Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Vous êtes ici : Accueil > L'actualité

L'actualité de la librairie

Les rencontres dédicaces

  • Jeudi 26 avril à 18h30

    Rencontre avec Thomas FRANK pour "Pourquoi les riches votent à gauche" aux Editions Agone

    POURQUOI LES RICHES VOTENT A GAUCHE
    FRANK THOMAS : POURQUOI LES RICHES VOTENT A GAUCHE (AGONE - )

    Prix : 25.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

  • Mardi 15 mai à 18h30

    Rencontre avec Michel WINOCK pour "Journal politique tome 2 : les années Mitterrand 1981-1995" aux Editions Thierry Marchaisse (parution le 3 mai) - Débat animé par Laurent THEIS

  • Mardi 22 mai à 18h30

    Rencontre avec Jean-François HAMEL pour "Nous sommes tous la pègre : les années 68 de Blanchot" aux Editions de Minuit et Boris GOBILLE pour "Le mai 68 des écrivains" aux Editions du CNRS

    NOUS SOMMES TOUS LA PEGRE : LES ANNEES 68 DE BLANCHOT
    HAMEL JEAN-FRANCOIS : NOUS SOMMES TOUS LA PEGRE : LES ANNEES 68 DE BLANCHOT (MINUIT - PARADOXE)

    Prix : 14.50 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé
    LE MAI 68 DES ECRIVAINS - CRISE POLITIQUE ET AVANT-GARDE LITTERAIRES
    GOBILLE BORIS : LE MAI 68 DES ECRIVAINS - CRISE POLITIQUE ET AVANT-GARDE LITTERAIRES (CNRS - )

    Prix : 25.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

  • Mercredi 6 juin à 18h30

    Rencontre avec COSTA-GAVRAS pour "Va où il est impossible d'aller" aux Editions du Seuil

    VA OU IL EST IMPOSSIBLE D'ALLER
    COSTA-GAVRAS : VA OU IL EST IMPOSSIBLE D'ALLER (SEUIL - )

    Prix : 25.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

Le billet de la librairie

  • Histoire(s) romaines

    De tout temps, Rome a exercé une fascination sur l'Occident et le reste du monde. Ce sont près de dix siècles d'un règne sans partage, dix siècles pendant lesquels l'Histoire s'invente et s'écrit, au gré des soubresauts de l'Empire et des différents régimes politiques mis en place. Rome montre ainsi une multitude de visages ; son destin ou sa lente décadence offre par ailleurs aux historiens contemporains bien des points de convergence avec notre époque actuelle.

    Dans son grand classique «Nouvelle histoire romaine», que les Editions Tallandier rééditent, Guglielmo Ferrero offrait déjà cette vision globale de l'antiquité romaine, en analysant avec force l'épanouissement et le déclin de la Cité, au travers «les conséquences à long terme de la conquête de la Gaule ou les facteurs de fragilité du pouvoir impérial».

    De leur côté, les Editions Belin font paraître leur quatrième volume consacré aux mondes anciens avec «Rome, cité éternelle» qui s'attache à dépeindre la période de l'apogée de l'Empire et le succès de la domination romaine bien au-delà des rivages de la Méditerranée. Cette expansion fut précisément le résultat d'une organisation militaire hors norme. «Garants d’une domination qui se prétendait universelle, et qui avait pour siège la plus grande ville de l’Antiquité, les princes adaptèrent la Cité au gouvernement du monde». L’ouvrage, richement illustré, «examine cette histoire en recherchant la cohérence d’une construction impériale singulière, qui servit – plus tard – de modèle à bien d’autres.»

    Mais l'histoire romaine, en dehors de sa globalité, c'est aussi une histoire d'hommes et d'individualités, avec au premier chef les figures incontournables de César ou de Vercingétorix.

    Dans son «Vercingétorix», Jean-Louis Brunaux nous offre la première véritable biographie consacrée au guerrier arverne. En historien et archéologue, l'auteur revient sur cette Gaule si variée et si différente de nos idées reçues, une Gaule multiple et plurielle, faite d'un assemblage de peuples, une Gaule commerciale, politique et sociale particulièrement élaborée. Vercingétorix y reçoit une éducation digne de son rang, entre autres par les druides, et poursuit sa formation dans l'entourage militaire de César comme soldat supplétif des troupes romaines, avant que ne vienne le temps des révoltes et des batailles.

    Mais qui dit Vercingétorix, dit obligatoirement César, et c'est justement à la figure du Consul ou plus précisément à ses derniers instants que s'intéresse Barry Strauss dans «La mort de César» aux Editions Albin Michel. «15 mars -44, Jules César est au faîte de sa gloire ; ses détracteurs le soupçonnent de vouloir obtenir du Sénat le titre, honni entre tous, de « roi ». Ils passent à l’acte : César est sauvagement assassiné de vingt-trois coups de poignards, et Rome acclame en libérateurs les tyrannicides. Pourtant, la disparition du dictateur va bientôt entraîner une guerre civile qui précipitera la chute de la République et l’avènement de l’Empire.» Complots, intrigues, suspense et trahisons, l'auteur nous décrit ces dernières heures de César comme une succession de combats et de stratagèmes politiques. Un machiavélisme du pouvoir qui n'est pas si éloigné que ça de notre monde contemporain.

    14 avril 2018 Partager

    >> Voir la liste des billets publiés

Le billet de la librairie

  • Histoire(s) romaines

    De tout temps, Rome a exercé une fascination sur l'Occident et le reste du monde. Ce sont près de dix siècles d'un règne sans partage, dix siècles pendant lesquels l'Histoire s'invente et s'écrit, au gré des soubresauts de l'Empire et des différents régimes politiques mis en place. Rome montre ainsi une multitude de visages ; son destin ou sa lente décadence offre par ailleurs aux historiens contemporains bien des points de convergence avec notre époque actuelle.

    14 avril 2018

    >> Lire la suite

Facebook