Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

PELLICER, Carlos

[MEXIQUE] (Villahermosa, Tabasco, 1899 – Mexico, 1977).
Membre important du groupe de la revue Contemporáneos, il fut d'abord un poète sensuel à la technique d'avant-garde avant de revenir à des formes plus classiques et à un ton intimiste marqué par l'inquiétude religieuse.

Bibliographie (poésie) : Colores en el mar (1921), Odas de junio (1924), Piedra de sacrificio (1924), Seis, siete poemas (1924), Hora y 20 (1927), Camino (1929),  Esquemas para una oda tropical (1933), Estrofas del mar marino (1934), Hora de Junio, 1929-1936 (1937), Hexágonos (1941), Recinto y otras imágenes (1941), Discurso por las flores (1946), Subordinaciones. Poemas (1949), Sonetos (1950), Práctica de vuelo (1956), Dos poemas (1962), Con palabras y fuego (1962), Material poético 1918-1961 (1962), Teotihuacan y 13 de agosto : ruina de Tenochtitlan. Poemas (1965), Primera antología poética (1969), Noticias sobre Netzahualcóyotl y algunos sentimientos (1972), Cuerdas, percusión y alientos (1976), Breve antología (1977), Miniantología poética (1977) – Publications posthumes : Reincidencias (1978), Cosillas para el Nacimiento (1978), Poemas (1979), Obras (1981), Carlos Pellicer. Material de lectura (1984), El Sol en un pesebre (1987), Carlos Pellicer. Poesía completa (1996), Era mi corazón piedra de río (1997), Noticias sobre Nezahualcóyotl y algunos sentimientos (1997), Versos a la esperanza (1998).

ANTHOLOGIES / REVUES (Traductions)
* « Suite brésilienne - Poèmes aériens », « Suite brésilienne - Autres poèmes » poèmes traduits par Pierre Darmangeat, dans Introduction à la poésie ibero-américaine (Le Livre du jour, 1947).
* « Suite brésilienne », « Chanson d’Olinda », « Désirs », poèmes traduits par Fernand Verhesen ; « Heures de juin », poème traduit par Pierre Darmangeat, dans Anthologie de la poésie ibéro-américaine (Nagel / Unesco, 1956).
* « Heures de juin », « Faucheur », « Schèmes pour une ode tropicale », poèmes traduits par Jean Camp, dans Europe n°367-368 (novembre-décembre 1959).
* « Volées de colombes », « Duos marins », poèmes traduits par Fernand Verhesen, dans Poètes d’Espagne et d’Amérique latine (La Maison du poète, 1960).
* « Volées de colombes », « Duos marins », poèmes traduits par Fernand Verhesen ; « Schèmes pour une ode tropicale », poème traduit par Jean Camp ; « Désirs », « Études », poèmes traduits par Pierre Darmangeat ; « Être étrange », poème traduit par Mathilde Pomès, dans Les Poésies mexicaines (Seghers, 1961).
* « Désirs », poème traduit par Pierre Darmangeat, dans Exposition d’art latino-américain à Paris (Musée d’art moderne de la ville de Paris, 1962).
* Dix poèmes, traduits par Émile et Nicole Martel, dans Anthologie de la poésie mexicaine moderne, éd. Jorge Cuesta (1928) (Les Écrits des Forges, 2003).
* « Désirs », « Suite brésilienne : Chanson d’Olinda », « Étude », « Juin m’a donné une voix », « Fleur solaire », poèmes traduits par Claude Couffon et René Gouédic, dans Poésie mexicaine du XXe siècle (Patiño, 2003).
* « Poème élémentaire », « Désirs », « Nocturne », poèmes traduits par J. L. L. , dans Cent ans de littérature mexicaine (La Différence, 2007).
* « Désirs », poème traduit par Nicole et Émile Martel, dans Anthologie de la poésie mexicaine (Le Seuil, « Points Poésie » n°2097, 2009).  
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
D
E
E
E
F
F
F
F
G
G
G
G
H
H
I
K
L
L
L
L
M
M
M
M
M
M
M
M
M
M
N
N
O
O
O
P
P
P
P
Q
R
R
R
R
R
R
R
S
S
S
S
S
S
T
T
U
U
V
V
V
Z

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook