aboutissent à un constat indubitable : dans le Mexique de la fin des années 20, il y a une mouvance poétique charnière et une originalité créatrice qui prouvent que les influences européennes, symbolisme et romantisme notamment, sont en train de disparaître. La poésie trouve son identité, son langage, sa musique, son paysage, et même son nom : Les Contemporains dans un Mexique animé d'une effervescence politique et culturelle qui annoncent toutes les audaces et permettent tous les espoirs. » (Présentation de l'éditeur)


 

******************************



Brèves n°71 « Mexique – Enrique Serna ». [Villelongue d’Aude], Éditions L'Atelier du Gué, 2004, 128 pages, 10 € 

[Dossier préparé et traduit par Marie-Ange Brillaud (p. 3-103) : Nouvelles de Ana García Bergua – Julieta García González – Hernán Lara Zavala – Mónica Lavín – Norma Lazo – Pablo Raphael de la Madrid – Eduardo Antonio Parra – Enrique Serna – Eloy Urroz – Juan Villoro – Jorge Volpi – suivi d'un entretien avec Enrique Serna. Invitée : Vesta Monica Herrerias (photographe mexicaine)]. 

« Brèves revient sur l’écrivain Enrique Sema à la faveur d’un excellent dossier “Nouvelles mexicaines” et avant la publication à L’Atelier du Gué de son recueil Amours d’occasion. Marie-Ange Brillaud, qui a brillamment rassemblé, traduit et présenté cette dizaine de nouvelles, s’entretient justement avec Enrique Serna qui conte ici les terribles affres d’un personnage payé pour ne pas travailler. De l’humour noir, donc, qu’il assume comme “satire sentimentale” au sein d’une société mexicaine sur laquelle il livre quelques clefs, ainsi que sur son œuvre. » (Serge Safran, Le Magazine Littéraire)


 

******************************



Siècle 21, n°5 : « La littérature mexicaine des trente dernières années ». [Paris], Éditions L’Esprit des péninsules, automne-hiver 2004, 160 pages, 17 €

[Dossier coordonné par Marianne Millon et Jorge Volpi, assistés de Catherine Pierre et Michel Lebrun : Textes de Rosa Beltrán – Alejandra Bernal – Carmen Boullosa – Marco Antonio Campos – Jorge Fernández Granados – Vicente Herrasti – Francisco Hinojosa – Guillermo Ordorica – Pedro Ángel Palou – Eduardo Antonio Parra – Daniel Sada – Martín Solares – Alberto Ruy Sánchez – Mario Gonzáles Suárez – David Toscana – Julio Trujillo – Eloy Urroz – Jorge Volpi – Ricardo Yánez]. 


 

******************************



Nouvelle Revue Française n°575 : « Renouveau des lettres mexicaines ». [Paris], Éditions Gallimard, octobre 2005, 15.50 € 

[Dossier préparé et présenté par Christopher Domínguez Michael (p. 121-246) : Christopher Domínguez Michael, « La mort de la littérature mexicaine » – Textes de Mario Bellatín, Ana García Bergua, Ignacio Padilla, Eduardo Antonio Parra, José Manuel Prieto, Cristina Rivera Garza, Pablo Soler Frost et Jorge Volpi – Suivi d'un Hommage à Augusto Monterroso (textes et une étude d'Adolfo Castañón]. 


 

******************************



Lectures lointaines : meeting n°4, 16 au 19 novembre 2006. [Saint-Nazaire, Loire-Atlantique], Meet [Maison des écrivains étrangers et des traducteurs], 2006, 144 pages, 15 € 

[Contient des textes de Oscar David López – Antonio Sarabia – Paco Ignacio Taibo II – Natalia Toledo]. 


 

******************************



Meet n°10 « Mexico / Sarajevo », édition bilingue, illustrations de Olivier Matouk. [Saint-Nazaire, Loire-Atlantique], novembre 2006, 256 pages, 20 € 

[Mexico (p. 131-250) : Présentation de Philippe Ollé-Laprune. Textes de : Mario Bellatin – Francisco Hernández – Oscar David López – Carlos Monsiváis – Sergio Pitol – Paco Ignacio Taibo II – Natalia Toledo – Juan Villoro].


 

******************************


Cent ans de littérature mexicaine, éd. Philippe Ollé-Laprune ; illustrations de Vicente Rojo. [Paris], Éditions de La Différence, « Littérature étrangère », 2007, 848 p., 45 €

[Textes de José Agustín – Homero Aridjis – Inés Arredondo – Juan José Arreola – Mariano Azuela – José Carlos Becerra – Mario Bellatin – Rosa Beltrán – Rafael Bernal – Rubén Bonifaz Nuño – Carmen Boullosa – Coral Bracho – Julieta Campos – Emilio Carballido – Luis Cardoza y Aragón – Rosario Castellanos – Gonzalo Celorio – Francisco Cervantes – Alí Chumacero – Elsa Cross – Gerardo Deniz – Salvador Elizondo – Carlos Fuentes – Vilma Fuentes – Sergio Galindo – Juan García Ponce – Jesús Gardea – Ricardo Garibay – Elena Garro – Margo Glantz – José Gorostiza Martín Luis Guzmán – Francisco Hernández – Hugo Hiriart – David Huerta – Efraín Huerta – Eduardo Hurtado – Jorge Ibargüengoitia – Bárbara Jacobs – Vicente Leñero – Eduardo Lizalde – Ramón López Velarde – Sergio Magaña – Héctor Manjarrez – Manuel Maples Arce – Juan Vicente Melo – Eduardo Milán – Carlos Monsiváis – Augusto Monterroso – Marco Antonio Montes de Oca – Fabio Morábito – Rafael Muñóz – Álvaro Mutis – Salvador Novo – Gilberto Owen – José Emilio Pacheco – Fernando del Paso – Octavio Paz – Carlos Pellicer – Sergio Pitol – Elena Poniatowska – José Revueltas – Alfonso Reyes – José Luis Rivas – Alejandro Rossi – Juan Rulfo – Alberto Ruy Sánchez – Jaime Sabines – Daniel Sada – Gustavo Sáinz – Guillermo Samperio – Tomás Segovia – Enrique Serna – José Juan Tablada – Paco Ignacio Taibo II – Julio Torri – Álvaro Uribe – Rodolfo Usigli – José Vasconcelos – Xavier Villaurrutia – Juan Villoro – Agustin Yañez – Gabriel Zaid]. 

« Cent ans de littérature mexicaine propose, pour la première fois, un panorama critique de la littérature mexicaine contemporaine, englobant poésie, nouvelles, romans et théâtre. Ce livre réunit des extraits de plus de 80 écrivains, unanimement considérés comme les grands auteurs d’une des plus brillantes littératures de ces cent dernières années. Le lecteur francophone pourra voir en perspective des textes d’écrivains aussi célèbres que Carlos Fuentes, Octavio Paz ou Juan Rulfo et découvrir des auteurs qui ne jouissent pas encore du même statut. Chaque écrivain y est présenté par une notice biographique concise et une bibliographie. Des textes de transition permettent au lecteur d’apprécier le livre comme une histoire du Mexique en proposant des repères et les récits des faits les plus marquants. On peut ainsi mieux voir les rapports des romans des années 20 avec la Révolution, la poésie en rupture avec l’esthétique provinciale du XIXe siècle ou l’ouverture à la modernité qui caractérise les textes majeurs après les années 50. L’esprit qui a animé son organistaion, éloigné de toute spéculation, tend à éviter les paris hasardeux pour favoriser les œuvres solides et déjà installées dans l’histoire littéraire. Le livre est abondamment illustré par des dessins de l’un des peintres les plus prestigieux du Mexique, Vicente Rojo. » (Présentation de l'éditeur


 

******************************
 

 

 



Nuit blanche n°107 : « Littérature Mexicaine ». [Québec], juillet 2007, épuisé. 

[Sommaire : Louis Jolicœur, « Québec-Mexique : une américanité à construire » – Silvia Eugenia Castillero, « Vide ou infini ? : la poésie de Xavier Villaurrutia » – Xavier Villaurrutia, « Dix morts » – Humberto Guzmán, « La région la plus transparente de l'air : continuité et diversité dans la littérature mexicaine » – Javier Vargas de Luna, « Pedro Páramo de Juan Rulfo, ou les cinquante ans d'un roman à contre-courant » – Marco Aurelio Carballo, « Un printemps torride » – Hernán Lara Zavala, « Cap sur l'histoire » – Linda Amyot, « Mexicanas : écrivaines mexicaines » – Silvia Pratt, « Île de lumière » – Alain Lessard, « Bibliographie littérature mexicaine (en traduction française) »].


--------------------------------------------------------

Poètes indiens du Chiapas, présentés et traduits par François Perche. [Champtin, Sancerre], Éditions de Champtin, « kraft », 2007, épuisé. 

« Lauréat des Missions Stendhal, en 1998, j’ai vécu dans une communauté indienne, dans les Hautes Terres du Chiapas, où j’ai écrit les poèmes de Pierres indigènes, parus chez Rougerie. Et en 2003, j’ai sillonné de long en large cette région pour aller à la découverte de poètes indiens écrivant dans leur langue. J’en ai rencontré six que j’ai traduits en français. Cette traduction est parue en juillet 2007 aux éditions du Champtin, avec des illustrations de peintres indiens. » (François Perche) 

 

 

******************************
 

 

 



Le Pays sonore / El pais del ruido (9 poètes mexicains / 9 poetas mexicanos), édition bilingue, éd. Luis Alberto Arellano, Roman Lujan, traduit de l'espagnol par Françoise Roy, postface de Eduardo Milan. [Trois-Rivières, Québec], Les Écrits des Forges / [Pantin (Seine-Saint-Denis], Le Temps des cerises, 2008, 256 pages,20 € 

[Contient des poèmes de Luis Armenta Malpica – Laura Solórzano – Juan Carlos Bautista – Anne-Marie Bianco, Jorge Fernández Granados – José Eugenio Sánchez – Luis Enrique Gutiérrez O. M. – Ángel Ortuño – Mónica de la Torre].

« La poésie mexicaine fait montre d'une remarquable solidité et puise sa force dans une grande tradition ayant apporté des noms éminents à ce qui s'est écrit au XXe siècle en langue espagnole. Cet échantillon, sélectionné par Luis Alberto Arellano et Román Luján, de neuf nouveaux poètes mexicains signale clairement la présence de deux tracés. Le travail d'Arellano et de Luján ne fait pas que détenir l'exception de l'excellence – aucun cri ni mystère augustinien ne peut l'emporter, en poésie, sur l'unique excellence, le réel poétique, que reconnaît le poème : le silence-parole. Il détient aussi la conscience d'un paysage poétique qui révèle avec une grande netteté le moment de perturbation et de turbulence – accouchement, voyage au centre – que traverse une certaine poésie mexicaine. » (Quatrième de couverture

 

 

******************************
 

 

 



Voix et lumières de la montagne. Quatre poètes contemporains de Oaxaca, traduction et introduction de Marie Agnès Palaisi-Robert. [Paris / Mexico], Éditions Rilma 2 / ADEHL, « Estudios y ensayos », 2008, 116 pages, 15 € 

[Contient des poèmes de Esteban Ríos Cruz – Celerina Sánchez – Karlos Tachisavi – Natalia Toledo].

« Ce livre réunit un choix de l'œuvre poétique des quatre grands poètes contemporains de la région mexicaine de Oaxaca : Celerina Sánchez, Karlos Tachisavi, Natalia Toledo et Esteban Ríos Cruz. Tous ces auteurs écrivent dans leur langue maternelle ; les deux premiers en tu'un ñuu savi (mixtèque) et les deux autres en diidxazá(zapotèque), les deux langues les plus répandues dans la région. Nous avons le privilège de reproduire leurs poèmes en version originale assortie des versions en espagnol et en français. La mexicaniste Marie Agnès Palaisi-Robert de l'Université de Toulouse – dont les travaux sur Juan Rulfo sont connus – a traduit les textes en français et a rédigé l'introduction claire et rigoureuse de cet ouvrage. Elle a bénéficié de la collaboration de la poète et universitaire mexicaine Grissel Gómez Estrada pour la découverte des poètes et la sélection des poèmes. Marie Agnès Palaisi-Robert a travaillé en contact direct avec les écrivains pour la traduction française à partir des versions espagnoles élaborées par leurs soins. Ainsi donc, ce volume propose les fruits poétiques des langues et des cultures tu'un ñuu savi et binnizá qui, malgré la suprématie de l'espagnol à Oaxaca pendant plus de trois siècles après la Conquête, affirment leur continuité et leur vigueur. En ces temps de mondialisation, cette publication, dans une optique inter-culturelle, veut défendre et diffuser les nobles valeurs des cultures minoritaires à travers la lumière de leur poésie, le genre littéraire le plus intense d'une langue; » (Quatrième de couverture

 

 

******************************
 

 

 



Europe n°957-958 : « Poètes du Mexique ». [Paris], janvier-février 2009, 18.50 € 

[Contient des poèmes de José Carlos Becerra – Coral Bracho – Herman Bravo Varela – Luis Felipe Fabre – Francisco Hernandez – David Huerta – Tedi Lopez Mills].

 

 

******************************
 

 

 



Écrivains mexicains / Escritores mexicanos, édition bilingue, préface de Christopher Dominguez Michael. [Paris], Éditions Gallimard, « Folio bilingue », n°159, 2009, 9.40 € 

[Textes de Carlos Fuentes – Sergio Pitol – Alejandro Rossi]. 

 

 

******************************
 

 

 



Des nouvelles du Mexique 1978-2008, anthologie dirigée et présentée par François Gaudry. [Paris], Éditions Métailié, « Suites. Suite hispano-américaine » n°144, 2009, 312 pages, 13 € 

[Textes de José Agustin – Mario Bellatin – Rosa Beltrán – Ana Clavel – José de la Colina – Alvaro Enrigue – Guillermo Fadanelli – Ana García Bergua – Mario González Suárez – Jorge Ibargüengoita – Mónica Lavín – Fernando de León – Elmer Mendoza – Mauricio Molina – Fabio Morabito – Ignacio Padilla – Eduardo Antonio Parra – Luis Arturo Ramos – Eusebio Ruvalcaba – Daniel Sada – Alberto Ruy Sánchez – Guillermo Samperio – Antonio Sarabia – Enrique Serna – Paco Ignacio Taibo II – Miguel Tapia Alcaraz – David Toscana – Eloy Urroz – Xavier Velasco – Socorro Venegas – Juan Villorio – Jorge Volpi]. 

« La littérature mexicaine des trente dernières années offre l'image d'un extraordinaire foisonnement et d'une diversité thématique qui font éclater toutes les représentations réductrices. Il n'y a pas Une littérature mexicaine, mais des écrivains mexicains singuliers. Qu'ils s'expriment dans le registre de la satire, du réalisme, du fantastique, de la chronique, de l'humour ; que leur univers romanesque soit noir, inquiétant, désespérant, corrosif, insolite, drôle ; qu'ils s'éloignent de leur pays ou en scrutent les plaies, les grâces et les rêves, tous témoignent d'une relation unique avec le Mexique, ses dires, son histoire, son présent. Et le prouvent, avec talent, par leurs nouvelles. » (Quatrième de couverture

 

 

******************************
 

 

 



Nouvelles du Mexique, anthologie. [Paris], Éditions Magellan & Cie, « Miniatures », 2009, 128 pages, 12 € 

[Nouvelles de Fabrizio Mejía Madrid – Fabio Morábito – David Toscana – Alvaro Uribe – Juan Villoro].

 

 

******************************
 

 

 



Anthologie de la poésie mexicaine, présentation et choix par Claude Beausoleil. [Paris], Éditions du Seuil, « Points Poésie » n°2097, 2009, 224 pages, 7.50 € 

* édition revue et augmentée de La Poésie mexicaine (Les Écrits des Forges / Éditions Le Castor Astral, « Voix off » n°6, 1989, 228 pages, épuisé). 

[Poèmes de Homero Aridjis – Luis Armenta Malpica – Alejandro Aura – Juan Bañuelos – Efraín Bartolomé – José Carlos Becerra – Alberto Blanco – Rubén Bonifaz Nuño – Carmen Boullosa – Coral Bracho – Alí Calderón – Marco Antonio Campos – Rosario Castellanos – Silvia Eugenia Castillero – Ricardo Castillo – Alí Chumacero – Jennifer Clement – Jair Cortés – Elsa Cross – Jorge Esquinca – Guillermo Fernández – José Fernández Granados – Nicolás Fuentes – Gloria Gérvitz – Alfredo Giles-Diáz – Rocío González – José Gorostiza – Hugo Gutiérrez Vega – Francisco Hernández – David Huerta – Efraín Huerta – Ethel Krauze – Jaime Labastida – Eduardo Langagne – José Ángel Leyva – Eduardo Lizalde – Ramón López Velarde – Elva Macias – Mónica Mansour – Manuel Maples Arce – Víctor Manuel Mendiola – Carlos Montemayor – Andrea Montiel – Myriam Moscona – Elías Nandino – Salvador Novo – Enriqueta Ochoa – Gilberto Owen – José Emilio Pacheco – Lizbeth Padilla – Octavio Paz – Margarita Paz Paredes – Carlos Pellicer – Silvia Pratt – Jorge Quintanar – Moisés Ramírez – José Luis Rivas – Samuel Ronzón – Bernardo Ruiz – Jaime Sabines – Víctor Sandoval – Francisco Segovia – Francisco Serrano – José Juan Tablada – Benito Taibo – Natalia Toledo – Silvia Tomasa Rivera – Manuel Ulacia – Eduardo Vásquez – Xavier Villaurrutia – Adelaida Villela – Verónica Volkow – Eraclio Zepeda]. 

 


Haut de page >