Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

[MEXIQUE] (Saltillo, Coahuila, 1849 – Mexico, 1873). Poète et dramaturge. Tempérament sombre et passionné, il se suicida à vingt-quatre ans. « Sa carrière étonna ses contemporains et sa fin les frappa de stupeur. Parmi ses plus célèbres poèmes, consacrés l'un par le public, l'autre par la critique, il faut citer le Nocturne, dédié à Rosario Peña, et les tercets Ante un Cadaver. Si les poèmes d'Acuña nous semblent creux et sentimentaux, comment ne pas reconnaître en lui l'étrange alliance de l'amour et de la mort, qui est le propre de toute poésie ? Acuña n'est pas un grand poète, mais par sa vie, il réalise le mythe du poète. » (Octavio Paz, 1952)

Bibliographie (extrait) : Obras (1871), El pasado, théâtre (1872), La Gloria, théâtre (1873), Versos (1874), Poesías (1919), Historia de un pensamiento (1941), Poesía, teatro, artículos y cartas (1949).

ANTHOLOGIES / REVUES (Traductions)
* « Devant un cadavre » (Ante un Cadaver), poème traduit par Guy Lévis Mano, dans Anthologie de la poésie mexicaine (Nagel / Unesco, 1952).
* « Nocturne : À Rosario », poème traduit par Fernand Verhesen, dans Anthologie de la poésie ibéro-américaine (Nagel / Unesco, 1956).

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
D
E
E
E
F
F
F
F
G
G
G
G
H
H
I
K
L
L
L
L
M
M
M
M
M
M
M
M
M
M
N
N
O
O
O
P
P
P
P
Q
R
R
R
R
R
R
R
S
S
S
S
S
S
T
T
U
U
V
V
V
Z

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook