Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

[MEXIQUE] (Mérida, Yucatán, 1894 – Mexico, 1971). Universitaire, il enseigné la littérature dans diverses institutions mexicaines ainsi qu'aux États-Unis. Il a publié de nombreux essais, notamment sur Sœur Juana Inés de la Cruz, des pièces de théâtre, des nouvelles et des romans. C'est surtout son œuvre indigéniste qui retient l'attention. Il y mêle lyrisme et revendication sociale, notamment dans son chef-d'œuvre Canek (1940).

Bibliographie (extrait) : El corcovado. Un amor de don Juan Ruiz de Alarcón y Mendoza, préface de A. Reyes, roman (1923), La vida milagrosa del venerable siervo de Dios Gregorio López, biographie romancée (1925), Cuentos de Juan Pirulero (1939), Canek, roman (1940), Pirrimplín en la luna, roman (1942), Tres nuevos cuentos de Juan Pirulero (1944), Quetzalcóatl, sueño y vigilia, roman (1947), Naufragio de indios, roman (1947), Leyendas mexicanas (1951), Tata Lobo, roman (1952), Cosas de mi pueblo, roman (1957) La conjura de Xinum, préface de M. A. Asturias, roman (1958), Cuentos para contar junto al fuego (1959), Leyendas y consejas del antigüo Yucatán (1961).

 

LIVRES (Traductions)

Canek. Histoire et légende d’un héros maya (Canek. Historia y leyenda de un héroe maya, 1940), édition bilingue, traduit de l’espagnol et présenté par Georges et Josette Colomer, illustrations de Joseph Castell. [Estival-lès-Le Mans, Sarthe], Éditions Borrégo, 1988, 294 pages, 18.29 €

« Peut-être l'ami lecteur aimera-t-il connaître l'histoire de ce livre. Lorsque j'étais enfant, j'accompagnais mon père dans les terres du Yucatán. Tandis que ce dernier faisait ses démarches commerciales, moi je restais à l'auberge entouré d'Indiens Mayas. Le soir, après le souper, près du feu de la cuisine, ces hommes se mettaient à raconter des histoires et des légendes de la région. L'une d'elles se rapportait à la vie de Canek. Ses aventures et ses sentences restèrent gravées dans ma mémoire. Plus tard, alors que je fréquentais l'école, je pus lire des documents sur ce personnage, lesquels affirmèrent définitivement dans mon esprit son souvenir et son image. /.../ Canek, bon ou mauvais, est le livre qui reflète le mieux ma douleur pour la douleur des humbles, des Indiens de mon pays. Si sa lecture avive la conscience de l'homme face à l'injustice, je me tiendrai pour satisfait. » (Ermilio Abreu Gómez)

La Conjuration de Xinum (La conjura de Xinum, 1958), roman, traduit de l’espagnol par Rodrigo de Zayas, préface par Miguel Ángel Asturias. [Paris], Éditions L’Ésprit des péninsules, 1998, 160 pages, 16.77 €


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

A
A
A
A
A
A
A
B
B
B
B
B
B
C
C
C
C
C
C
C
D
E
E
E
F
F
F
F
G
G
G
G
H
H
I
K
L
L
L
L
M
M
M
M
M
M
M
M
M
M
N
N
O
O
O
P
P
P
P
Q
R
R
R
R
R
R
R
S
S
S
S
S
S
T
T
U
U
V
V
V
Z

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook