Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Vous êtes ici : Accueil > L'actualité > Liste des billets de la librairie Compagnie > La rentrée littéraire

le billet de la librairie

  • La rentrée littéraire

    La rentrée littéraire 2020, traversée par des questions sociales, politiques et historiques, est riche de 511 romans  à découvrir. Mais, au-delà de ces questionnements, c’est avant tout une voix, un style, quelque chose de singulier qui ont suscité notre enthousiasme parmi les livres dont nous vous proposons ici un petit tour d’horizon.

    Une rentrée littéraire ne serait pas une vraie rentrée sans son lot de découvertes de nouveaux talents : ainsi d’Hugo Lindenberg dans “Un jour ce sera vide” (Bourgois) qui explore, dans un récit d’enfance, les méandres des sentiments et le poids des traumatismes de l’Histoire. Repéré et remarqué  l’année dernière pour  “Le monde horizontal”, Bruno Remaury fait son retour avec “Rien pour demain” (Corti) qui, entre fiction, récit et essai, s’attache à la question lancinante du temps. Très attendu aussi, le deuxième roman de Negar Djavadi “Arène” (Liana Levi), fiction palpitante et très politique au coeur de l’Est parisien.

    Deux livres ont particulièrement fait l’unanimité au sein de notre équipe : “Thésée, sa vie nouvelle” (Verdier) de Camille de Toledo, magnifique roman entre le poème en prose, l’enquête familiale et l’archive. Puis Laurent Mauvignier qui dans “Histoires de la nuit” (Minuit) nous tient en haleine en explorant, dans une langue puissante et habitée, la part des silences et d’un passé enfoui chez des personnages formidablement incarnés dont on découvre, peu à peu, les failles et les zones troubles.

    Comme chaque année, des auteurs confirmés sont aussi très attendus : ainsi d’Emmanuel Carrère avec “Yoga”, récit d’une profonde dépression et d’une renaissance, et de Jean Rolin qui nous balade cette fois-ci vers “Le pont de Bezons” pour pointer ce qui se situe à la marge de nos villes (tous les deux chez POL). Jean-Philippe Toussaint poursuit le nouveau cycle romanesque entamé avec “La clé USB” avec “Les émotions” (Minuit). Autre auteur très prisé des lecteurs, Serge Joncour qui avec “Nature humaine” (Flammarion) orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent les progrès, les luttes, la vie politique qui ont jalonné la fin du XXe siècle. Chez Gallimard, on lira les nouveaux romans de Marie Nimier “Le palais des orties” et d’Eric Reinhardt “Comédies françaises” et à L’Olivier, celui de Jean-Pierre Martin, “Mes fous”, qui avec sensibilité et humour, s’attache à ces êtres fêlés qui butent contre le réel.

    Si chaque rentrée doit toujours compter avec ses têtes d’affiche, il y à aussi une jeune génération d’écrivains dont l’oeuvre se dessine de livre en livre : remarqué avec “L’invention des corps”, Pierre Ducrozet interroge, à nouveau, dans “Le grand vertige” (Actes Sud) les tempêtes et secousses qui parcourent notre planète ; Emmanuel Ruben, dont avait beaucoup aimé “Sur la route du Danube”, revient avec “Sabre” (Stock), roman picaresque qui tient, à la fois, des “Aventures du baron de Munchhausen” autant que du “Baron perché” ; de Paul Greveillac qui  avec “Art nouveau” (Gallimard) nous immerge dans la Budapest fin de siècle ou encore d’Elisa Shua Dusapin pour son troisième roman, “Vladivostok circus” (Zoe) et de Sarah Chiche pour “Saturne” (Seuil).

    Du côté des étrangers, ce sont de grandes figures de la littérature anglophone qui sont présents en cette rentrée : ainsi de  Colum McCann qui livre, chez Belfond, une fiction magistrale autour du conflit israélo-palestinien dans “Apeirogon” ; de Colson Whitehead, deux fois lauréats du Booker Prize, “Nickels boys” (Albin Michel) ; de Julian Barnes avec “L’homme en rouge” (Mercure de France) ; de Salman Rushdie qui propose une version contemporaine du célèbre roman de Cervantes avec “Quichotte “ (Actes sud) et de l’anglaise Jessie Burton qui publie chez Gallimard “Les secrets de ma mère”. Signalons enfin la première traduction à L’Olivier d’un auteur écossais, Robin Robertson, dont le magnifique “Walker” relate, à la manière d’un poème épique, l’errance d’un jeune soldat canadien, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, à travers les villes américaines dont il découvre à la fois la beauté sauvage et les turpitudes.

    Chez les hispaniques et les italiens, de grands noms sont aussi attendus : avec “Impossible” ( Gallimard), Erri De Luca poursuit une oeuvre marquée par une réflexion sur l’engagement, la justice et l’amitié ; Antonio Munoz Molina nous fait partager ses flâneries entre Paris, New York et Madrid dans “Un promeneur solitaire dans la foule” (Seuil) et le génial Enrique Vila-Matas avec “Cette brume insensée” (Actes sud) où se mêlent plagiat, hommages, subterfuge et autobiographie, pour démontrer avec brio que tout est fiction.

    Autre littérature se développant d’année en année, la littérature islandaise : Jon Kalmann Stefansson, l’un de ses auteurs phares, publie chez Grasset “Lumières d’été” mais on lira aussi à La Peuplade la deuxième traduction de Gyrdir Eliason, “La fenêtre au sud”, écrivain soutenu et remarqué par la librairie l’année dernière pour “Au bord de la Sanda”.

    Enfin, pour terminer, signalons la parution en littérature israélienne, du roman très réussi d’Eschkol Nevo “La dernière interview” (Gallimard) ainsi que du prochain livre de David Grossman, “La vie joue avec moi”, annoncé au Seuil pour le 15 Octobre.


    28 août 2020 Partager

    >> Voir la liste des billets publiés

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Les Rencontres/Dédicaces

  • Jeudi 8 octobre à 18h30

    Rencontre avec Barbara CASSIN pour "Le bonheur, sa dent douce à la mort" et "Discours de réception à l'Académie française" aux Editions Fayard

    LE BONHEUR, SA DENT DOUCE A LA MORT - AUTOBIOGRAPHIE PHILOSOPHIQUE
    CASSIN BARBARA : LE BONHEUR, SA DENT DOUCE A LA MORT - AUTOBIOGRAPHIE PHILOSOPHIQUE (FAYARD - )

    Prix : 20.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé
    DISCOURS DE RECEPTION A L'ACADEMIE FRANCAISE
    CASSIN BARBARA : DISCOURS DE RECEPTION A L'ACADEMIE FRANCAISE (FAYARD - )

    Prix : 14.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

  • Samedi 10 octobre à 15h00

    Rencontre avec Philippe SANDS pour "La filière" aux Editions Albin Michel (parution le 30/09)

  • Jeudi 22 octobre à 18h30

    Rencontre avec Robert BOBER pour "Par instants, la vie n'est pas sûre" aux Editions P.O.L. (parution le 01/10)

  • Jeudi 29 octobre à 18h30

    Rencontre avec Hugo LINDENBERG pour "Un jour ce sera vide" aux Editions Christian Bourgois

    UN JOUR CE SERA VIDE
    LINDENBERG HUGO : UN JOUR CE SERA VIDE (BOURGOIS - )

    Prix : 16.50 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

Découvrir toutes les rencontres >>

Le billet de la librairie

  • La rentrée littéraire

    La rentrée littéraire 2020, traversée par des questions sociales, politiques et historiques, est riche de 511 romans à découvrir. Mais, au-delà de ces questionnements, c’est avant tout une voix, un style, quelque chose de singulier qui ont suscité notre enthousiasme parmi les livres dont nous vous proposons ici un petit tour d’horizon.

    28 août 2020

    >> Lire la suite

Facebook